Mardi 23 Octobre 2018
Bannière FISST

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Manifestation à Bamako : 300 ex travailleurs de l’HUICOMA réclament 8 milliards à l’Etat

Marche du Collectif des femmes ex-travailleurs de l'HUICOMA de Koulikoro à Bamako. Les manifestantes, qui ont tenté de « marcher nues » ce matin, réclament aux autorités un plan social de plus huit milliards de franc CFA après la privatisation de l’Huilerie Cotonnière du Mali en 2005.

Mais selon la ministre du travail et de la fonction publique, « le gouvernement s’est engagé à verser la somme de 2 milliards 100 millions de francs CFA pour les travailleurs des sociétés Huicoma, au regard, selon elle, d’un protocole signé entre les différentes parties ».

Réunies donc à Bamako, les militantes du collectif des femmes ex travailleurs de l’HUICOMA ont tenté de « marcher nues », ce matin. Mais elles ont été dispersées par des gaz lacrymogènes de la police et de la gendarmerie. Les manifestantes, soutenues par quelques compressés, dénoncent « le non respect» du délai de huit semaines pendant lesquelles le gouvernement s’est engagé à payer les droits de 300 ex-travailleurs de l’HUICOMA.

Elles étaient une centaine de femmes membres du collectif des ex-travailleurs de Huicoma à battre le pavé depuis Koulikoro pour Bamako avec un seul objectif : rencontrer le président de la République sur leur situation. Mais celles-ci ont vu leur objectif estompé depuis Boulkassoumbougou où la police les a empêchées de rentrer à Bamako.

Pourtant avant cette marche, le gouvernement s'était engagé dans un délai de huit semaines à régler définitivement le paiement de leur plan social. Le collectif de femmes se dit « surpris » de voir avant ce délai un rapport du ministre du Travail qui accorde plus de deux milliards à vingt six retraités deux ans avant la privatisation.

Le ministre du Travail et de la Fonction publique a annoncé hier lors un point de presse que l'Etat a tenu toutes ses promesses en versant deux milliards cent millions de franc CFA. Cette somme selon elle, vise à payer les arriérés de salaires et indemnités. Une déclaration que les manifestantes qualifient d’ « infondée »

Source: Studio Tamani

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Sory  Ibrahim Guindo, journaliste : « En réponse à la lettre circulaire du ministre des Finance, Boubou Cissé, ordonnant une rétention du salaire des magistrats grévistes, le syndicat des magistrats affirment une sombre affaire de 3,5 milliards CFA disparu à l'hôtel des Finances.

C'est maintenant que nos braves magistrats se sont souvenus de cette scabreuse affaire. Au Mali, chacun défend sa sauce. L'Etat vous paye pour lutter contre la corruption et la délinquance financière, vous vous taisez. Maintenant que l'on menace de vous couper les vivres, vous nous balancer ça ».

 

Blog

« Quand le pays sombre dans la politique politicienne, la démocratie se résume aux luttes électoralistes »

Une petite rétrospective sur la lutte des pères de l’Independence, et du vent de démocratie qui souffla sur l’Afrique dans les années 1990, fait constater aisément l’échec cuisant de toute la classe politique actuelle.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Ministres sans portefeuille

22 0ctobre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

Vos questions d'actualité

22 Octobre

© Dépêches du Mali 2012 - 2018