Lundi 06 Avril 2020
Banniere SAma Money

COVID-19 au Mali : 02 nouveaux cas, soit 47 cas à ce jour lundi 06 avril dont 5 décès et une guérison 

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Semaine durable d’Abu Dhabi : Vivement la révolution des énergies renouvelables

Le soleil, le vent, l’eau, la biomasse sont des sources énergétiques inépuisables et écologiques. Le président de la République a souhaité, lors du rendez-vous de la capitale émiratie, le développement de ces alternatives capables de favoriser l’industrialisation des pays africains

L’énergie, l’eau et l’environnement sont au cœur des échanges de la Semaine durable d’Abu Dhabi, la capitale des Émirats arabes unis. Le président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta, arrivé hier dans cette mégalopole d’une grande modernité, est parmi les hautes personnalités invitées à ce rassemblement, le plus important en matière de développement durable au Moyen-Orient.

Après son installation à l’hôtel, le chef de l’État s’est rendu au Centre national des expositions d’Abu Dhabi où se déroule la Semaine du développement. Sur place, il a successivement rencontré le vice-Premier ministre, ministre de l’Intérieur des Émirats arabes unis, Cheikh Saïf bin Zayed Al Nahyan, vice-président des Émirats arabes unis et Émir de Dubaï, Mohamed ben Rachid Al Maktoum, le président du Fonds Khalifa, Hussain Al Nowais et la ministre d’État à la Coopération internationale des Émirats arabes unis, Reem Al Hashimi.

Dans l’après-midi, le président Keïta a pris la parole lors d’un panel au cours de laquelle il était question de révolution des énergies renouvelables dans les pays du Sud. À ce propos, le chef de l’État a affirmé que l’énergie est à la base de tout développement. Selon lui, la satisfaction des besoins humains fondamentaux, notamment, l’eau, l’alimentation, la santé, l’éducation, l’industrie, dépend de la disponibilité de l’énergie en quantité, en qualité et accessible par tous de façon durable.

Par ailleurs, Ibrahim Boubacar Keïta a rappelé qu’aujourd’hui, notre continent est menacé par les effets du changement climatique et l’épuisement des sources d’énergies fossiles.

Face à ces défis, il a indiqué que les énergies renouvelables se présentent comme une alternative indéniable à cause de leur caractère renouvelable, inépuisable et respectueux de l’environnement. Les énergies renouvelables sont aussi des énergies propres et constituent l’un des meilleurs moyens d’atténuation du changement climatique. De ce fait, elles révèlent de nombreuses opportunités pour les pays du Sud.

Selon l’estimation des scientifiques, pour espérer limiter le réchauffement climatique en deçà de 2°C par rapport à l’ère préindustrielle tel que le prévoit l’accord de Paris, les émissions de gaz à effet de serre devront baisser de 40 à 70% entre 2010 et 2050. Pour le président de la République, cet objectif n’est réalisable qu’avec l’utilisation à grande échelle des énergies renouvelables.

«Certains pays du Sud comme le nôtre ont un coût de production d’énergie très élevé par la dominance de l’énergie fossile dans le mix énergétique. Le coût de production élevé limite l’accès de la population à l’énergie et freine le développement économique», a-t-il souligné. L’utilisation des énergies renouvelables, a soutenu le président Keïta, permet de diminuer le coût de production et contribuer au développement des infrastructures socio-économiques de base, à la création des richesses et des emplois. Il dira que d’une manière générale, les énergies renouvelables permettront d’accélérer l’industrialisation des pays du Sud.

UN POTENTIEL INESTIMABLE

Le président de la République a également rappelé que le Mali regorge d’un potentiel inestimable en ressources énergétiques renouvelables telles que : l’énergie solaire, l’énergie éolienne, l’énergie hydroélectrique, l’énergie de la biomasse qui sont sous-exploitées par manque de financement. «Le pays pourrait produire 300 Méga Watt (MW) en valorisant mieux la biomasse», a-t-il relevé, ajoutant que la valorisation de ce potentiel d’énergie renouvelable par le biais d’un financement approprié constitue un défi majeur pour le Mali.

