Mardi 25 Septembre 2018
Bannière FISST

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Lutte contre l'abus et le trafic illicite des drogues : 200 000 comprimés de Tramadol saisies dans la région de Kayes en 2017

La salle de conférence de la Chambre de commerce de Kayes a servi de cadre, le mardi 26 juin, à la cérémonie d’ouverture de la célébration de la Journée internationale de la lutte contre l’abus et le trafic illicite des drogues.

C’était sous l’égide du ministre de la Sécurité et de la protection civile, le Général Salif Traoré.

Célébrée le 26 juin de chaque année, la présente Journée internationale de la lutte contre l’abus et le trafic illicite des drogues de cette année a pour thème : « La problématique du trafic et la consommation non médicale du Tramadol au Mali ».  Selon le directeur général de l’Office central des stupéfiants, le magistrat-colonel M. Adama Tounkara, on assiste depuis quelques temps à un usage détourné du Tramadol. C’est pourquoi, explique-t-il, son service a jugé nécessaire de tirer la sonnette d’alarme pour informer la population et de faire un plaidoyer auprès des autorités afin que cette problématique puisse être prise en compte.

Ce thème revêt une importance particulière pour la région de Kayes compte tenu de l’ampleur de la prise des comprimés de Tramadol hors prescription médicale par les jeunes, a déclaré le ministre de la Sécurité et de la Protection civile, Salif Traoré. Avant d’ajouter que « cet antalgique utilisé pour atténuer la douleur, est en phase de devenir un véritable problème de santé publique en raison de sa consommation non contrôlée ».

La région de Kayes, selon lui, doit être à l’avant-garde de la lutte contre le fléau, au regard de l’ampleur des saisies estimées à 200 000 comprimés de Tramadol, avec près d’une cinquantaine d’interpellations opérées par l’antenne de l’Office central des stupéfiants de Kayes en 2017. Le Ministre a conclu en réitérant la ferme volonté du gouvernement de lutter contre l’abus et le trafic de drogues.

Pour le coordinateur du bureau de l’Office des Nations Unies contre la Drogue et le Crime (ONUDC), Ganda Traoré, le fait de placer les jeunes au centre des débats sur cette thématique comporte une dimension pédagogique qui vise à faire de ceux-ci un levier incontournable pour vulgariser l’information et la sensibilisation auprès de tous. De l’avis de M. Traoré, le dosage des comprimés de Tramadol saisis en Afrique de l’Ouest est largement supérieur aux 50 milligrammes habituellement vendus dans les pharmacies.

Dans le circuit illicite, explique-t-il,  les dosages vont de 100, 200 jusqu’à 250 milligrammes de substance active. Le problème majeur de cet antalgique est que son usage n’est pas interdit par les législations nationales des Etats du Sahel, regrette-t-il. Du coup, poursuit-il, nous ne pouvons que nous focaliser sur la prévention et encourager les Etats à légiférer dans ce sens, en vue de parvenir à la mise sous contrôle national du Tramadol.

Abdrahamane Sissoko

Envoyé spécial à Kayes

Source: Le Pays

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Sory  Ibrahim Guindo, journaliste : « En réponse à la lettre circulaire du ministre des Finance, Boubou Cissé, ordonnant une rétention du salaire des magistrats grévistes, le syndicat des magistrats affirment une sombre affaire de 3,5 milliards CFA disparu à l'hôtel des Finances.

C'est maintenant que nos braves magistrats se sont souvenus de cette scabreuse affaire. Au Mali, chacun défend sa sauce. L'Etat vous paye pour lutter contre la corruption et la délinquance financière, vous vous taisez. Maintenant que l'on menace de vous couper les vivres, vous nous balancer ça ».

 

Blog

« Quand le pays sombre dans la politique politicienne, la démocratie se résume aux luttes électoralistes »

Une petite rétrospective sur la lutte des pères de l’Independence, et du vent de démocratie qui souffla sur l’Afrique dans les années 1990, fait constater aisément l’échec cuisant de toute la classe politique actuelle.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Délégation gondwanaise à l’ONU

25 Septembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Afrique : Faut-il s’inquiéter des investissements chinois ?

25 Septembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2018