Mercredi 13 Décembre 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Union des conseils économiques, sociaux et institutions similaires : LE MALI ASSURE DÉSORMAIS LA PRÉSIDENCE

Après avoir été porté à la tête de l’UCESA, le Dr Boulkassoum Haïdara, accompagné de collègues, a été reçu par le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita

L’assemblée générale de l’Union des Conseils économiques et sociaux et institutions similaires d’Afrique (UCESA) se tient depuis hier dans notre pays. L’ouverture des travaux a été présidée par la présidente sortante de l’UCESA, Mme Aminata Tall.

On notait également la présence du président de notre Conseil économique social et culturel, Dr Boulkassoum Haïdara, de son homologue de l’Association des conseils économiques sociaux et institutions similaires (AICESIS), Gonzolez Delena Alvares, et du secrétaire général de l’UCESA, Amadou Lamine Sy.

L’ordre du jour de la rencontre de Bamako porte sur la validation du rapport d’activités et du rapport financier du bureau sortant, l’élection d’un nouveau bureau pour deux ans, l’adoption de la feuille de route de la prochaine mandature et l’examen des demandes d’adhésion et du projet de budget 2018 de l’Union.

Treize pays prennent part à cette rencontre qui marque le début des activités de la présidence du Mali. En effet, un bureau de cinq membres avec un président et 4 vice-présidents a été mis en place. Et c’est le président de notre Conseil économique, social et culturel, Boulkassoum Haïdara qui a été porté à la tête de l’UCESA.

Après avoir présenté le bilan d’exercice de sa mandature qui a été jugé satisfaisant par ses pairs, la présidente sortante, la Sénégalaise Aminata Tall a remercié notre pays pour l’organisation réussie de cette rencontre et félicité le nouveau président pour son accession à la tête de l’Union. Mme Aminita Tall a ensuite rappelé l’objectif premier de l’UCESA qui est d’assurer une pleine intégration des pays africains. Selon elle, les Conseils économiques et sociaux jouent un rôle d’éveil de conscience pour un développement inclusif. Prenant la parole en tant que nouveau président de l’Union, Boulkassoum Haïdara a remercié l’Assemblée pour la confiance portée à notre pays et au peuple malien à travers sa personne.

Par ailleurs, il a invité les membres de, l’UCESA à l’union des forces afin d’atteindre les objectifs. Le nouveau bureau a été présenté dans l’après-midi au président de la République.

Un fait important à signaler : La rencontre de Bamako a vu l’adhésion de la République démocratique du Congo (RDC) à l’Union des conseils économiques, sociaux et culturels.

Les travaux prennent fin aujourd’hui. Les participants échangent sur le thème principal de l’« Environnement et sécurité», un sujet qui demeure au centre des préoccupations de l’ensemble des Etats africains.

Anne-Marie KEITA

Source : l’Essor

Commentez avec facebook

Comments are now closed for this entry

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

 IBK à propos de l’argent : "je ne suis pas un homme d'argent et les Maliens le savent »

«  J'ai été le plus pauvre des principaux candidats à l'élection de 2013 et je ne suis pas devenu le plus riche des présidents...Le montant de souveraineté dont je dispose est ridicule...Je pioche dans mes réserves personnelles pour financer des activités sociales. Je déclare mes biens chaque année et je viens de contracter un prêt pour construire une maison...Mon modeste compte (à l'étranger) à l'agence parisienne de la BMCE est débiteur de 137 euros… ». 

Blog

 Paradis fiscaux : quatre pays de l'Union européenne méritent d'être sur liste noire, selon Oxfam

http://depechesdumali.com/blog/paradis-fiscaux-quatre-pays-de-lunion-europeenne-meritent-detre-sur-liste-noire-selon-oxfam/

Alors que la Commission européenne doit dévoiler sa liste noire des paradis fiscaux le 5 décembre, l'ONG prend Bruxelles de court et énumère ce mardi les 35 pays, hors-Union européenne, qui mériteraient d'y figurer.

Après les "SwissLeaks", les "LuxLeaks" et les "Panama Papers"... les révélations récentes des "Paradise Papers" - sur les pratiques d'optimisation (parfois de fraude) fiscale des grandes entreprises et fortunes de ce monde - exercent une pression supplémentaire sur les décideurs politiques. A ce titre, la Commission européenne, désireuse de frapper "au portefeuilles" les fraudeurs, doit dévoiler le 5 décembre sa liste noire des paradis fiscaux.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Opposition désunie

12 Décembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Deux ans après la COP21, quels changements?

12 Décembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2017