Mardi 16 Octobre 2018
Bannière FISST

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Le trophée “L’Oscar des oscars” décerné à Babaly Ba de la Bms-sa

“L’Oscar des Oscars”, le plus prestigieux des titres honorifiques du Conseil international des managers africains (Cima) a été attribué le 7 juillet 2018 à M. Babaly Ba, directeur général de la Banque malienne de solidarité.

C’était à l’occasion du 32ème Gala des managers africains à l’Hôtel Méridien Etoile Porte Maillot Paris. ” Un prix exceptionnel pour récompenser le parcours exceptionnel d’un homme qui a marqué et impressionné le monde des affaires en hissant la Bms-sa au premier rang des institutions financières de son pays”, selon les propos liminaires de M. Sidi Abd Allah Sy, Président fondateur du Cima.

Le Cima, c’est une institution vieille de 32 ans qui récompense chaque année les hommes et les femmes qui portent haut le flambeau du développement du secteur privé africain et l’émergence économique du continent. Dès la première heure, le CIMA avait été soutenu par le président Félix Houphouët Boigny et M. Babacar N’Diaye, alors président de la Banque africaine de développement (BAD) entre autres.

En recevant, à la place de M. Babaly Ba empêché, le trophée des mains de Mme Dossou, député béninoise et directrice générale adjointe de Petrolin, entreprise de dimension intercontinentale, le directeur général adjoint Support de la Bms-sa, M. Alioune Coulibaly, a eu les mots justes pour saluer l’auguste assemblée composée d’hommes d’affaires, d’industriels, de pétroliers, de négociants, d’avocats et de journalistes. Il a, au nom du directeur général de la Bms, dit toute son émotion pour la reconnaissance ainsi faite par le Cima des efforts déployés par la Bms-sa dans le contexte extrêmement difficile que connait le Mali.  “Ce trophée, a-t-il dit, est le couronnement d’un parcours personnel de plus de trois décennies dans le secteur bancaire et financier au Mali et dans la sous-région de l’Afrique de l’Ouest”.

En 2002, poursuit-il, commençait l’aventure Bms et “sous la houlette des plus hautes autorités, M. Babaly Ba, la porta sur les fonts baptismaux avant d’être investi de la mission de la diriger. La mission principale était d’apporter une contribution significative dans la lutte contre la pauvreté en facilitant l’accès des couches défavorisées de la population aux services financiers via le refinancement des structures décentralisées (Sfd), d’une part, et en promouvant la création d’emplois par un appui aux Petites et moyennes entreprises (Pme), d’autre part”.

Comment concilier le social et la rentabilité financière ? Tel était le challenge que M. Ba et son équipe devaient relever. On ne donnait pas cher de la vie de la Bms pour la résolution de cette équation. D’autant moins qu’elle démarrait ses activités dans un contexte doublement handicapant : taux élevé de pauvreté et prédominance de l’informel dans le secteur économique. Aujourd’hui, le constat est que le défi est relevé. Et M. Coulibaly de poursuivre au nom du directeur général de la Bms-sa : “C’est d’abord grâce à la sollicitude et à l’appui constant des autorités politiques maliennes auxquelles je rends un hommage mérité. Leur vision était juste et pertinente. Ensuite, l’accompagnement, la perspicacité et les orientations judicieuses du Conseil d’administration ont été des facteurs déterminants dans le cheminement de la Bms-sa vers les performances réalisées. Enfin, le mérite en revient au personnel de la banque dont l’engagement et le sens élevé de la mission ont permis de hisser la dernière-née des banques maliennes, selon le critère de la structure du capital, au premier rang de la place financière malienne à l’issue de l’exercice 2017. Une première place conquise de haute lutte dans un environnement concurrentiel exacerbé par l’irruption des opérateurs télécoms dans le créneau des services financiers et l’implantation des filiales des grands groupes bancaires étrangers”.

Il a conclu en précisant que pour Babaly Ba, il faut étendre à toutes ces parties prenantes (autorités politiques, conseil d’administration, personnel de la banque) le mérite qui lui vaut d’être récipiendaire de “L’Oscar des Oscars “ que lui a décerné le Cima, “et ce prix est un signal fort d’encouragement et une invite à amplifier les interventions de la Bms-sa pour un impact plus important en matière de réduction de la pauvreté et de création d’emplois.”

Notons que le Conseil international des managers africains (Cima) a été créé dans le but de lutter contre l’afro pessimisme véhiculé en Europe et un peu partout dans le monde dans les années 80 et 90, réduisant l’image de l’Afrique aux affres du Sida et de la misère. Le Cima, s’est ainsi donné comme objectif principal la promotion de l’entreprenariat, le management pour réussir l’émergence à travers l’intégration économique et sociale du continent africain. A ce 32ème gala de remise des trophées, un vibrant hommage a été rendu à Babacar N’Diaye, ancien président de la BAD, décédé il y a un an. Pour rappel, feux Mamadou Sada Diallo, pionnier de l’industrie privée malienne et Darhamane Hamidou Touré dit Darhat, opérateur économique et ancien président de la chambre du commerce et d’industrie du Mali avaient aussi, en leur temps, obtenu la distinction de la Cima.

Source: Aujourd'hui-Mali

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Sory  Ibrahim Guindo, journaliste : « En réponse à la lettre circulaire du ministre des Finance, Boubou Cissé, ordonnant une rétention du salaire des magistrats grévistes, le syndicat des magistrats affirment une sombre affaire de 3,5 milliards CFA disparu à l'hôtel des Finances.

C'est maintenant que nos braves magistrats se sont souvenus de cette scabreuse affaire. Au Mali, chacun défend sa sauce. L'Etat vous paye pour lutter contre la corruption et la délinquance financière, vous vous taisez. Maintenant que l'on menace de vous couper les vivres, vous nous balancer ça ».

 

Blog

« Quand le pays sombre dans la politique politicienne, la démocratie se résume aux luttes électoralistes »

Une petite rétrospective sur la lutte des pères de l’Independence, et du vent de démocratie qui souffla sur l’Afrique dans les années 1990, fait constater aisément l’échec cuisant de toute la classe politique actuelle.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Politique et physique-chimie

15 0ctobre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Louise Mushikiwabo incarnera-t-elle les valeurs de la Francophonie ?

15 Octobre

© Dépêches du Mali 2012 - 2018