Samedi 19 Janvier 2019

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Ministère de l’équipement : Les déguerpis de l’échangeur de Ségou roulés dans la farine

Inauguré en grande pompe en 2018, l’échangeur multiple de Ségou n’aura pas fait que des heureux dans la cité des Balazan. De nombreux petits commerces ruinés n’ont pas été indemnisés.

«Je suis à la maison parce que notre restaurant ne s’est plus redressé après sa destruction pour la construction de l’échangeur», a déploré Adam Seck, une jeune dame diplômée qui avait l’habitude de servir dans le restaurant de ses parents.

Victime de la démolition des commerces situés sur la servitude de l’échangeur multiple de Ségou, la jeune dame d’une trentaine d’années s’est résignée comme beaucoup d’autres. «Nous ne sommes au courant de rien ici, on ne sait pas si on doit être dédommagé ou non », a –t- elle lâché. «Ils nous ont recensés avant la démolition de notre restaurant. Mais on n’a plus vu quelqu’un comme cela avait été promis».

Le restaurant en question est loin d’être le seul cas de commerce dont le propriétaire a été fauché et abandonné par les autorités chargées de dédommager les victimes de l’échangeur de Ségou. «Je ne peux pas vous dire combien nous sommes, mais nous sommes nombreux à avoir été déplacés ou ruinés sans dédommagement. Moi en tout cas je n’ai rien reçu, peut-être que les autres ont reçu quelque chose sans que je ne le sache », s’est plaint Ousmane Coulibaly, propriétaire d’une petite boutique.

Au ministère en charge de l’Equipement, on commente peu cette affaire qui pourrait en cacher d’autres. Le coordinateur du PAIR, le programme dont l’échangeur de Ségou fait partie, n’a donné aucune explication aux messages qui lui ont été envoyés. En attendant, à Ségou, tout le monde s’accorde à dire que personne n’a encore été dédommagé parmi les victimes de l’échangeur multiple.  Ce qui est plus grave, affirme-t-on, c’est que même les propriétaires des maisons qui ont été démolies n’ont pas été dédommagés, des gens qui ont vécu pendant des dizaines d’années dans leurs maisons. « Nous avons été contents de l’échangeur, mais il a détruit l’économie. Il n’y a rien à manger ici ; je pense que nous n’étions pas prêts pour l’échangeur », a fait savoir la jeune dame.

Aux yeux de la loi, ce qui s’est passé à Ségou est un crime, une atteinte au droit à la propriété que tous les travaux publics s’engagent à éviter. D’un coût total de 23 millions de francs CFA, avec un financement du budget national à hauteur de 84% et un prêt consenti par la Banque Mondiale de 16%, l’échangeur au carrefour de la route de Markala à Ségou est un bitumage de 10 km de voiries à Ségou, réalisé par le groupe d’entreprises EGK/COGEB International.

Roulés dans la farine et gagnés par la morosité économique, les propriétaires de commerces et autres activités avoisinant l’échangeur ne savent plus à quel saint se vouer. « L’idiotie, c’est qu’ils ont mis des bars de fer qui rendent inaccessibles les commerces qui sont au bord de la route goudronnée. En plus de cela, la route bordée de fer venant de l’échangeur continue jusqu’au marché, et les gens qui sont aux alentours ne sont pas accessibles aussi », a dit une victime.

Dougoufana Kéita

Source: La Sirène

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

« Prix Oumar Diallo » 3e édition

Presse (écrite/numérique) et radio

Termes de référence du concours – Modalités générales

Lire la suite

Coup d'gueule

Adame Ba Konaré, à propos de l’hécatombe perpétrée sur les Peuls : « La formidable cohésion a pris un grand coup et un tournant tragique »

Dans une publication, Pr Adame Ba Konaré, ancienne première dame et marraine de l’association Tabital Pulaaku internationale, dénonce les crimes perpétrés contre les communautés peules.

Pour moi, il s’agissait d’ancrer les communautés peules encore mieux dans des cadres étatiques soucieux d’harmonie sociale entre l’ensemble de leurs citoyens regroupés dans une communauté de destin.

Lire la suite

Blog

Lettre ouverte de Doumbi Fakoly à IBK : « La malédiction des Morts et des Vivants s’ébranle »

Ibrahima Boubacar Keïta le sais-tu ? La Spiritualité est la gestion du rapport du Monde Invisible au Monde Visible ; car les deux dimensions du temps et de l’espace sont imbriquées l’une dans l’autre ; tout événement dans l’une a des répercussions dans l’autre.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Cette chronique a 10 ans

18 Janvier 


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

18 Janvier

© Dépêches du Mali 2012 - 2019