Lundi 23 Avril 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Fête du 31 décembre : Le poulet à tous prix

“Le jour où mon père a commencé à vendre les poulets, le lendemain Modibo Kéita a été arrêté. Et depuis notre famille vit de ça. Cette année le marché est très lent.

Pour moi c’est à cause du déguerpissement que le gouvernement avait initié un certain moment donné. Sinon le marché allait bien, mais depuis ce jour les prix sont tombés bas. Les clients sont rares, ils viennent petit à petit. L’an passé, à pareil moment j’avais déjà une centaine de poulets commandés. Je me ravitaille en brousse chez les grossistes qui se trouvent à Namassa-dankan dans le quartier de Ngolonina derrière l’hôtel de l’Amitié. Là-bas nous achetons à des prix variés, le prix dépend du poulet de sa santé. Les prix d’achat sont de 2500, 3000 à 3000 F CFA. Et nous les revendons à 3000, 3500 ou 4000 F CFA au client à l’approche du 31, mais le jour même le prix n’est pas stable. Cependant pour les poulets de chair, nous les achetons à 2000, 2250 F CFA et les revendre à 2250-2500 F CFA. Ils sont moins chers que les poulets de la brousse”. C’est la tirade que nous a servie Seydou Doumbia, vendeur de poulets au nouveau marché de Niamakoro-Koko.

Pour M. Bakary Doumbia, vendeur au marché de Banankabougou, les Maliens ne viennent qu’à la dernière minute. “L’an passé, le jour même de la fête j’ai eu des commandes de 10, 15, 20 poulets de 2000 à 6000 F CFA pour des groupes de jeunes. Cette année, à l’approche de cette fête de volailles, le marché est très lent. J’achète les poulets à 2500-3000 F CFA. Je les revends à 3500 à 4000 F CFA, même le jour de la fête ; le prix ne varie pas chez moi”.

Selon Sidi Touré au marché de Missabougou, le pays est frappé par une crise qui ne laisse personne indifférent. “L’an passé, c’était mieux. A l’approche j’ai eu une commande de 20 à 50 poulets par 7 groupes différents. En une semaine on avait écoulé 300 à 400 poulets. Je me ravitaille chez  des grossistes et au Namassa-dankan. Les prix vont de 2000 à 3000 F CFA ou plus. Pour les poulets de chair, je me ravitaille à Banankabougou de 2400 à 2500 F CFA. Et nous les revendons à 2750 ou 3000 F CFA. Pour les poulets venus de la brousse, je les revends de 3000 à 3500 F CFA. C’est le jour même de la fête que le marché est rapide parce que le Malien n’achète qu’à la dernière minute. Dans ce travail, nous enregistrons souvent des pertes. En semaine, on peut perdre une trentaine de poulets”.

Moriba Camara

Source : L'Indicateur du Renouveau 29 Déc 2017

 

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Présidentielle 2018 : l’Interview de la Semaine

Coup d'gueule

« Choguel Kokala Maïga est complice dans le massacre de 200 enfants du Mali le 26 mars 1991 », Dixit Aguibou Koné, ancien de l’AEEM et candidat à la présidentielle 2018

« Choguel Maïga ? Un complice passif des massacres qui doit sa liberté au choix de la réconciliation nationale décidée après le 26 mars; car trop de gens étaient mouillés dans le massacre des enfants du Mali : plus de 200 morts en 4 jours, des milliers de blessés.

Lire la suite

Blog

« Si nous disons la vérité en faisant preuve d'humilité et de bon sens, le Mali va se redresser »

La classe politique dirigeante depuis 1960 y compris Moussa Traoré lui même est celle formée par l'USRDA. Que l'ADEMA et ses partis fils aient imposé une culture de parti unique de fait, ne doit étonner personne, pas plus que leur corruption.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

V comme faire le vide

20 Avril


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

20 Avril

© Dépêches du Mali 2012 - 2018