Mercredi 23 Mai 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Dr Boubou Cissé au Grand débat d’Africa n°1: « Le Mali occupe la 3e place économique de l’UEMOA, après la Côte d’ivoire et le Sénégal »

L’émission Grand Débat de la radio panafricaine Africa n°1, présentée par Francis Laloupo, avait comme invité le Dr Boubou Cissé, Ministre de l’Economie et des Finances, le lundi 30 avril 2018 à Paris.

Pour le ministre, « le Mali marche et les fondements d’un pays émergent sont là. Il s’agit de travailler ensemble pour un Mali réconcilié et en paix ». Les grandes lignes de ce débat.

Au centre de ce débat, la situation de l’économie malienne, cinq ans après la crise socio sécuritaire majeure que l’Etat Malien s’évertue à résoudre ; les ressorts dont dispose le pays  pour  maintenir les grands équilibres face aux urgences quotidiennes issues des foyers de tension sur le territoire ; et comment rendre l’économie résilience dans ce contexte de situation de conflit au Mali. Le bilan économique du Président va-t-il- il contenir les attaques des opposants à l’heure de l’élection présidentielle, prévue pour juillet prochain ? Le  Président  sortant IBK est-t-il candidat ?

Gérer une économie dans un pays en crise, comme c’est le cas au Mali, ne relève pas d’une gestion ordinaire, mais qu’il faut rendre ordinaire, selon le ministre de l’Economie et des Finances du Mali, le Dr Boubou Cissé. La démarche consiste alors  à aller  chercher plus pour faire face aux dépenses sécuritaires, tout en ayant à l’esprit les dépenses sociales, selon l’invité. Au Mali, dit le Ministre Cissé, il y a un Gouvernement ordinaire qui fait face à une situation exceptionnelle et l’intelligence dans la gestion des finances publiques doit être de mise. A l’avènement du Président IBK au pouvoir, le Mali était un pays en grande difficulté : tissu économique délabré, apport timide ou pas du tout des partenaires, attentes croissantes et grandissantes des populations et le Mali faisait face l’arrêt brutal des appuis budgétaires.

Selon lui, le cadre macro-économique est resté robuste depuis quelques années, la croissance économique a affiché un rythme plus soutenu en 2014 et en 2015 avec des taux de croissance respectifs de 7,2% et 6%, permettant de jeter les bases d’un développement économique et social, inclusif et durable malgré un contexte sécuritaire fragile.

Pour Dr Boubou Cissé, la relance de l’économie et le résultat ci-dessus évoqué, proviennent  de la mobilisation de l’effort interne, des ressources propres, à travers des réformes engagées qui ont donné des résultats. Il s’agissait principalement, des recettes budgétaires qui ont augmenté de plus de 50% sur ces quatre dernières années. Ensuite avec l’arrivé de l’ordre institutionnel, le Mali  a bénéficié de la reprise des appuis budgétaires et du retour de certains investisseurs.

En matière d’investissement, depuis l’avènement du Président IBK au pouvoir, explique le Ministre Cissé, la structure même du budget a cessé d’être un budget de fonctionnement, pour devenir un budget d’investissement : un peu plus de 40% du budget est orienté pour les investissements. Ces investissements vont directement vers les infrastructures routières, énergétiques, agricoles et les facteurs de production. Dans ce domaine de gros efforts ont été menés.

Sur la reconstruction de l’armée au Mali, le Ministre Cissé indique que  l’effort militaire représente aujourd’hui 22% du budget national, sur fond d’un processus réel d’amélioration des capacités opérationnelles des forces de sécurité et de défense au Mali. Le moral des troupes est de plus en plus  au beau fixe de nos jours : l’initiation de la Loi d’Orientation de programmation militaire par le Président IBK, votée par l’Assemblée Nationale, qui établit le budget de l’armée sur cinq ans de 2015 à 2019 à plus de 2 200 milliards de FCFA, soit une augmentation de budget de plus 100% sur les dix dernières années, en est pour est  beaucoup.

