Mardi 22 Janvier 2019

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Augmentation des tarifs douaniers aux frontières : Le Collectif des commerçants de Bamako menace d’aller en grève

Pour protester contre la flambée des frais de dédouanement, les frais d’impôts trop élevés, la vente illicite des bâtiments du marché et pour la libéralisation des visas chinois, le Collectif des commerçants de Bamako s’est réuni le samedi 24 mars dernier à la Place du Souvenir de Bamako.

Plusieurs centaines de commerçants ont répondu à l’appel.

Il s’agissait à travers cette rencontre, d’informer l’opinion nationale sur les difficultés auxquelles les commerçants maliens sont confrontés à l’intérieur comme à l’extérieur du Mali. Parmi les difficultés exprimées,  figurent la flambée des frais de dédouanement, la vente des bâtiments administratifs dans les marchés aux particuliers, la hausse des impôts et la manière dont le visa chinois est délivré aux commerçants.

Concernant les frais de douane exorbitants au niveau des frontières et les taxes jugées trop élevées, les commerçants demandent aux autorités d’intervenir au niveau des départements concernés pour trouver une solution rapide et convenable à leur situation. Face à ce déséquilibre financier, les commerçants pointent du doigt le comportement suspicieux des douaniers aux frontières, qui se meuvent souvent en transitaires. « Jadis, tous les pays frontaliers du Mali venaient s’approvisionner chez nous mais à cause de nos taxes et frais de dédouanement trop élevés ils ont cherché d’autres destinations », nous indique Bourama Maïga, président du Collectif. Sans langue de bois, les différents groupements de commerçants ont déploré la gestion machiavélique des bâtiments administratifs dans les marchés au profit des particuliers et demandé la libéralisation des visas chinois qui sont monopolisés par un certain nombre d’individus. « Notre souhait n’est pas de lutter contre l’augmentation en cours mais de réduire l’ancienne taxe que nous jugeons déjà trop élevée », a expliqué Salif Simpara, président du collectif des commerçants du marché Dabanani.Tout en saluant l’effort que le ministre du commerce a déployé pour atténuer la situation, les commerçants demandent encore une forte implication des autorités pour une solution définitive à cette flambée qui les a longtemps asphyxiés.

« Si rien n’est fait pour remédier à la situation, les commerçants sont décidés d’aller en grève dans la deuxième décade du mois d’avril et à demander la démission des responsables de tous les départements concernés », a prévenu le président du Collectif.

Bourama Camara

Source: Le Challenger

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

« Prix Oumar Diallo » 3e édition

Presse (écrite/numérique) et radio

Termes de référence du concours – Modalités générales

Lire la suite

Coup d'gueule

Adame Ba Konaré, à propos de l’hécatombe perpétrée sur les Peuls : « La formidable cohésion a pris un grand coup et un tournant tragique »

Dans une publication, Pr Adame Ba Konaré, ancienne première dame et marraine de l’association Tabital Pulaaku internationale, dénonce les crimes perpétrés contre les communautés peules.

Pour moi, il s’agissait d’ancrer les communautés peules encore mieux dans des cadres étatiques soucieux d’harmonie sociale entre l’ensemble de leurs citoyens regroupés dans une communauté de destin.

Lire la suite

Blog

Lettre ouverte de Doumbi Fakoly à IBK : « La malédiction des Morts et des Vivants s’ébranle »

Ibrahima Boubacar Keïta le sais-tu ? La Spiritualité est la gestion du rapport du Monde Invisible au Monde Visible ; car les deux dimensions du temps et de l’espace sont imbriquées l’une dans l’autre ; tout événement dans l’une a des répercussions dans l’autre.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Ils n'ont rien laissé

21 Janvier 


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] RDC: l'UA fait pression

21 Janvier

© Dépêches du Mali 2012 - 2019