Vendredi 15 Novembre 2019

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Salon international de l’artisanat du Mali : Retour en grâce du consommer malien

Le président de la République promet que des consignes seront données, pourvu que le monde artisanal soit au rendez-vous de la qualité dans l’exécution de la commande publique

De retour de Gao où il s’était rendu au chevet des blessés de l’attaque du camp militaire d’Indelimane, le président de la République a inauguré, hier en fin d’après-midi, la 2è édition du Salon international de l’artisanat du Mali (SIAMA). De l’aéroport de Bamao-Sénou, Ibrahim Boubacar Keïta a rallié directement le site du SIAMA au Parc des expositions de Bamako.

La cérémonie d’ouverture a débuté par une minute de silence à la mémoire de tous nos morts. Après une visite des stands, le chef de l’État a rendu hommage aux artisans maliens dans une interview accordée à la presse. «D’une édition à une autre, il y a une amélioration », a constaté le président Keïta pour qui il y a certes quelques réajustements à faire mais pour l’ensemble il y a de la qualité.

En outre, le président de la République a indiqué que la décision était bonne de faire accéder l’artisanat national à la commande publique. «Puisque nous évoluons vers la centrale d’achat, pour qu’au niveau du gouvernement et des autres institutions de la République, nous harmonisions les achats. Des consignes seront données pourvu que le monde artisanal soit au rendez-vous de la qualité dans l’exécution de la commande publique», a insisté le président Keïta, ajoutant que le SIAMA permet de mettre en valeur le travail de nos artisans sous l’impulsion de Mamadou Minkoro Traoré, président de l’Assemblé permanente des chambres de métier du Mali (APCMM) et Mme Nina Walet Intallou, ministre de l’Artisanat et du tourisme. «Ils ont été bien inspirés d’inviter le Sénégal et le Burkina afin d’échanger des expériences», a apprécié le président de la République, pour qui l’exemple du Sénégal qui a mis en place un système de finance bancaire au profit des artisans, est à saluer. «Nous avons un peu de retard par rapport à nos voisins, mais dans ce domaine, nous ferons en sorte que notre artisanat puisse se remettre à niveau et contribuer comme il se doit au développement économique de notre pays», a souhaité le chef de l’État.

La ministre de l’Artisanat du Tourisme a rendu hommage au président de la République et au Premier ministre pour leur appui dans l’organisation de ce salon qui contribue à la promotion de l’artisanat au Mali. Mme Nina Walet Intallou a beaucoup insisté sur la qualité de la finition de nos produits artisanaux et du respect des normes en vue de satisfaire la clientèle aussi bien nationale qu’étrangère. Selon elle, l’un des grands challenges de l’artisanat malien demeure la finition. «Mon département continuera à ne ménager aucun effort en vue d’appuyer les artisans pour y parvenir », a-t-elle assuré, tout en sollicitant auprès du président de la République la construction d’un lieu idéal pour les éditions futures du SIAMA. Pour sa part, Mamadou Minkoro Traoré, président de l’APCMM, dira que le SIAMA permet de se faire une idée du savoir-faire des artisanes et des artisans de toutes les régions du Mali, avec la participation de tous les professionnels de trois groupes d’artisanat, que sont l’artisanat de production ou de transformation, l’artisanat de services et artisanat d’art.

Par ailleurs, le président de l’APCMM a indiqué qu’il est prévu lors de ce salon, l’organisation de différents prix pour récompenser, notamment le meilleur talent des femmes et des jeunes artisans. «Nous nous engageons à relever le défi de la commande publique. En effet, nous resterons confiants quant à nos capacités de fournir des produits artisanaux de qualité à même de satisfaire les besoins de la consommation», a déclaré Mamadou Minkoro Traoré, avant de souhaiter que les différentes administrations publiques et les services parapublics renforcent leur confiance aux artisans.

Le ministre sénégalais de l’Emploi, de la Formation professionnelle et de l’Artisanat, dont le pays est l’invité d’honneur, s’est dit fier du choix porté sur son pays. Pour lui, la tenue de ce salon est la preuve que le peuple malien reste debout. « C’est un éloge à la beauté et à la créativité », s’est-il exclamé. Le Mali renvoi ainsi un message de vie et de résistance. Il refuse le diktat du silence qu’impose la violence.

Cette édition dispose de 9 pavillons, de 500 stands climatisés, 84 stands bâtis et plus 222 stands aménagés. L’objectif global est de créer un cadre de promotion des produits artisanaux maliens, stimuler la créativité et l’innovation chez les artisans, promouvoir l’émergence de jeunes talents, encourager la consommation de nos produits artisanaux. Le Salon enregistre cette année la participation des pays membres du Comité de coordination pour le développement et la promotion de l’artisanat africain (CODEPA), à savoir l’Algérie, le Bénin, le Burkina Faso, la Mauritanie, le Niger, le Sénégal et le Togo.

Youssouf DOUMBIA

Source : l’Essor

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Coup d'gueule

Moussa Sinko Coulibaly : « IBK se moque des Maliens »

« Discours totalement vide et insipide de ibk à l'Ortm. Sans hauteur ni volume. Aucune émotion... Ibk se moque des maliens. Ce pays est foutu à jamais  avec un président pareil à sa tête. Je pensais qu'il allait présenter des excuses aux maliens et démissionner. Je suis profondément déçu mais pas surpris ».

Blog

Youssouf Sissoko à propos de la lutte contre la corruption : « Le Mali est à la croisée des chemins »

« Le Ministre de la justice garde des sceaux, Malick Coulibaly, le Procureur Général chargé des pôles économiques et financiers, Mamadou Kassogué, le Président de la PCC le Professeur Clément Dembélé et celui des APM, Me Mohamed Ali Bathily, constituent le quatuor qui empêche les bandits à col blancs, les délinquants financiers de tourner en rond.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

C'est quoi une guerre asymétrique?

14 Novembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

15 Novembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2019