Comment les pays du Sud pourront-ils  développer leurs économies sans émissions destructrices et dommages environnementaux associés à un développement économique rapide ? En réponse, le chef de l’État dira que les pays du Sud pourraient résoudre leurs besoins énergétiques par un développement accru des énergies renouvelables, respectueuses de l’environnement, pour développer leur économie. Ces pays, a-t-il poursuivi, doivent orienter leur planification énergétique basée sur l’utilisation des énergies renouvelables en mettant en place des cadres politiques et réglementaires appropriés, des technologies respectueuses de l’environnement, des campagnes de sensibilisation et d’information.

L’occasion était propice pour le président de la République d’évoquer la menace qui pèse aujourd’hui sur le fleuve Niger à cause de l’ensablement et surtout de l’exploitation sauvage de l’or, autrement dit du dragage. Il a aussi mis l’accent sur les politiques publiques visant à assurer la sécurité alimentaire dans le pays. À ce propos, il dira que 15% du budget est consacré au secteur de l’agriculture, ce qui a permis au Mali de produire 10 millions de tonnes de céréales en 2019 et 760.000 tonnes de coton. Mais seulement, 2% de la production cotonnière est transformé sur place, ce qui est insignifiant en terme de plus-value.

Pour le chef de l’État, le Mali a besoin d’énergie pour développer le secteur industriel pourvoyeur d’emplois pour les jeunes. Mais il s’agit des énergies renouvelables afin de préserver l’écosystème, voire l’humanité toute entière. Depuis 2016, la Semaine de la durabilité d’Abu Dhabi est l’occasion de mettre les exposants et visiteurs en contact avec de nombreuses entreprises de développement durable. Organisée sous le thème «Accélérer le développement durable», l’édition de cette année a vu la participation de plus de 30.000 participants venus de plus de 175 pays.

La Semaine durable d’Abu Dhabi rassemble des décideurs politiques, des spécialistes de l’industrie, des pionniers de la technologie et la prochaine génération de leaders de la durabilité. À travers ses initiatives et ses événements, elle est un catalyseur pour partager les connaissances, mettre en œuvre des stratégies et proposer des solutions pour stimuler le progrès humain.

Envoyés spéciaux

Madiba KEITA

Aliou SISSOKO

 

PLUS DE 14 MILLIARDS POUR LES PME ET L’AUTONOMISATION DES FEMMES

En marge des travaux de la Semaine durable d’Abu Dhabi, le ministre de l’Énergie et de l’Eau, Sambou Wagué et le président du Fonds Khalifa Hussain Al Nowais ont signé, en présence du chef de l’État, Ibrahim Boubacar Keïta, une convention pour le décaissement de plus de 14 milliards de Fcfa.

Ce financement est destiné aux secteurs des petites et moyennes entreprises et à l’autonomisation des femmes. «Ce financement est réservé aux jeunes et aux femmes. Il permettra de les former et de faire d’eux des employeurs et des hommes d’affaires dans le secteur des petites et moyennes entreprises», a expliqué Hussain Al Nowais.

Le ministre de l’Énergie et de l’Eau a remercié le président du Fonds Khalifa pour ce décaissement et déclaré que les relations entre le Fonds et le gouvernement malien se portent bien. La preuve, renchérira Sambou Wagué, une centrale solaire de 100 mégas sera bientôt réalisée à Sélingué, grâce au financement du Fonds Khalifa. Le ministre Wagué a signé la convention au nom du Premier ministre, ministre de l’Économie et des Finances, Dr Boubou Cissé.

M. K.

A. S.

Source : L'Essor 15 Jan 2020

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Coup d'gueule

Serge Coulibaly, journaliste, à propos du Covid-19 : « Ceux qui n’y croient pas creusent la tombe de leurs concitoyens et concitoyennes »

« L’irréparable me sépare des théoriciens qui continuent de croire que coronavirus est une pure invention.

Lire la suite

Blog

Hommage de Birama Konaré, écrivain, à Soumaïla Cissé et ses compagnons : « Il faut agir pour faire tomber la distance entre Soumaïla Cissé et nous »

« Nous sommes tous à Nianfunké jusqu’à ce que vous nous reveniez

Lire la suite

Liberté immédiate pour Ignace

RSF se joint à plus de 120 médias et journalistes d’Afrique de l’Ouest pour demander la libération d’Ignace Sossou

Deux mois et demi après son arrestation et sa condamnation à 18 mois de prison ferme

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Il y a confinement et confinement

02 Avril


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

Coronavirus: RFI vous donne la parole !

03 Avril

 

 

© Dépêches du Mali 2012 - 2020