Dimanche 22 Avril 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Bamako-Angers : 44 ANS DE COOPÉRATION EXEMPLAIRE

Les viles d’Angers et de Bamako entretiennent des relations de coopération décentralisée depuis 44 ans. La Maison du partenariat Angers-Bamako, cadre du suivi des projets de cette coopération, a été créée en octobre 1997.

Pour marquer les 20 ans d’existence de cette infrastructure, le maire d’Angers, Christophe Dechu, à la tête d’une forte délégation, séjourne dans notre pays jusqu’au 14 avril. La délégation a été reçue, hier, par le maire du District de Bamako, Adama Sangaré, en présence des maires des six communes du District.

L’objectif de cette visite de Christophe Dechu est d’évaluer le partenariat Bamako-Angers afin de dégager des perspectives répondant aux réalités des deux entités. Il s’agit aussi de donner une meilleure lisibilité et visibilité aux actions de la coopération aussi bien à Angers qu’à Bamako, et de permettre à la ville d’Angers et à Angers Loire Métropole en lien avec la ville de Bamako d’engager de nouveaux cycles de projets.

Dans son discours, le maire d’Angers a rappelé que depuis 20 ans, il y a une maison du partenariat Bamako-Angers qui a été construite sur un terrain offert par notre pays. Selon Christophe Dechu, venir maintenant au Mali et être aux cotés des élus communaux et le maire du district de Bamako, est une façon de manifester l’amitié angevine à l’endroit du Mali dans des moments difficiles. Mais aussi de manifester une espérance commune et la détermination d’Angers à continuer à travailler avec la ville de Bamako.

«Les amis, c’est quand les choses sont un peu compliquées qu’on voit qu’ils sont de bons amis, si tout va bien il n’y a pas que les bons amis qui viennent à la maison, mais il y a aussi les profiteurs», a déclaré Christophe Dechu, ajoutant qu’ils viennent en ami, pour voir ensemble ce qu’Angers pourra faire pour continuer à aider le Mali.

Selon M. Dechu, le jumelage Bamako-Angers est plus qu’un jumelage, c’est une fraternité qui existe depuis 44 ans entre les deux villes qui appartiennent à la même famille : l’humanité. Il a indiqué que des milliers de Maliens sont passés à Angers soit pour des études, soit pour des compétitions sportives.

Quant au maire du district de Bamako, il a souligné que la vie d’une collectivité est rythmée par des instants forts, des rencontres, des partages mais aussi des commémorations. «Au-delà de l’hébergement des Angevins de passage dans notre pays, et des activités de suivi des projets, la Maison du partenariat s’est élargie à tout le Mali. Elle accueille des séminaires et conférences organisés par l’Etat et les organisations de la société civile», a témoigné Adama Sangaré, ajoutant que la Maison du partenariat est un élément des fruits de notre jumelage car au fil du temps, les rencontres et les projets engagés ont contribué à l’amélioration du cadre de vie et du bien-être des citoyens de Bamako.

«Cette belle initiative, consacrée par le capitaine Sékou ly et Jean Turc avec le témoignage de la Fédération mondiale des villes jumelées, il y a 44 ans, fut renforcée par la charte de coopération de 1994 à travers l’implication des associations et aussi des communes riveraines de part et d’autre», a expliqué Adama Sangaré.

Les actions symboliques de la coopération, a ajouté le maire central de Bamako, illustrent l’efficience et l’ancrage du jumelage Angers-Bamako. «Ce jumelage force le respect et l’estime. Il est exemplaire et inspire beaucoup de villes à travers le monde», a-t-il commenté. Pour lui, la maturité et l’évolution de la coopération Bamako-Angers impose de rénover et de revisiter les axes de coopération pour mieux les adapter aux réalités nouvelles des villes respectives, mais aussi de mutualiser les efforts.

Abdoul K. COULIBALY

Source : l’Essor

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Présidentielle 2018 : l’Interview de la Semaine

Coup d'gueule

« Choguel Kokala Maïga est complice dans le massacre de 200 enfants du Mali le 26 mars 1991 », Dixit Aguibou Koné, ancien de l’AEEM et candidat à la présidentielle 2018

« Choguel Maïga ? Un complice passif des massacres qui doit sa liberté au choix de la réconciliation nationale décidée après le 26 mars; car trop de gens étaient mouillés dans le massacre des enfants du Mali : plus de 200 morts en 4 jours, des milliers de blessés.

Lire la suite

Blog

« Si nous disons la vérité en faisant preuve d'humilité et de bon sens, le Mali va se redresser »

La classe politique dirigeante depuis 1960 y compris Moussa Traoré lui même est celle formée par l'USRDA. Que l'ADEMA et ses partis fils aient imposé une culture de parti unique de fait, ne doit étonner personne, pas plus que leur corruption.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

V comme faire le vide

20 Avril


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

20 Avril

© Dépêches du Mali 2012 - 2018