Mardi 16 Octobre 2018
Bannière FISST

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Supervision de la présidentielle : La Céni réclame 850 millions de F CFA au gouvernement

Sur un budget de près de 2,992 milliards de F CFA, la Commission électorale nationale indépendante (Céni) a reçu 2,142 millions de F CFA pour la supervision de la présidentielle.

Sans les 850 millions restants la structure aura du mal à accomplir sa mission pendant les deux tours de la présidentielle.

“Pour l’élection du 29 juillet, nous sommes encore dans les questions budgétaires avec le ministre des Finances”, a déploré hier, le président de la Céni au cours d’une conférence de presse sur l’organisation de la présidentielle du 29 juillet prochain. Au cours de la rencontre, Amadou Ba est revenu sur les tracasseries entre sa structure et le ministère des Finances autour du budget de la Commission pour les élections de 2018.

“La Céni 2017, contrairement aux précédentes n’a bénéficié ni de frais d’installation pour les 15 membres ni d’équipements pour les démembrements”, a déploré Amadou Ba, président de la Céni.

A cinq jours de l’élection présidentielle, la Commission reste confrontée à un problème de budget malgré l’implication du Premier ministre à la suite d’un “constat d’échec de ses différentes rencontres avec les services techniques du ministère des Finances”.

“Nous avions élaboré un budgétaire prévisionnel de 14 milliards de F CFA pour les élections de 2018, mais ce budget a été revu à 9 milliards compte tenu de la situation sécuritaire soutenue par les autorités. Nous sommes allés en arbitrage budgétaire avec 9 milliards. Au cours des débats, Les techniciens du ministère des Finances ont informé que le budget de la Céni pour toutes les élections de l’année est callé à 5, 7 milliards de F CFA”, a expliqué M. Ba.  Il a ajouté que sa structure a demandé au ministre sur quelle base ce budget qui ne couvre pas ses dépenses, lui a été accordé.

Bien qu’il soit jugé insuffisant, tout le montant ne sera pas mis à la disposition de la Céni.

“Le 11 mai 2018, nous avons reçu une correspondance du ministre des Finances dans laquelle, il nous a informé de la mise à disposition de 2, 142 milliards de FCFA pour l’organisation des deux tours de la présidentielle. Nous avons dit que ce montant était insuffisant. Nous avons entrepris beaucoup de démarches, beaucoup de personnes ont intervenu. A la suite de ces démarches, le ministre des Finances nous a convoqués le 4 juillet pour discuter sur le sujet. Au cours des débats, il a été dégagé un gap de 850 millions de F CFA que le ministère devait verser sur le budget de la Céni pour aller à l’élection présidentielle. Mais à ce jour, nous n’avons rien reçu de ce montant. Nous ne cessons de rappeler le ministre mais en vain”, a regretté le président de la Céni.

Avec ce déficit, la Céni ne sera pas en mesure d’assurer convenablement sa mission de supervision de la présidentielle.

Maliki Diallo

Source: L'Indicateur du Renouveau

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Sory  Ibrahim Guindo, journaliste : « En réponse à la lettre circulaire du ministre des Finance, Boubou Cissé, ordonnant une rétention du salaire des magistrats grévistes, le syndicat des magistrats affirment une sombre affaire de 3,5 milliards CFA disparu à l'hôtel des Finances.

C'est maintenant que nos braves magistrats se sont souvenus de cette scabreuse affaire. Au Mali, chacun défend sa sauce. L'Etat vous paye pour lutter contre la corruption et la délinquance financière, vous vous taisez. Maintenant que l'on menace de vous couper les vivres, vous nous balancer ça ».

 

Blog

« Quand le pays sombre dans la politique politicienne, la démocratie se résume aux luttes électoralistes »

Une petite rétrospective sur la lutte des pères de l’Independence, et du vent de démocratie qui souffla sur l’Afrique dans les années 1990, fait constater aisément l’échec cuisant de toute la classe politique actuelle.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Politique et physique-chimie

15 0ctobre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Louise Mushikiwabo incarnera-t-elle les valeurs de la Francophonie ?

15 Octobre

© Dépêches du Mali 2012 - 2018