Mercredi 13 Décembre 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Bétail-viande : La filière lance un ultimatum au ministre de l’Elevage et de la Pêche

A la suite de rencontres infructueuses avec les services techniques de l’élevage sur les difficultés de la filière bétail-viande, la Fébévim, le Synemab, le Syndicat des bouchers, la Fenalait, le Synelprov, la Fifam et l’Union des pécheurs appellent leurs membres à observer une grève de 72 h à partir de ce vendredi si leurs revendications ne sont pas satisfaites par le ministre de l’Elevage entre-temps.

Après leur rencontre du 5 octobre, plusieurs syndicats, coopératives, associations de la filière bétail-viande, lait et volaille du Mali dont la Fébévim, le Synemab, le Syndicat des bouchers, la Fenalait,  le Synelprov, la Fifam et l’Union des pécheurs, ont décidé à partir de ce vendredi d’observer une grève de 72 heures.

Selon certains responsables de la filière, cette décision fait suite à différentes rencontres relatives aux difficultés de la filière bétail-viande ces temps-ci. “Après des entretiens avec les services techniques de l’élevage sur nos revendications sans suite favorable, nous demandons à toutes les filières bétail-viande, lait, pêche et volaille d’observer en commun 72 h de grève nationale à compter du 13 au 15 octobre 2017” peut-on lire dans la lettre circulaire déposée à notre rédaction signée par au moins cinq regroupements du secteur bétail-viande.

Les revendications déposées par les acteurs de la filière sur la table du ministre de l’Elevage et de la Pêche se résument en 5 points principaux. Ils exigent l’application stricte de la loi portant sur la charte pastorale sur toute l’étendue du territoire malien. Aussi la Fébévim et les autres regroupements demandent la résolution définitive du problème entre éleveurs et agriculteurs dans le Wassoulou tout en assurant la mobilité du cheptel dans la même localité et partout au Mali. Ils exigent également la punition des auteurs des exactions faites aux éleveurs et leurs biens pendant le mois de septembre 2017 à Flamana.

Les acteurs de la filière bétail-viande demandent aussi la réduction des postes de contrôle sur les axes routiers afin de diminuer les tracasseries de la police, de la douane et de la gendarmerie. Ils demandent l’installation des points de vente aux marchands de bétail dans toutes les communes du district de Bamako.

“Ces revendications ont été transmises au ministre de l’Elevage et de la Pêche. En cas de non satisfaction d’ici le vendredi, nous appellerons nos membres et sympathisants à observer un arrêt de travail”, nous a confié un responsable du secteur.

Barou

Source: L'Indicateur du Renouveau

Commentez avec facebook

Comments are now closed for this entry

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

 IBK à propos de l’argent : "je ne suis pas un homme d'argent et les Maliens le savent »

«  J'ai été le plus pauvre des principaux candidats à l'élection de 2013 et je ne suis pas devenu le plus riche des présidents...Le montant de souveraineté dont je dispose est ridicule...Je pioche dans mes réserves personnelles pour financer des activités sociales. Je déclare mes biens chaque année et je viens de contracter un prêt pour construire une maison...Mon modeste compte (à l'étranger) à l'agence parisienne de la BMCE est débiteur de 137 euros… ». 

Blog

 Paradis fiscaux : quatre pays de l'Union européenne méritent d'être sur liste noire, selon Oxfam

http://depechesdumali.com/blog/paradis-fiscaux-quatre-pays-de-lunion-europeenne-meritent-detre-sur-liste-noire-selon-oxfam/

Alors que la Commission européenne doit dévoiler sa liste noire des paradis fiscaux le 5 décembre, l'ONG prend Bruxelles de court et énumère ce mardi les 35 pays, hors-Union européenne, qui mériteraient d'y figurer.

Après les "SwissLeaks", les "LuxLeaks" et les "Panama Papers"... les révélations récentes des "Paradise Papers" - sur les pratiques d'optimisation (parfois de fraude) fiscale des grandes entreprises et fortunes de ce monde - exercent une pression supplémentaire sur les décideurs politiques. A ce titre, la Commission européenne, désireuse de frapper "au portefeuilles" les fraudeurs, doit dévoiler le 5 décembre sa liste noire des paradis fiscaux.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Opposition désunie

12 Décembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Deux ans après la COP21, quels changements?

12 Décembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2017