Mardi 16 Octobre 2018
Bannière FISST

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Loyers chers de Bamako : Dernier souci des candidats à l’élection présidentielle

Pendant que  la course à la présidence bat son plein, les locataires de maisons se rongent les ongles. Pour beaucoup d’entre eux, ça n’est point la fête au village. 

Le prix des logements ne cessent de grimper  à Bamako, comme s’il fallait profiter de ce moment de confusion généralisée pour pousser la barre des loyers un peu plus haute.

Aujourd’hui, s’il y’a de problème qui préoccupe le plus les populations,  c’est bel et bien le coût exorbitant du  prix du loyer  à Bamako. Les propriétaires de ces maisons semblent ne plus tenir compte des revenus des populations. Alors que  dans la plupart des cas, ils ne sont pas en règle rapport aux payements des impôts sur le foncier. La seule chose qui intéresse ces bailleurs véreux, c’est évidemment l’argent. À Bamako, un appartement de trois pièces peut coûter jusqu’à 50.000 voire 60.000 FCFA selon le quartier. A cela, il faut ajouter le coût de l’électricité et l’eau, etc.

Dans les quartiers périphériques  comme Banconi, Nafadji, Sangarebougou, Niamakoro, Sabalibougou,  Senou,  pour ne citer que ceux-ci, le prix d’une seule pièce varie entre 12.500 et 30000 CFA.

N’en parle point des quartiers du centre-ville et ceux résidentiels. Là-bas,  la chambre unique peut coûter jusqu’à 30.000 FCFA.

Pire, pour avoir accès aux  maisons en location, le locataire est tenu de verser 3 mois comme caution. Toute chose qui complique davantage les choses.

Voilà des sujets sociaux qui auraient pu faire partie des discours de campagne des candidats, sachant bien qu’au Mali, surtout à Bamako, rares sont ceux qui disposent de leur propre toit. Mais avec des candidats n’ayant jamais ou presque pas de souvenir de leur temps de locataire de maison, il est pratiquement impossible de compter sur un discours du genre. Pourtant, il le faut !

Nouhoum Konaré

Source: Delta News

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Sory  Ibrahim Guindo, journaliste : « En réponse à la lettre circulaire du ministre des Finance, Boubou Cissé, ordonnant une rétention du salaire des magistrats grévistes, le syndicat des magistrats affirment une sombre affaire de 3,5 milliards CFA disparu à l'hôtel des Finances.

C'est maintenant que nos braves magistrats se sont souvenus de cette scabreuse affaire. Au Mali, chacun défend sa sauce. L'Etat vous paye pour lutter contre la corruption et la délinquance financière, vous vous taisez. Maintenant que l'on menace de vous couper les vivres, vous nous balancer ça ».

 

Blog

« Quand le pays sombre dans la politique politicienne, la démocratie se résume aux luttes électoralistes »

Une petite rétrospective sur la lutte des pères de l’Independence, et du vent de démocratie qui souffla sur l’Afrique dans les années 1990, fait constater aisément l’échec cuisant de toute la classe politique actuelle.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Politique et physique-chimie

15 0ctobre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Louise Mushikiwabo incarnera-t-elle les valeurs de la Francophonie ?

15 Octobre

© Dépêches du Mali 2012 - 2018