Logements par prêt acquéreur : À la recherche d’un nouveau modèle de financement

Publié le 25 octobre
Source : l'Essor

Le Premier ministre, ministre de l’économie et des Finances, Dr Boubou Cissé a présidé hier la cérémonie d’ouverture de l’atelier d’échanges sur le mécanisme de financement du logement par prêt acquéreur.

C’était en présence du ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et du Logement social, Hama Ould Sidi Mohamed Arbi, du directeur général de l’Office malien de l’Habitat (OMH), Sékou Demba.

Organisé par le ministère de l’économie et des Finances et le ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et du Logement Social à travers l’OMH, cet atelier qui s’inscrit dans le cadre du Mois des villes qui a pour objectifs d’informer et d’échanger avec les acteurs sur le mode alternatif de financement des programmes de logements par prêt acquéreur, d’identifier les mesures d’ordre financier et fiscal nécessaires pour tirer le meilleur avantage de ce mécanisme, d’identifier les voies et solutions d’amélioration des moyens d’intervention de l’OMH, et d’analyser avec les acteurs les recommandations formulées par les panélistes à soumettre aux autorités supérieures.

Selon les résultats d’évaluation de la stratégie nationale de logement, en 2015 les besoins étaient estimés à 440,000 unités dont 240.000 à Bamako. On note que le nombre de logements réalisés de 2002 est de plus de 17.000 unités. Le financement des différents programmes a été principalement assuré sur des ressources budgétaires de l’état, constituant une charge importante sur les finances publiques. Malgré les efforts fournis par le gouvernement, les besoins demeurent croissants et difficiles à satisfaire, a souligné le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et du Logement social.

Selon Hama Ould Sidi Mohamed Arbi, les différents modes de financement utilisés jusqu’ici sont, entre autres, le financement par l’état à travers essentiellement le budget national et le budget de l’OMH, le financement par les promoteurs immobiliers avec une subvention de l’état. Pour lui, ce mode de financement a montré ses limites et peine à apporter une réponse adéquate aux besoins pressants de nos populations. Il a donc exhorté les participants à faire des propositions concrètes pour trouver une réponse adaptée à la problématique de la production de logements pour le plus grand nombre de Maliens.

Le Premier ministre a rappelé que dans notre pays, les logements constituent une des priorités de l’action gouvernementale, et c’est dans ce cadre qu’il a été décidé d’intensifier la réalisation de programmes de logements durant le mandat du président de la République. La justification de cette action a été clairement exprimée dans le programme du président de la République pour loger le maximum de Maliens dans des conditions décentes.

Selon Dr Boubou Cissé, au rang des problématiques à résoudre, en dehors de la mise à disposition du foncier, la question de la mobilisation des ressources financières adaptées ainsi que celles liées à la définition d’une stratégie efficiente de financement demeurent. Il a fait savoir que notre pays a consenti un effort considérable dans la fourniture de logements sociaux, ceci en dépit du contexte que nous vivons et des contraintes budgétaires. Pour le chef du gouvernement, l’investissement dans le logement exige une forte capacité de financement.

C’est pourquoi, conscient de la nécessité de poursuivre et d’intensifier les efforts d’investissement dans le logement comme facteur de cohésion sociale et vecteur de développement, le gouvernement s’est engagé à mener les réflexions en vue de la définition de nouveau modèle d’économie du financement de logement dans le contexte à la fois de la demande croissante et de contrainte budgétaire et des limites de notre économie. Le chef du gouvernement a souligné que l’intervention de l’état est indispensable pour créer les conditions facilitant l’accès au logement décent à un coût abordable pour le plus grand nombre de nos concitoyens.

S’adressant aux participants, Dr Boubou Cissé a indiqué que le gouvernement attend de ces assises des propositions concrètes et réalistes visant à repenser la stratégie d’intervention de l’état dans le financement du logement social et mettre en lumière l’indispensable synergie à établir pour assurer la pleine participation de l’ensemble des acteurs de la filière.

Amadou

GUÉGUÉRÉ

Source : l’Essor

 

Commentez avec facebook