Vendredi 20 Avril 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Le cap des 18 millions de maliens franchi : Des mesures démographiques s’imposent pour éviter la bombe sociale

Difficile de parler de cette question de forte croissance de la population malienne sans souligner les multiples problèmes socio-économiques qui l’accompagnent notamment l’accès à l’éducation et l’emploi des jeunes.

Selon un rapport de l’Observatoire national de l’emploi et de la formation (Onef) présenté lors un atelier de restitution le 28 décembre 2017, le Mali a encore du chemin à parcourir pour faire face aux défis. Le rapport est issu de l’Enquête nationale auprès des ménages (ENEM 2016) qui estime la population totale du pays à 18 millions de personnes dont 50 % de femmes.

Mais cette forte croissance démographique du Mali est accompagnée de nombreuses questions socio-économiques notamment l’accès à l’éducation pour tous, mais surtout l’emploi des jeunes qui demeurent une épines dans les pieds des décideurs politiques.

Classé 160e sur 169 pays en 2010, le Mali est l’un des pays les plus pauvres. Il possédait en 2013 l’un des taux de fécondité les plus élevés au monde, soit plus de 6 enfants par femmes. Cette croissance galopante ne rythme pas avec notre économie, causant du coup des problèmes socio-économiques qui interpellent tous. Cette situation nous rappelle également d’un éminent économiste Anglais Tomas Robert Malthus qui disait que : “Tant que la croissance démographique ne rythme pas avec l’économie, il n’y aura jamais l’équilibre. Pour lui les populations croissent de façon exponentielle tandis que les ressources croissent  de manière arithmétique”.

Mais au-delà de cette théorie malthusienne, la forte croissance actuelle de la population malienne a créé des problèmes socio-économiques à la résolution desquels les autorités doivent immédiatement s’atteler. Ils sont en grande partie d’ordre éducatif et professionnel.

Pour l’atteinte des ODD 4 d’ici 2030, les autorités doivent engager des politiques en vue de les juguler. Il s’agit de l’éducation pour tous et l’emploi des jeunes pour qu’ils ne constituent dans l’avenir pas une bombe sociale. En effet, la population jeune en âge de travailler compte pour un peu de la moitié (48,9 %) de la population totale.

Zoumana Coulibaly

Source : L'Indicateur du Renouveau 5 Jan 2018

Commentez avec facebook

Commentaires   

0 #1 Smithk802 07-01-2018 03:34
The principle isn't to artificially turn out to be effective, kgkfaegaeaegbbd e
Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Présidentielle 2018 : l’Interview de la Semaine

Coup d'gueule

« Choguel Kokala Maïga est complice dans le massacre de 200 enfants du Mali le 26 mars 1991 », Dixit Aguibou Koné, ancien de l’AEEM et candidat à la présidentielle 2018

« Choguel Maïga ? Un complice passif des massacres qui doit sa liberté au choix de la réconciliation nationale décidée après le 26 mars; car trop de gens étaient mouillés dans le massacre des enfants du Mali : plus de 200 morts en 4 jours, des milliers de blessés.

Lire la suite

Blog

« Si nous disons la vérité en faisant preuve d'humilité et de bon sens, le Mali va se redresser »

La classe politique dirigeante depuis 1960 y compris Moussa Traoré lui même est celle formée par l'USRDA. Que l'ADEMA et ses partis fils aient imposé une culture de parti unique de fait, ne doit étonner personne, pas plus que leur corruption.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

V comme faire le vide

20 Avril


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

20 Avril

© Dépêches du Mali 2012 - 2018