Mardi 12 Décembre 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Marché de la carte d’identité biométrique couplée à l’Amo : Le gouvernement a pris ses responsabilités en annulant une magouille planifiée

Le projet de carte biométrique couplée à l’Amo est aujourd’hui plus que jamais dans l’impasse. En effet, d’un côté, les départements sectoriels à savoir le ministre de la Sécurité et de la Protection civile, celui de l’Économie et des Finances et celui de la Solidarité et de l’Action humanitaire qui, malgré les instructions du gouvernement, ne sont pas parvenus à faire une proposition consensuelle, et de l’autre côté, un simple fournisseur non encore adjudicateur du marché qui se croit déjà en territoire conquis. Le tout sur fond de supputations, de procès d’intention et d’allégations mensongères. Face à cette situation plus que jamais préjudiciable pour l’image de notre pays, le gouvernement en toute légalité a décidé de mettre fin à tout ce processus qui, il faut rappeler, n’était encore qu’à la phase d’appel d’offres. Contrairement donc à certaines informations distillées dans la presse, les autorités n’ont pas encore procédé à une quelconque notification dudit marché à un quelconque fournisseur.

Les raisons de l’annulation

De sources proches du dossier, la décision d’annulation a été motivée par trois raisons fondamentales. Le Premier ministre Abdoulaye Idrissa Maïga aurait notifié dans une correspondance, en date du 21 septembre 2017, aux trois porteurs de ce dossier l’annulation pure et simple du marché relatif à la carte biométrique couplée à l’Amo. Selon nos interlocuteurs, le couplage de la carte biométrique Cédéao et la carte Amo pose un réel problème. Pour la simple raison que les deux documents ne sont pas régis par les mêmes normes juridiques. L’une relevant d’un décret et l’autre d’une loi. La deuxième raison qui justifie la décision du gouvernement porte sur la prise en compte de la loi N°2017-0022 du 02 juin 2017. Cette loi détermine les conditions générales d’exonération, qui conditionnent la légalité du marché et donc de l’appel d’offres. La troisième raison de l’annulation est la nécessité de préparer une loi sur le couplage aux fins d’adoption urgente. Les trois raisons traduisent la détermination du Premier ministre à mettre de l’ordre dans le processus d’attribution de ce marché.

À qui profite le crime ?

D’après les responsables de la Caisse nationale d’assurance maladie, qui ont eu leur dose de calomnie, l’opérateur «comique» et ses scribouillards ont jeté leur dévolu sur le Premier ministre Abdoulaye Idrissa Maïga. Cissé Technologie est allé jusqu’à organiser une campagne de recrutement fictive de jeunes devant servir d’agents recenseurs. La société a affiché ses avis de recrutement un peu partout sur les panneaux d’affichage de la capitale.

Toujours dans sa logique de forcer la main aux décideurs, Cissé Technologie a opté pour une série de campagne mensongère qui en dit long sur les intentions des responsables de cette société. En effet, même si son nom n’apparaît pas clairement dans cette campagne de dénigrement, tous les éléments de langage mis à la disposition de certains de nos confrères prouvent à suffisance qu’il en est le principal bénéficiaire. En clair, le PM se retrouve comme une victime collatérale d’une guerre entre deux clans. Son nom se trouve cité dans une affaire qui n’est rien d’autre qu’une campagne médiatique orchestrée par deux camps opposés avec des intérêts divergents.

Mais qu’est-ce qui fait courir Cissé Technologie ?

En effet, le lynchage médiatique auquel fait face le Premier ministre, depuis bientôt deux mois, résulte de sa décision de normaliser le marché de la carte d’identité biométrique couplée à l’Amo. Cette décision du Premier ministre fait suite au constat de graves irrégularités administratives qui entachent le dossier. Tout d’abord dans l’acquisition même du marché par la société Cissé Technologie, car elle n’a ni expérience ni compétence aucune pour décrocher un tel marché qui fait appel à une expertise avérée. Ensuite, les services compétents de l’Etat ont compris que Cissé Technologie n’a pas bien exécuté la première partie du contrat qui le liait à la Canam. La société a accusé beaucoup de retard dans l’exécution de certaines composantes et qualité des machines livrées laissent à désirer. C’est d’ailleurs pourquoi la Canam veut résilier son contrat avec lui. Enfin, les experts de l’administration ont aussi compris que le dossier du couplage des deux cartes est monté à la hâte avec un amateurisme qui ne dit pas son nom.

