Jeudi 21 Septembre 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Jeux de hasard : Un fléau social et illicite en plein essor à Bamako !

Au Mali, les jeux de hasard prennent de l’ampleur. De plus en plus le nombre de personnes qui s’y adonnent augmente. Ce, malgré leur caractère prohibé et obscène décrit clairement par les Religions.

Les conséquences sont désastreuses sur les joueurs les plus vulnérables. Il y va jusqu’à l’affaiblissement et à la dislocation de certaines familles.

Le jeu de hasard est un acte de loisir illicite dans lequel le joueur met de l’argent ou un objet de valeur en garantie pour un résultat incertain, lié à la chance. La mise ne peut plus être reprise même si le résultat dépend en partie ou totalement du hasard. Au Mali, il existe différents types de jeux de hasard et d’argent qui sont les machines à sous, les jeux de table (roulettes, poker……) que l’on trouve dans les casinos et les tripots de quartiers ainsi que les courses de cheveux par le PMU.

Cependant, ces jeux, en commun, suscitent chez l’individu «l’espoir de gagner un jour » le gros lot. Cet espoir est entretenu soit par le bénéfice sporadique de petites sommes, ou par les rares gains substantiels de certains joueurs. En plus, le joueur croit qu’il peut à tout moment gagner et tombe ainsi dans un cercle vicieux. Selon les Sociologues, le jeu devient comme une drogue, dont il ne peut plus se passer et s’érige en mauvais handicap.

Au Mali, de nombreux chefs de familles s’y sont laissés prendre et investissent la quasi-totalité de leurs maigres revenus, privant ainsi leurs familles du nécessaire. «Je suis cultivateur et grand joueur de PMU pour vous dire je ne peux pas passer une journée sans jeux ; en plus, on est même capable de vendre tous ses biens pour pourvoir jouer, en espérant gagner le gros lot », témoigne Madou Traoré, pour qui les jeux de hasard sont un danger à ne ni s’approcher ni toucher.

En ce qui concerne la Religion musulmane, selon l’Imam Mariko de Moribabougou Droit, le «Saint Coran (verset 219, Sourate 2), condamne clairement la pratique de ces jeux ». Idem chez les Chrétiens. Pourtant, c’est à un véritable essor de cette industrie que l’on assiste actuellement à Bamako et à l’intérieur du pays. Ainsi, presque dans tous les quartiers périphériques de notre capitale, devant les cybers café, et j’y passe, sont installés des «casinos mobiles» composés essentiellement de machines à sous.

Les joueurs se comptent surtout parmi les mineurs de 13 à 17 ans. Ce qui augmente l’inquiétude de cette mère de famille, qui estime que c’est « instituer la culture du gain facile » bien que la majorité des joueurs se disent capables de garder la tête sur les épaules.

Le fouineur

Source: Le Combat

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Coup d'gueule

Rokia Traoré à propos de l’insalubrité à Bamako : « Que chacun nettoie devant sa maison ! »

« Je vis à Bamako, mes enfants vont à l'école à Bamako. La différence entre vous et moi c'est que j'ai de l'ambition pour Bamako, Je m'aime en tant qu'africaine et malienne. Je ne vois pas pourquoi la propreté devrait être exclusivement blanche ou européenne. Nous étions propres avant de rencontrer les blancs je crois.

Lire la suite

Blog

 Complicité Algero-Française !

Peut-on avoir une réunion de haut niveau à Alger réunissant autour du Ministre Algérien des Affaires Etrangères les plus hauts fonctionnaires et militaires français pour évoquer la situation au nord du Mali sans les gouvernants Maliens ? Il y a certes une complicité algero-française sur le dos du Mali, mais pas pour le même but. Les gouvernants maliens, comme toujours, semblent être incompétents et inadaptés à la situation qui prévaut actuellement. Le fait que l’ordre du jour ait été consacré au processus de paix sans la participation du Mali laisse la place à la suspicion.

Lire la suite

Youssouf Maïga, PDG de l’OPAM

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

La Cour de Récré à l'ONU

20 Septembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] «La RCA a besoin de la Communauté internationale»

21 Septembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2017