Aujourd’hui, le Mali dispose de sept vecteurs aériens pour son armée ce qui n’était pas le cas avant l’année 2013. Et sur ce chapitre, Dr Boubou Cissé révèle que l‘Accord de Paix est financé par les ressources maliennes et pense bien que les efforts engagés dans la paix sont visibles et rentables. Le Ministre rassure qu’au Mali, il n’y a pas de dépenses hors budget : c’est le respect des lois et des engagements pris avec les partenaires techniques et financier, conforment à la volonté du Président de la République et de celle du Premier ministre.

Pour Dr Boubou Cissé, le Mali, par le respect des critères communautaires de l’espace UEMOA, occupe la 3e place économique après la Côte d’ivoire et le Sénégal et se place en 7e place dans la CEDEAO. Une crédibilité du pays dont il est important que le grand public sache, qu’il a des dirigeants qui respectent les engagements pris auprès des partenaires au nom du Mali, malgré les difficultés. Il est également plus important que cette croissance doit être au grand bénéficie des couches défavorisées.

La gestion de la sortie de la crise est adossée à une politique de développent sociale, dira le Ministre Cissé. Ce volet social a pour but l’amélioration des conditions des vies des populations. Une volonté du Président de la République, basée sur le programme présidentiel d’urgence sociale pour que les populations bénéficient d’avantage de la croissance économique surtout au niveau des services sociaux de base : la santé, l’éducation, l’accès l’eau et le volet infrastructure rurale.

La croissance économique a permis aussi d’augmenter les salaires des fonctionnaires. Au Mali, les salaires ont augmenté de 20% et ce depuis 2015 avec une baisse de l’impôt sur les salaires de l’ordre de 8%. Ce qui a permis une augmentation sensible des pouvoirs d’achats. L’augmentation de 100% des allocations familiales et du SMIG à 100%. Des efforts ont été faits  et les faits plaident pour ces mesures.

Sur la tenue des élections présidentielles, Dr Boubou Cissé  indique  que le Gouvernement a déjà mis en place un plan d’urgence intégré pour sécuriser l’opération qui bénéficiera sans doute des effets de l’opération Dambé lancée par le Premier ministre. « Le Président sortant, IBK, pour des raisons de continuité et du fait de son sens de l’équilibre et de retenu pour un Mali réconcilié et en paix, doit se représenter aux élections présidentielles de 2018, affirme Dr Boubou Cissé. Son bilan n’est pas négatif mais bien positif, le Mali marche et les fondements d’un pays émergent sont là. Il s’agit de travailler ensemble pour un Mali réconcilié et en paix », conclu-t-il.

Dembélé

Source: Le républicain

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Présidentielle 2018 : l’Interview de la Semaine

Coup d'gueule

« Au Mali, on sait plus dénoncer la corruption que de la combattre…», dixit Mamadou Ismaïla Konaté, ancien ministre de la Justice

« Au Mali, on sait plus dénoncer la corruption que de la combattre ou de lui résister. Beaucoup vivent de ses fruits ou du bénéfice de ses produits aussi nocifs que mortels que le Sida. Si rien n’est fait par contre, on sera obligé de tout faire pour en guérir sinon en mourir »

Blog

« Cultivez vos propres champs ! », dixit le Pr Clément Dembélé

« Jeunes maliens, Je vous vois un jour tous ensemble dans « le parti du peuple malien » au lieu de vous diviser pour des gens qui n’ont rien donné autre que la désuétude politicienne dans ce pays.

Ne soyez pas porteurs de témoin de cette déception dont vous en êtes victime. Cultivez vos propres champs!!!

Lire la suite

Présidentielle 2018 : La Voix de la Société Civile

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Le futur de Président-Fondateur

21 Mai


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Ramadan: la flambée des prix

22 Mai

© Dépêches du Mali 2012 - 2018