Mardi 12 Décembre 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Campagne agricole 2017: Plus de 4 millions de Maliens menacés par la crise alimentaire

D’octobre à décembre 2017, l’insécurité alimentaire touche 290 740 personnes au Mali, selon les résultats provisoires de l’analyse de la situation alimentaire du pays. Ce bilan rendu public le 1er décembre indique que la région de Sikasso est la seule à ne pas connaitre actuellement des difficultés alimentaires.

La région de Mopti est la plus touchée avec 89 466 personnes, suivie de Koulikoro qui compte 79 493 cas. Mais à terme, des millions de personnes seront sous une forte pression.

Si rien n’est fait pour renverser cette tendance, la situation pourrait être plus difficile entre juin et août 2018, en faisant basculer 794 743 personnes en crise alimentaire. Ainsi, à en croire les experts, tout le cercle de Ténenkou (région de Mopti) pourrait finalement se trouver dans la phase de crise alimentaire, et 23 autres cercles du pays seront sous une forte pression dans les régions de Kayes, Ségou, Kidal, Gao, Tombouctou, Mopti et Koulikoro.

A terme, le nombre de personnes en phase de crise alimentaire atteindra environ 795 000, soit 4,21%. Selon les autorités, la mauvaise répartition des pluies, le faible niveau de la crue, les dégâts causés par les déprédateurs sur les cultures en maints endroits et l’insécurité au centre au nord du pays ont des impacts négatifs légers à moyens sur les indicateurs de résultats. Les inondations dues pluies diluviennes ont entrainé des dégâts matériels. Importants et des pertes de bétail. Au total, 11 000 personnes ont été affectées.

L’insécurité dans le centre et le nord du pays continue d’affecter négativement les conditions socio-économiques des ménages. A ce jour, on dénombre 61 089 rapatriés et 58 594 déplacés internes. En novembre 2017, 7 cercles sont sous pression à savoir : Tombouctou, Goundam, Gourma Rharous, Ménaka, Tessalit, Tin Essako et Ténenkou. Le nombre de personnes actuellement en situation de crise alimentaire est estimé à 290 740, soit 1, 54% de la population analysée.

Oumar Ibahim Touré, le ministre Commissaire à la Sécurité alimentaire, a expliqué que les résultats de l’analyse de la situation alimentaire du pays constituent des repères. « Une fois mises à disposition, ces r=informations permettent au gouvernement et à ses partenaires d’anticiper sur les questions de vulnérabilité alimentaire », a-t-il déclaré.

Pour éviter une situation difficile aux 4 millions personnes concernées, les experts du Cadre harmonisé d’analyse recommandent au gouvernement des actions de résilience. Il s’agit de prendre des initiatives comme Cash transfert, vivres contre actifs, vivres conte formation, reconstitution de cheptel et des aménagements de proximité.

Soumaila T. Diarra

Source: Le Républicain

Commentez avec facebook

Comments are now closed for this entry

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

 IBK à propos de l’argent : "je ne suis pas un homme d'argent et les Maliens le savent »

«  J'ai été le plus pauvre des principaux candidats à l'élection de 2013 et je ne suis pas devenu le plus riche des présidents...Le montant de souveraineté dont je dispose est ridicule...Je pioche dans mes réserves personnelles pour financer des activités sociales. Je déclare mes biens chaque année et je viens de contracter un prêt pour construire une maison...Mon modeste compte (à l'étranger) à l'agence parisienne de la BMCE est débiteur de 137 euros… ». 

Blog

 Paradis fiscaux : quatre pays de l'Union européenne méritent d'être sur liste noire, selon Oxfam

http://depechesdumali.com/blog/paradis-fiscaux-quatre-pays-de-lunion-europeenne-meritent-detre-sur-liste-noire-selon-oxfam/

Alors que la Commission européenne doit dévoiler sa liste noire des paradis fiscaux le 5 décembre, l'ONG prend Bruxelles de court et énumère ce mardi les 35 pays, hors-Union européenne, qui mériteraient d'y figurer.

Après les "SwissLeaks", les "LuxLeaks" et les "Panama Papers"... les révélations récentes des "Paradise Papers" - sur les pratiques d'optimisation (parfois de fraude) fiscale des grandes entreprises et fortunes de ce monde - exercent une pression supplémentaire sur les décideurs politiques. A ce titre, la Commission européenne, désireuse de frapper "au portefeuilles" les fraudeurs, doit dévoiler le 5 décembre sa liste noire des paradis fiscaux.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

La santé de Président-Fondateur

11 Décembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

Vos questions d'actualité

11 Décembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2017