Vendredi 24 Novembre 2017
Event Pirogue

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Opération Tabaski 2017 : Des prix au-dessus du pouvoir d’achat des consommateurs

L’initiation de l’Opération Tabaski ne semble pas avoir atteint son objectif cette année. Les prix des moutons des sites indiqués n’étaient pas à la portée de l’acheteur moyen.

Pour cause, les éleveurs vendeurs désignés pour l’opération Tabaski, ne perçoivent aucun centime de la part du gouvernement. Il y a deux ans de cela, ils transportent ces moutons à Bamako à leurs propres frais. Approchés par nos soins, ces éleveurs qui sont toujours au compte des pouvoirs publics, sont exposés à toutes les tracasseries routières pour pouvoir atteindre les sites retenus. Ce qui veut dire qu’aucune disposition préalable n’a pas été prise pour que ces moutons soient vendus aux prix abordables pour les consommateurs.

Ibrahim Barry est un vendeur de moutons installé au niveau du site, du terrain Souleymane Mory Coulibaly de la commune V du district de Bamako. Il nous relate les difficultés auxquelles, ils  sont exposés. Pour que les prix soient à la portée de l’acheteur, il demande un accompagnement financier du gouvernement, comme cela a été le cas, ils y a quelques années. Un tel appui financier souhaité devrait se faire, à quelques mois de la fête du Tabaski. Il déplore aussi, la non-assistance du Département en charge de l’Elevage pour les aider à nourrir leur bétail. Et même, de l’eau pour permettre à ces animaux de se désaltérer. Toute chose qui devrait être réglé bien avant l’arrivée des moutons sur les sites.

De même, nous avons tendu notre micro à un client présent sur les lieux. Par rapport à ces prix de ces moutons dits promotionnels, Moussa keita dit ne pas du tout comprendre le discours gouvernemental au sujet de cette « Opération Tabaski ». C’est une politique ambiguë,$ puisque les prix déclarés par le ministère de tutelle sont loin de correspondre à ceux avancés par les vendeurs. « De notre  entendement, toutes les facilités ont été accordées par le gouvernement, pour que les prix de ces moutons soient accessibles pour bon nombre de bamakois. Mais c’est tout a fait le contraire, de ce qui se passe sur le terrain. »

Soulignons que l’édition 2017 l’Opération tabaski a prévu la mise sur le marché national de 17 000 têtes de moutons dans les capitales régionales et 7 000 têtes de moutons dans le District de Bamako, soit en tout 24 000 têtes contre 27 000 béliers pour l’édition 2016.  Quant aux prix des moutons, ils varient entre  50 000 et 120 000 FCFA, contre 40 000 à 120 000 FCFA  pour l’année  dernière.  De même, ils sont classés en 3 catégories. Ceux qui sont de  la couleur verte, représentent le premier choix et sont cédés entre 100 000 et 120 000 FCFA. Quant au  second choix  identifié par la couleur jaune, les  moutons sont vendus entre 75 000 et 100 000 FCFA.  Et enfin ceux de la troisième catégorie, identifiée  par la couleur rouge sont vendus  entre 50 000 et 75 000 FCFA.

Diakalia M Dembélé

Source: 22 Septembre

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Catalogne - la « demoncratie » en danger !

Suite à la violation du droit des Catalans à l'autodétermination et au coup d'état perpétré contre les dirigeants catalans démocratiquement élus, le Chef de village africain lance un appel à la raison en direction du pouvoir dictatorial ex-bagnole et averti qu'il ne tolère pas de désordre aux portes de l'Afrique. Arrêtez vos enfantillages antidémocratiques!!!

Lire la suite

Blog

 Marcel-M. MONIN : « La démocratie n’est pas gênante » 

Les sociétés « démocratiques » sont des sociétés dans lesquelles (entre autres) les principaux décideurs émanent directement ou indirectement de l’élection (1). L’élection donne ensuite une légitimité à celui qui doit son poste au vote et une légitimité  à ce que fera ce dernier (2). Elle le protège également -sauf exceptions - (soit en droit, soit en fait) des juges. 

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Indignation ou indignité ?

23 Novembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Les pays africains face aux défis du changement climatique

23 Novembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2017