Dimanche 16 Juin 2019

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Ministère de l’Economie et des Finances : Un bien obscur marché de tablettes éclabousse la DFM

Il s’agit de mesures de favoritisme dans l’attribution de 7327 tablettes et d’accessoires informatiques pour retenir injustement un soumissionnaire, en écartant de la course les autres soumissionnaires à différents niveaux de la procédure.

A cet effet, un bras de fer oppose la société de prestation comptable (Soprescom) éliminée au dépouillement des offres, à la société attributaire provisoire du marché querellé.

Nos sources sont éloquentes sur les efforts du ministre de l’Economie et des Finances, Dr Boubou Cissé, pour assainir l’environnement financier, à commencer par son département, qui est sans doute une vitrine de la gouvernance financière du Mali. D’où leur réserve : « le ministre reste buté à la ténacité de la gestion opaque de certains cadres au niveau des Directions des Finances et du Matériel (DFM), en complicité avec certains soumissionnaires des marchés d’appel d’offre », nous indiquent nos informateurs.

L’affaire remonte au mois d’avril avec un appel d’offres du ministère du Plan et de l’Aménagement du Territoire pour la fourniture de matériels informatiques devant servir recensement de la population  et de l’habitat de 2019. La société Soprescom avait été moins-disant dans son offre tout en répondant à tous les critères des clauses de contrat relatif aux conditions de qualification applicables aux soumissionnaires, indiquent nos sources. Cependant, contre toute attente, la société reçoit une correspondance de la DFM, l’informant de l’attribution  du marché à une société proposant un montant dépassant de plus de 200 millions le sien.  Alors que la Soprescom propose 691 668 800 FCFA, sa concurrente qui est à 942 435 375 FCFA a été déclarée bénéficiaire provisoire du marché. « La DFM veut jeter plus de deux cent millions de l’Etat par la fenêtre », commentent nos interlocuteurs.

Face à la contestation engagée par Soprescom, l’Autorité de Régulation des Marchés et des Délégations des Services Publics (ARMDS) saisie du dossier ne manquera pas d’ordonner la réintégration de l’offre de la société Soprescom SARL l’évaluation de l’appel d’offre qui doit donc poursuivre son cours. Et sait on, la décision de l’ARMDS, qui a un caractère obligatoire s’impose tant à l’administration qu’à toutes les parties. Mais la DFM pour ne pas se soumettre à cette règle a choisi de saisir la justice. Objet : demander l’arrêt de l’exécution et l’annulation de la décision d’évaluation émise par l’ARMDS.

Cette procédure en annulation est actuellement en examen auprès de la section administrative de la cour suprême, et la Soprescom demande que justice soit faite au cours de seconde manche. En tout état de cause, le ministre de l’Economie et des Finances est interpellé sur cet épineux marché, étant le dernier signataire de ce dossier qui fera perdre plus de 250 millions à l’Etat ; à qui profitera ce manque à gagner en cette période de restriction budgétaire. Attendons de voir !

La Rédaction

Source: Le républicain

Commentez avec facebook

Comments are now closed for this entry

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Coup d'gueule

Modibo Fofana, président de Appel Mali : « Appel Mali ne se reconnait pas dans les publications ne respectant pas l’éthique et la déontologie »

Communiqué APPEL Mali

L’Association des Professionnels de la Presse en Ligne au Mali (APPEL Mali) constate avec regret des dérives sur certains sites d’information.

Ces medias en ligne, pour la plus part  non encore enregistrés dans le  registre officiel de Appel Mali, travaillent dans l’amateurisme total, en faisant fi de toutes règles d’éthique et de déontologie édictées par la profession.

Lire la suite

Blog

 Dr Aboubacar Sidiki au ministre Malick Coulibaly : « bâtir une nouvelle justice à l’image d’un Etat sérieux. Il y va de votre crédibilité et de votre notoriété. 

« Cher Collègue, 

Je vous écris avec le visage d'un dieu Janus : l’un est admiratif et l’autre ne l’est pas. Il est admiratif puisque vous aviez par le passé pu faire tâche d’huile quand vous occupâtes le ministère de la justice sous la transition et initiâtes le projet de loi de lutte contre l’enrichissement illicite.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

C'est quoi le développement ?

13 Juin


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

14 Juin

© Dépêches du Mali 2012 - 2019