Mardi 12 Décembre 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Du rififi à la Bramali : Vers un arrêt général de travail de 72 heures le mois prochain

Selon des sources proches du personnel de Bramali, les travailleurs de cette société, pour manifester leur mécontentement contre la Direction générale pour pratiques peu orthodoxes ” assimilables à l’esclavage “, projette d’observer un arrêt de travail au début du mois de décembre.

De nos jours, règne un climat électrique de méfiance entre les travailleurs de Bramali et leur Direction générale. Pour cause, tout est parti, à en croire notre source, de l’entêtement du nouveau directeur général, Benjamin Bronne, de refuser d’appliquer le protocole d’accord signé en début d’année avec le Directeur général sortant, relatif à la revalorisation de la grille salariale et de la relecture de l’accord d’établissement de Bramali. Au lieu de l’appliquer à la lettre, le nouveau patron ouvre un nouveau front conflictuel selon les travailleurs qui lui reprochent l’imposition d’un nouveau programme de travail qui avait été arrêté faute d’accord entre le Directeur et les représentants des travailleurs et le paiement d’une prime d’astreinte en lieu et place des heures supplémentaires.

“Mépris du Directeur général vis-à-vis du personnel; menaces de licenciement de la part directeur technique et son adjoint; des responsables de service sont menacés de représailles s’ils ne sanctionnent pas des subalternes et il y a donc des demandes d’explication en cascade suivies de sanctions disproportionnées à l’égard des travailleurs” a regretté notre interlocuteur. Ce n’est pas, selon un autre travailleur qui a gardé l’anonymat, le nouveau Dg qui peut faire travailler les employés pendant les week-ends sans restauration ou des nuits sans infirmier de garde alors que des cas d’accident de travail avaient été signalés.

“Seulement en moins de 02 mois, nous comptabilisons plus de dix mises à pied souvent abusives depuis le début des négociations. Ceci a abouti à un climat de méfiance totale entre les travailleurs et les chefs de service d’une part et d’autre part chez les travailleurs eux-mêmes dans leurs propres activités quotidiennes” a souligné notre interlocuteur.

Les travailleurs sont également remontés contre le responsable des ressources humaines de Bramali, Seydina Oumar Diawara, accusé d’être l’un des acteurs pour le favoritisme dans le traitement des salaires.

En tout cas, il nous revient, d’après la même source, que les 400 employés de Bramali projettent d’observer une grève générale à partir du mois prochain car ils se disent décider, cette fois-ci, de partir jusqu’au bout pour que leurs droits soient respectés.

Kassoum THERA

Source : Aujourd'hui-Mali  25 Nov 2017

 

Commentez avec facebook

Comments are now closed for this entry

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

 IBK à propos de l’argent : "je ne suis pas un homme d'argent et les Maliens le savent »

«  J'ai été le plus pauvre des principaux candidats à l'élection de 2013 et je ne suis pas devenu le plus riche des présidents...Le montant de souveraineté dont je dispose est ridicule...Je pioche dans mes réserves personnelles pour financer des activités sociales. Je déclare mes biens chaque année et je viens de contracter un prêt pour construire une maison...Mon modeste compte (à l'étranger) à l'agence parisienne de la BMCE est débiteur de 137 euros… ». 

Blog

 Paradis fiscaux : quatre pays de l'Union européenne méritent d'être sur liste noire, selon Oxfam

http://depechesdumali.com/blog/paradis-fiscaux-quatre-pays-de-lunion-europeenne-meritent-detre-sur-liste-noire-selon-oxfam/

Alors que la Commission européenne doit dévoiler sa liste noire des paradis fiscaux le 5 décembre, l'ONG prend Bruxelles de court et énumère ce mardi les 35 pays, hors-Union européenne, qui mériteraient d'y figurer.

Après les "SwissLeaks", les "LuxLeaks" et les "Panama Papers"... les révélations récentes des "Paradise Papers" - sur les pratiques d'optimisation (parfois de fraude) fiscale des grandes entreprises et fortunes de ce monde - exercent une pression supplémentaire sur les décideurs politiques. A ce titre, la Commission européenne, désireuse de frapper "au portefeuilles" les fraudeurs, doit dévoiler le 5 décembre sa liste noire des paradis fiscaux.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

La santé de Président-Fondateur

11 Décembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

Vos questions d'actualité

11 Décembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2017