Jeudi 18 Octobre 2018
Bannière FISST

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Mopti : FORMATION DE 500 JEUNES

Le ministre de la Jeunesse et de la Construction citoyenne, porte-parole du gouvernement, Amadou Koïta, a présidé, jeudi dernier à Soufouroulaye, le lancement solennel des sessions de formations par apprentissage de 2018 jeunes au camp de jeunesse de Soufouroulaye et dans les centres privés de Mopti, Gao, Tombouctou et Bamako.

C’était en présence du représentant du directeur pays du PNUD, Baber Abdou Dicko, du directeur national de la Jeunesse, Sina Dembélé, accompagné de son chef de division formation, Mme Diamoutènè Fatoumata Traoré. Y était aussi présente une délégation des autorités régionales et locales, conduite par le gouverneur, le général Sidi Alassane Touré.

Fruit d’un partenariat fécond entre le ministère en charge de la Jeunesse et le système des Nations unies, à travers le PNUD, la session s’inscrit dans la mise en œuvre du volet additif du projet conjoint Jeunesse et Résilience, financé par la Norvège. En plus des sessions antérieures qui ont déjà formé et doté de kits d’insertion 905 jeunes, la présente va mettre le pied à l’étrier à 500 autres dont 250 filles pour la production. Ils seront formés dans 5 corps de métier et filières économiques: construction métallique, menuiserie bois, teinture, coiffure esthétique et mécaniques pour les engins à deux roues, répondant à leur profil et aux besoins du marché local.

A Soufouroulaye ils seront 190 jeunes, soit 95 de la Région de Mopti, 60 de Tombouctou et 35 de Gao, à recevoir la formation. Les 310 autres seront au niveau des centres privés à Tombouctou (3 centres), Gao (3 centres), Mopti (2 centres) et au niveau du centre de formation professionnelle de Missabougou à Bamako.

Le 2è adjoint au maire de Sio, Badou Dembélé, a souhaité la bienvenue et un agréable moment aux hôtes. Le président du Conseil régional des jeunes de Mopti, Djougal Goro, a, au nom du CNJ, remercié le gouvernement et ses partenaires d’avoir fait sien l’adage qui enseigne que : « mieux vaut apprendre à pêcher à quelqu’un que de lui donner tous les jours du poisson ».

Il a aussi remercié le gouvernement, notamment le ministre de la Jeunesse pour sa promptitude dans la mise en œuvre du programme et salué l’engagement constant de la Norvège dont le financement a permis de réaliser ce vaste projet de formation et d’insertion de 1405 jeunes contre une prévision initiale de 1350. L’innovation dans cette session réside dans le choix des centres privés pour accueillir le plus gros lot des apprenants. Selon M. Dicko, cela s’explique par le souci de renforcer le partenariat entre secteurs public et privé en vue de profiter du soutien des Nations unies aux efforts de reconstruction et de relance du pays.

« La formation et l’insertion sont un processus continu. Nous devrons donc poursuivre et renforcer le partenariat en associant d’autres PTF pour la restauration de la paix et assurer le développement, conformément au mandat des Nations unies et du PNUD en particulier », a-t-il indiqué.Lntremadou Koïta a d’abord loué le Tout puissant, l’Omniscient pour nous avoir donné l’intelligence, la force et les moyens nécessaires de conduire ce programme, conformément aux objectifs assignés, à savoir : contribuer au relèvement du niveau économique des jeunes des régions du Nord. Au-delà de la promotion socio-économique des jeunes, il permet aussi de renforcer la cohésion sociale, le brassage entre jeunes et membres des communautés de base conformément au processus de restauration de la paix. Il est donc en parfaite harmonie avec la vision du président de la République, dans son projet de société : « Le Mali d’Abord ». En insistant sur l’importance de l’apprentissage d’un métier, le ministre a rappelé qu’un jeune désœuvré, inactif, oisif est une menace sociale, une proie facile des groupes du mal. Il a saisi l’occasion pour remercier et féliciter le PNUD et l’ensemble du système des Nations unies pour l’assistance constante. Avant de témoigner de sa reconnaissance à la Norvège pour son apport fort appréciable dans le financement du projet.

Dramane

COULIBALY

AMAP/Mopti

Source : l’Essor

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Sory  Ibrahim Guindo, journaliste : « En réponse à la lettre circulaire du ministre des Finance, Boubou Cissé, ordonnant une rétention du salaire des magistrats grévistes, le syndicat des magistrats affirment une sombre affaire de 3,5 milliards CFA disparu à l'hôtel des Finances.

C'est maintenant que nos braves magistrats se sont souvenus de cette scabreuse affaire. Au Mali, chacun défend sa sauce. L'Etat vous paye pour lutter contre la corruption et la délinquance financière, vous vous taisez. Maintenant que l'on menace de vous couper les vivres, vous nous balancer ça ».

 

Blog

« Quand le pays sombre dans la politique politicienne, la démocratie se résume aux luttes électoralistes »

Une petite rétrospective sur la lutte des pères de l’Independence, et du vent de démocratie qui souffla sur l’Afrique dans les années 1990, fait constater aisément l’échec cuisant de toute la classe politique actuelle.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

La VAR aux élections

17 0ctobre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Thomas Sankara: un monument à sa mémoire

17 Octobre

© Dépêches du Mali 2012 - 2018