Samedi 19 Janvier 2019

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Exploitation illégale d’OR : Le ministre des Mines et du Pétrole sur le Falémé

La ministre des Mines et du Pétrole s’est rendue la semaine dernière sur le Fleuve Falémé à Fadougou  à Kéniéba pour constater de visu l’exploitation illégale d’or  par des individus dont des étrangers disposant des dragues.

Des mesures urgentes sont envisagées pour freiner cette pratique illégale.

Le chef du département des Mines et du Pétrole, Mme Lalenta Hawa Baba Ba, pour des mesures urgentes contre l’exploitation par  drague de l’or dans les lits des fleuves au Mali, s’est rendu le week-end dernier à Kéniéba sur le fleuve Falémé pour constater de visu les dégâts causés par des exploitants illégaux d’or.  Ces exploitants utilisent des produits toxiques qui menacent la biodiversité.  Les populations sont exposées également aux risques de maladie et l’Etat qui ne perçoit aucun dividende de cette exploitation anarchique.

« Trop, c’est trop », a martelé la ministre des Mines et du Pétrole sur les berges du fleuve Falémé à Fadougou, situé à quelques 45 km de la ville de Kéniéba. Cette cours d’eau constitue, rappellera-t-elle, le 3ème affluent du fleuve Sénégal, son lit serait très riche en or.

C’est ce qui explique cette ruée  des individus mal intentionnés. Cette visite pour la ministre des Mines et du Pétrole était d’aller s’enquérir de la situation en vue de  prendre des mesures urgentes pour sauver la cours d’eau de ses agresseurs qui obstruent le lit du fleuve. Il faut noter que ce fleuve constitue la frontière naturelle entre le Mali et le Sénégal. Et cette mauvaise pratique ne se fait que dans la partie malienne.

A Fadougou, la mission ministérielle a trouvé sur place plusieurs machines de fabrication artisanale traitant les rejets de boues  qui sont reverses dans le fleuve. La délégation a constaté aussi la présence d’une drague stationnée au beau milieu du fleuve dont les techniciens avaient pris la poudre d’escampette à l’approche de la délégation. Ce bateau dragueur freine même l’écoulement normal de la cours d’eau.

Des pêcheurs sur place confirment que le fleuve ne contient aucun poisson. Selon eux, mêmes les crapauds ne peuvent survivre dans ces eaux actuellement à cause du degré de pollution.

Selon les données du ministère des Mines et du Pétrole, sur le millier de drogues opérant sur les fleuves Niger et de la Falémé, seulement 9 ont une autorisation en bonne et due forme.

 O.D. avec le CCOM du MMP

Source: L'Indicateur du Renouveau

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

« Prix Oumar Diallo » 3e édition

Presse (écrite/numérique) et radio

Termes de référence du concours – Modalités générales

Lire la suite

Coup d'gueule

Adame Ba Konaré, à propos de l’hécatombe perpétrée sur les Peuls : « La formidable cohésion a pris un grand coup et un tournant tragique »

Dans une publication, Pr Adame Ba Konaré, ancienne première dame et marraine de l’association Tabital Pulaaku internationale, dénonce les crimes perpétrés contre les communautés peules.

Pour moi, il s’agissait d’ancrer les communautés peules encore mieux dans des cadres étatiques soucieux d’harmonie sociale entre l’ensemble de leurs citoyens regroupés dans une communauté de destin.

Lire la suite

Blog

Lettre ouverte de Doumbi Fakoly à IBK : « La malédiction des Morts et des Vivants s’ébranle »

Ibrahima Boubacar Keïta le sais-tu ? La Spiritualité est la gestion du rapport du Monde Invisible au Monde Visible ; car les deux dimensions du temps et de l’espace sont imbriquées l’une dans l’autre ; tout événement dans l’une a des répercussions dans l’autre.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Cette chronique a 10 ans

18 Janvier 


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

18 Janvier

© Dépêches du Mali 2012 - 2019