Dimanche 18 Novembre 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Droits des communautés des zones aurifères : En 2015, les mines ont donné 219 milliards de F CFA au Mali

La précarité des droits fonciers des communautés face aux projets miniers, les communautés exclues du processus d’attribution des terres minières, la question des droits des femmes dans les zones minières qui pose problème, la question du partage des ressources, le renforcement des capacités des communautés et la façon de s’y prendre pour investir localement, sont quelques-unes des constats sur les résultats et recommandations de l’étude.

La Fondation pour le développement au Sahel (FDS) a animé le 31 octobre 2018 à la Maison de la presse sur l’étude sur l’analyse des droits des communautés face aux projets extractifs/cartographie des acteurs et des initiatives pour les droits des communautés. La conférence était animée par le directeur exécutif de la Fondation pour le développement au Sahel (FDS), Tiémoko Souleymane Sangaré et le coordonnateur de la Coalition “Publiez ce que vous payez“, Nouhoun Diakité.

Le directeur exécutif de la FDS, dira que sa fondation a été mandatée pour diffuser ce document réalisé par Helvetas Swiss intercooperation. Pour lui, ce document concerne quatre pays de l’Uémoa. Il s’agit des pays détenteurs des ressources minières à savoir la Guinée Konakry, le Burkina, le Sénégal et le Mali. Il a rappelé que l’exploitation de ces ressources avait amené une certaine concurrence entre les pays de la sous-région et on constatait que les sociétés civiles défendaient de leurs côtés les communautés. Il est ressorti après analyse qu’il faut une synergie d’actions de tous les acteurs et prendre une position commune, a-t-il dit. M. Sangaré révèle une précarité des communautés qui sont non seulement excluent dans l’octroi des droits mais aussi leurs indemnités sont faiblement payés et le genre n’est pas pris en compte. Le patron de la FDS dira qu’il est prévu de rencontrer les décideurs pour poser la problématique. “Je crois que nous avons en ligne de mire une partie du travail qu’on a fait. On va rencontrer tous ceux qui sont liés à cette activité extractive pour poser le problème“.

Le coordonnateur de la Coalition “Publiez ce que vous payez“, Nouhoun Diakité a regretté que les mines aient donné au Mali en 2015, 219 milliards de F CFA mais que les communautés n’ont eu que la part incongrue. Pour lui, il existe beaucoup d’arsenal juridique, mais il y a véritablement un problème de l’application de tous ces arsenaux juridiques. M. Diakité a révélé que la consultation est inscrite dans les textes mais qu’elle est mal faite.

Cheick Hassane

Source : La Lettre du Mali 7 Nov 2018

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Issa N’Diaye à propos de la démocratie au Mali : « Le système électoral malien souffre d'un problème de légitimité »

Blog

 

Cheick Boucadry Traoré : « La gouvernance malienne est en crise.

… Une décentralisation inefficace, coercitive et non démocratique »

« Notre conviction est qu’il faut transformer le Mali au niveau de ses structures politiques et sociales artificiellement édifiées dans l’intérêt d’une classe politique corrompue et capricieuse et une soi-disant communauté internationale qui continue à traumatiser notre pays

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

B comme base

16 Novembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

16 Novembre

 

 

© Dépêches du Mali 2012 - 2018