Jeudi 21 Septembre 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Opération Tabaski 2017 : Des prix au-dessus du pouvoir d’achat des consommateurs

L’initiation de l’Opération Tabaski ne semble pas avoir atteint son objectif cette année. Les prix des moutons des sites indiqués n’étaient pas à la portée de l’acheteur moyen.

Pour cause, les éleveurs vendeurs désignés pour l’opération Tabaski, ne perçoivent aucun centime de la part du gouvernement. Il y a deux ans de cela, ils transportent ces moutons à Bamako à leurs propres frais. Approchés par nos soins, ces éleveurs qui sont toujours au compte des pouvoirs publics, sont exposés à toutes les tracasseries routières pour pouvoir atteindre les sites retenus. Ce qui veut dire qu’aucune disposition préalable n’a pas été prise pour que ces moutons soient vendus aux prix abordables pour les consommateurs.

Ibrahim Barry est un vendeur de moutons installé au niveau du site, du terrain Souleymane Mory Coulibaly de la commune V du district de Bamako. Il nous relate les difficultés auxquelles, ils  sont exposés. Pour que les prix soient à la portée de l’acheteur, il demande un accompagnement financier du gouvernement, comme cela a été le cas, ils y a quelques années. Un tel appui financier souhaité devrait se faire, à quelques mois de la fête du Tabaski. Il déplore aussi, la non-assistance du Département en charge de l’Elevage pour les aider à nourrir leur bétail. Et même, de l’eau pour permettre à ces animaux de se désaltérer. Toute chose qui devrait être réglé bien avant l’arrivée des moutons sur les sites.

De même, nous avons tendu notre micro à un client présent sur les lieux. Par rapport à ces prix de ces moutons dits promotionnels, Moussa keita dit ne pas du tout comprendre le discours gouvernemental au sujet de cette « Opération Tabaski ». C’est une politique ambiguë,$ puisque les prix déclarés par le ministère de tutelle sont loin de correspondre à ceux avancés par les vendeurs. « De notre  entendement, toutes les facilités ont été accordées par le gouvernement, pour que les prix de ces moutons soient accessibles pour bon nombre de bamakois. Mais c’est tout a fait le contraire, de ce qui se passe sur le terrain. »

Soulignons que l’édition 2017 l’Opération tabaski a prévu la mise sur le marché national de 17 000 têtes de moutons dans les capitales régionales et 7 000 têtes de moutons dans le District de Bamako, soit en tout 24 000 têtes contre 27 000 béliers pour l’édition 2016.  Quant aux prix des moutons, ils varient entre  50 000 et 120 000 FCFA, contre 40 000 à 120 000 FCFA  pour l’année  dernière.  De même, ils sont classés en 3 catégories. Ceux qui sont de  la couleur verte, représentent le premier choix et sont cédés entre 100 000 et 120 000 FCFA. Quant au  second choix  identifié par la couleur jaune, les  moutons sont vendus entre 75 000 et 100 000 FCFA.  Et enfin ceux de la troisième catégorie, identifiée  par la couleur rouge sont vendus  entre 50 000 et 75 000 FCFA.

Diakalia M Dembélé

Source: 22 Septembre

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Coup d'gueule

Rokia Traoré à propos de l’insalubrité à Bamako : « Que chacun nettoie devant sa maison ! »

« Je vis à Bamako, mes enfants vont à l'école à Bamako. La différence entre vous et moi c'est que j'ai de l'ambition pour Bamako, Je m'aime en tant qu'africaine et malienne. Je ne vois pas pourquoi la propreté devrait être exclusivement blanche ou européenne. Nous étions propres avant de rencontrer les blancs je crois.

Lire la suite

Blog

 Complicité Algero-Française !

Peut-on avoir une réunion de haut niveau à Alger réunissant autour du Ministre Algérien des Affaires Etrangères les plus hauts fonctionnaires et militaires français pour évoquer la situation au nord du Mali sans les gouvernants Maliens ? Il y a certes une complicité algero-française sur le dos du Mali, mais pas pour le même but. Les gouvernants maliens, comme toujours, semblent être incompétents et inadaptés à la situation qui prévaut actuellement. Le fait que l’ordre du jour ait été consacré au processus de paix sans la participation du Mali laisse la place à la suspicion.

Lire la suite

Youssouf Maïga, PDG de l’OPAM

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

La Cour de Récré à l'ONU

20 Septembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] «La RCA a besoin de la Communauté internationale»

21 Septembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2017