Mardi 12 Décembre 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Reprochant à Ibk ses multiples voyages inutiles et couteux : Le Fmi veut revoir son aide au Mali

Avec de nombreux voyages coûtant en moyenne 300 millions de FCFA par mois au contribuable malien, soit près de 3,6 milliards de nos francs par an, IBK grève sérieusement le budget d’Etat et c’est ce que le Fonds monétaire international a constaté pour se demander finalement si cela vaut la peine de soutenir financièrement un pays dont le président de la République dépense beaucoup pour des voyages dont les membres de sa famille constituent le gros lot de la délégation.

C’est après une estimation du coût exorbitant des voyages du président de la République que le Fmi s’est mis dans cette posture. En effet, il a été estimé que le carburant, les frais d’aéroport, d’hébergement, de restauration et divers autres frais dont les perdiems, constituent en moyenne 300 millions de francs CFA. Il a été aussi constaté que certains de ces voyages pouvaient être effectués par des ministres avec donc un coût moindre car quelle que soit leur durée, ils n’auraient pas dépassé 50 millions FCFA en moyenne.

Lors de son dernier voyage sur New York pour participer à l’Assemblée générale des Nations unies, le président IBK est parti avec une délégation de près de 50 personnes dont 14 sont des membres de sa famille. Il logeait ans un des hôtels les plus chers de New York, l’hôtel Waldorf Astoria où la nuitée dans une suite présidentielle tourne aux environs de 10 000 dollars soit 5,5 millions FCFA la nuit si l’on convertit à 558 FCFA le dollar. Le prix des autres chambres oscille entre 5 000 et 8 000 dollars. Pour un séjour de quatre nuitées dans cet hôtel comme la dernière fois, il faut voir la fortune que cela peut coûter au Mali.

La chaine de télévision CBS a d’ailleurs fait un reportage sur les hôtels occupés par les Africains lors de la dernière session des Nations-Unies et ils ont pris l’exemple d’un pays aussi pauvre que le Swaziland. C’était pour démonter, comme c’est précisé dans le reportage, comment « New York est devenu l’endroit où les chefs d’Etat viennent dépenser l’argent de leur pays où on vit avec moins de deux dollars par jour.

Toujours dans ce reportage, une Dame de la Chambre de commerce de New York interrogée par le journaliste, de répondre ainsi : Elle s’en fiche. Ce n’est pas à eux de faire la morale aux chefs d’Etats africains qui sont à la tête de ces pays pauvres. Mais qu’elle est heureuse de ces recettes des hôtels et de cet argent qui reste à New York.

Il est donc temps que nos chefs d’Etat changent de façon de faire car on ne peut pas demander à un peuple de faire des sacrifices en agissant autant, surtout si l’on passe tout son temps à reposer une partie de son budget national sur les recettes provenant de l’aide extérieure. C’est là où réside tout le débat et c’est cela aussi qui irrite le Fmi.

Source : Le Sphinx 09/10/17

Commentez avec facebook

Comments are now closed for this entry

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

 IBK à propos de l’argent : "je ne suis pas un homme d'argent et les Maliens le savent »

«  J'ai été le plus pauvre des principaux candidats à l'élection de 2013 et je ne suis pas devenu le plus riche des présidents...Le montant de souveraineté dont je dispose est ridicule...Je pioche dans mes réserves personnelles pour financer des activités sociales. Je déclare mes biens chaque année et je viens de contracter un prêt pour construire une maison...Mon modeste compte (à l'étranger) à l'agence parisienne de la BMCE est débiteur de 137 euros… ». 

Blog

 Paradis fiscaux : quatre pays de l'Union européenne méritent d'être sur liste noire, selon Oxfam

http://depechesdumali.com/blog/paradis-fiscaux-quatre-pays-de-lunion-europeenne-meritent-detre-sur-liste-noire-selon-oxfam/

Alors que la Commission européenne doit dévoiler sa liste noire des paradis fiscaux le 5 décembre, l'ONG prend Bruxelles de court et énumère ce mardi les 35 pays, hors-Union européenne, qui mériteraient d'y figurer.

Après les "SwissLeaks", les "LuxLeaks" et les "Panama Papers"... les révélations récentes des "Paradise Papers" - sur les pratiques d'optimisation (parfois de fraude) fiscale des grandes entreprises et fortunes de ce monde - exercent une pression supplémentaire sur les décideurs politiques. A ce titre, la Commission européenne, désireuse de frapper "au portefeuilles" les fraudeurs, doit dévoiler le 5 décembre sa liste noire des paradis fiscaux.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

La santé de Président-Fondateur

11 Décembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

Vos questions d'actualité

11 Décembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2017