Mercredi 17 Octobre 2018
Bannière FISST

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Gao : Les enseignants réclament leur salaire de janvier

Le collectif des syndicats de l’éducation de la Région de Gao observe une grève à compter du jeudi 8 février jusqu’au paiement intégral de leur salaire du mois de janvier 2018.

Cet un avis qui est affiché au niveau du lycée Yana Maïga est signé par le SNEC, le syndicat national des enseignants fonctionnaires des collectivités territoriales (SYNEFCT), le syndicat de l’éducation de base (SYNEB), le SYPESCO, le SYNESEC et le SYLDEF.

Notre équipe de reportage s’est rendue hier matin au lycée Yana Maïga pour constater la grève. Nous avons rencontré Siatou Maïga en classe de 11è sciences économiques et sociales (SES). « Ce matin, je suis venue pour étudier, malheureusement nos enseignants sont en grève. Je souhaite que l’Etat fasse quelque chose pour que nous puissions étudier sans problème », a-t-elle lancé.

Dans la même cour, nous avons interrogé le bachelier en série sciences économiques et sociales (SES), Oumar Diarra « c’est ma première fois d’être dans une classe de terminale et je compte faire tout pour passer à mon premier examen. Nous sommes des enfants de l’Etat, donc l’Etat doit payer les enseignants parce qu’ils ont aussi des familles à nourrir », a dit l’élève Diarra.

Quant au parent d’élèves Bouba Awatane que nous avons interrogé sur la situation de la grève des enseignants, il a répondu que les autorités de notre pays ne se soucient pas des enfants des pauvres, car les leurs sont dans des écoles privées à l’étranger. L’enseignant des collectivités territoriales au lycée Yana Maïga, Alassane Touré a précisé qu’il a observé la grève du collectif des syndicats de l’éducation de la Région pour non paiement du salaire de janvier 2018, mais dès qu’il touchera son salaire, il reviendra immédiatement en classe pour dispenser son cours de français.

Le censeur du lycée Yana Maïga, Amadou Sokanda a indiqué que l’effectif des enseignants de son établissement est de 47 professeurs composés de fonctionnaires et de vacataires, dont la majorité a observé la grève. D’autres sont en classe pour le test pédagogique pour passer au grade de professeur titulaire ou principal, a précisé le censeur du lycée.

Le directeur de l’Académie d’enseignement de Gao, Ahamed Dicko a précisé qu’il est informé de la grève du collectif. Apparemment, il n’est pas du même avis que les grévistes. « Les enseignants d’aujourd’hui fruit de la démocratie peuvent se permettre cette situation, sinon ils peuvent venir dispenser les cours en attendant, parce que la Région de Gao a connu une crise qui vaut la peine de faire ce travail d’enseignant à l’endroit de leurs enfants, leurs neveux et cousins afin que ceux-ci réussissent », a-t-il plaidé. Avant d’enchaîner que depuis longtemps, il constate que le mois de janvier a toujours posé des problèmes sur le plan salarial, mais dès que ce mois passe, tout se met dans l’ordre, a souligné le directeur de l’Académie de Gao.

Abdourhamane TOURÉ

AMAP-Gao

Source : l’Essor

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Sory  Ibrahim Guindo, journaliste : « En réponse à la lettre circulaire du ministre des Finance, Boubou Cissé, ordonnant une rétention du salaire des magistrats grévistes, le syndicat des magistrats affirment une sombre affaire de 3,5 milliards CFA disparu à l'hôtel des Finances.

C'est maintenant que nos braves magistrats se sont souvenus de cette scabreuse affaire. Au Mali, chacun défend sa sauce. L'Etat vous paye pour lutter contre la corruption et la délinquance financière, vous vous taisez. Maintenant que l'on menace de vous couper les vivres, vous nous balancer ça ».

 

Blog

« Quand le pays sombre dans la politique politicienne, la démocratie se résume aux luttes électoralistes »

Une petite rétrospective sur la lutte des pères de l’Independence, et du vent de démocratie qui souffla sur l’Afrique dans les années 1990, fait constater aisément l’échec cuisant de toute la classe politique actuelle.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Remaniement

16 0ctobre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Le PDCI tient son Congrès extraordinaire

16 Octobre

© Dépêches du Mali 2012 - 2018