Jeudi 21 Septembre 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Douanes: Plus de 50 milliards FCFA mobilisés en août dernier

L’Inspecteur général Aly Coulibaly n’est peut-être pas plus fort que ses prédécesseurs à la tête de l’Administration des douanes du Mali, mais il a réussi à hisser le record des recettes à un niveau, jamais atteint au Mali.

Cela en dépit de l’hostilité de l’environnement économique et politique, que traverse le pays. Ceux qui le connaissaient ne sont guère surpris de sa capacité à réussir le challenge. Il a non seulement la compétence, mais il déborde d’énergie pour accomplir sa mission avec abnégation.

La stratégie de management qu’il a mis en place lui a permis non seulement de maintenir la cadence de la performance insufflée par ses prédécesseurs mais, de la dépasser de loin. C’est ainsi que depuis six mois, précisément le mois de mars dernier, il s’est semble-t-il, fixé un défi à relever en portant la barre des recettes mensuelles à 50 milliards FCFA.

Là, où on attendait de lui, 48 milliards pour boucler l’objectif annuel de 585 milliards FCFA au 31 décembre 2017. Comme une lettre à la poste, le mois d’août n’a fait que confirmer ce que l’on attendait déjà. Les gabelous viennent de remplir une fois de plus, leur part de contrat de contribution à la cagnotte publique en mobilisant près de 51 milliards FCFA au profit du Trésor public.

Le hic qui fait tilt, c’est que le mois d’août est crédité comme une période creuse de l’année. Traditionnellement, l’on croyait que ce moment de pénitence n’était que valable que pour les seuls exploitants agricoles. Mais, la ‘’réal-économie’’ en impose à tous les secteurs d’activités. Ce qui fait que les services d’assiettes éprouvent de sérieuses difficultés à recouvrer leurs recettes et le plus souvent l’argument tenait la route. Mais cette année, Aly Coulibaly vient de démontrer qu’il existe des moyens de contournement de cette baisse. Comment a-t-il fait ? C’est lui seul qui peut répondre à cette question. Mais, les faits parlent d’eux-mêmes.

Au regard de cette évolution positive du niveau des recettes, l’on a pas besoin d’être alchimiste pour savoir qu’au 31 décembre, le ministre de l’Economie et des Finances, Dr Boubou Cissé, peut comptabiliser dans ses caisses, les 585 milliards FCFA de recettes assignées à l’Administration des douanes. C’est dire que les mécanismes mis en place à travers plusieurs réformes et directives hiérarchiques ont produit les résultats escomptés.

Mais, selon des sources dignes de foi, à la DGD, les regards ne sont plus rivés sur les recettes de 2017, mais celles de 2018. Le parcours sans faute réalisé cette année est de bon augure pour 2018. D’ores-et-déjà, le préalable a été fait. Il s’agissait d’élaborer un document de politique de mobilisation de recettes pour 2018. Selon nos sources, ce travail a été déjà effectué. Il a été soumis à l’approbation des partenaires financiers, notamment le Fonds Monétaire International et la Banque Mondiale, qui ont donné leur quitus à la mise en œuvre de cette politique en 2018. Donc Aly Coulibaly et ses hommes n’attendent que janvier pour rendre opérationnelle cette stratégie.

Le niveau de recettes affiché dans ce document est revu à la hausse par rapport à celui de cette année. Comme pour dire qu’Aly Coulibaly, qui a toute la confiance des plus hautes autorités du pays, a encore beaucoup de graines à moudre. Mais pour ceux qui le connaissent mieux que quiconque, Aly Coulibaly n’est pas un homme qui abdique devant ses responsabilités. Surtout, qu’il a toute la confiance du premier des Maliens, Ibrahim Boubacar Kéïta. Comme dirait l’autre, Aly ne peut pas s’offrir le luxe de décevoir le Président de la République. Qui a beaucoup d’estime pour lui à cause de son engagement au travail.

Est-il besoin de rappeler que le Mali ne fonctionne qu’avec seulement trois régions administratives (Kayes, Koulikoro et Sikasso) sur les 10 qu’il compte aujourd’hui. Ségou et Mopti ne fonctionnent que partiellement. Malgré ce contexte difficile, il mobilise sa troupe à renflouer les caisses de l’Etat, qui servent à payer les fonctionnaires et à contribuer au financement des projets de développement. C’est dire que lorsque les rebelles vont accepter de laisser l’Administration malienne se déployer dans toute sa plénitude, Aly et ses hommes pourront hisser le niveau des recettes à plus de 1000 milliards FCFA l’année.

Rappelons que les Douanes maliennes viennent de loin. De337,8 milliards en 2013, elles ont mobilisé au 31 décembre 2016, 525,6 milliards FCFA, soit une augmentation de 117 milliards FCFA. Ce qui correspond à 56,6 %. À la date du 31 Décembre, donc dans quelques mois, ils sont encore appelés à comptabiliser au compte du trésor public ? 585  milliards FCFA, soit 59,4 milliards de plus que l'année dernière et un taux de progression de 11,3%. La dynamique en cours permet d'être optimiste quant à l'atteinte de ces résultats.

M.A. Diakité

Source: Tjikan

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Coup d'gueule

Rokia Traoré à propos de l’insalubrité à Bamako : « Que chacun nettoie devant sa maison ! »

« Je vis à Bamako, mes enfants vont à l'école à Bamako. La différence entre vous et moi c'est que j'ai de l'ambition pour Bamako, Je m'aime en tant qu'africaine et malienne. Je ne vois pas pourquoi la propreté devrait être exclusivement blanche ou européenne. Nous étions propres avant de rencontrer les blancs je crois.

Lire la suite

Blog

 Complicité Algero-Française !

Peut-on avoir une réunion de haut niveau à Alger réunissant autour du Ministre Algérien des Affaires Etrangères les plus hauts fonctionnaires et militaires français pour évoquer la situation au nord du Mali sans les gouvernants Maliens ? Il y a certes une complicité algero-française sur le dos du Mali, mais pas pour le même but. Les gouvernants maliens, comme toujours, semblent être incompétents et inadaptés à la situation qui prévaut actuellement. Le fait que l’ordre du jour ait été consacré au processus de paix sans la participation du Mali laisse la place à la suspicion.

Lire la suite

Youssouf Maïga, PDG de l’OPAM

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

La Cour de Récré à l'ONU

20 Septembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] «La RCA a besoin de la Communauté internationale»

21 Septembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2017