À cela, s’ajoute le coût de confection de la carte d’identité biométrique qui était au début de 13 000 Fcfa. D’ailleurs, ces négociations en soi constituent une erreur grave. Dans un tel processus, il ne peut être que question de négocier si les choses se passaient normalement. Même à ce niveau, le coût est insupportable pour la bourse du Malien lambda. Alors que la carte d’identité actuelle est cédée à 2000 Fcfa. Aussi, on ne comprend pas qu’on veuille coupler la carte Amo à celle d’identité, alors même que toutes les populations ne sont pas souscrites à l’Amo. Cela reviendrait à leur faire payer la carte d’un service dont elles ne sont pas bénéficiaires. Il y a visiblement à ce niveau un réel problème dans la conception du projet.

En réalité, le couplage de la carte d’identité à celle de l’Amo est une violation des textes en vigueur au Mali. Car, il n’y a aucun texte qui autorise ce couplage. Il n’y a qu’un arrêté ministériel en la matière. Il se trouve que cet arrêté même viole systématiquement la loi en la matière. Mieux, le coût de la carte biométrique est anormalement élevé par rapport aux prix pratiqués dans la sous-région. Au regard de toutes ces irrégularités, ce flou artistique et cette pression médiatique visaient à tordre la main aux autorités. Finalement, les services de l’Etat ont décidé d’annuler toute la procédure.

Qui est Cissé Technologie ?

Cissé Technologie n’est rien d’autre que cette même société qui avait attiré les courroux des banquiers qui ont débrayé pendant 72 heures en 2016, car elle a essayé d’emprisonner injustement un des leurs. C’est cette même société qui a livré la machine IRM défectueuse de Gabriel Touré sous ATT. Il a remis ça avec le CHU du point G. Le directeur de cet hôpital n’est pas du genre à se laisser faire.

Conscient que la machine IRM que Cissé leur a livrée est défectueuse, il a décidé de le poursuivre. Cette affaire est en cours et ne manquerait pas de défrayer la chronique dans les jours à venir. Cissé Technologie, c’est cette société qui ne cesse de faire parler d’elle toujours dans les affaires de malversation et de corruption d’agents publics au point où aujourd’hui rares sont les partenaires qui veulent travailler avec elle. Tout le monde la fuit comme la peste. Pour sûr, son impertinence à vouloir forcer la main aux autorités lui a coûté cher.

API

Source: Le Reporter

Commentez avec facebook

Comments are now closed for this entry

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

 IBK à propos de l’argent : "je ne suis pas un homme d'argent et les Maliens le savent »

«  J'ai été le plus pauvre des principaux candidats à l'élection de 2013 et je ne suis pas devenu le plus riche des présidents...Le montant de souveraineté dont je dispose est ridicule...Je pioche dans mes réserves personnelles pour financer des activités sociales. Je déclare mes biens chaque année et je viens de contracter un prêt pour construire une maison...Mon modeste compte (à l'étranger) à l'agence parisienne de la BMCE est débiteur de 137 euros… ». 

Blog

 Paradis fiscaux : quatre pays de l'Union européenne méritent d'être sur liste noire, selon Oxfam

http://depechesdumali.com/blog/paradis-fiscaux-quatre-pays-de-lunion-europeenne-meritent-detre-sur-liste-noire-selon-oxfam/

Alors que la Commission européenne doit dévoiler sa liste noire des paradis fiscaux le 5 décembre, l'ONG prend Bruxelles de court et énumère ce mardi les 35 pays, hors-Union européenne, qui mériteraient d'y figurer.

Après les "SwissLeaks", les "LuxLeaks" et les "Panama Papers"... les révélations récentes des "Paradise Papers" - sur les pratiques d'optimisation (parfois de fraude) fiscale des grandes entreprises et fortunes de ce monde - exercent une pression supplémentaire sur les décideurs politiques. A ce titre, la Commission européenne, désireuse de frapper "au portefeuilles" les fraudeurs, doit dévoiler le 5 décembre sa liste noire des paradis fiscaux.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

La santé de Président-Fondateur

11 Décembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

Vos questions d'actualité

11 Décembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2017