Lundi 26 Février 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Entretien routier en 2017 : Les autorités en charge ont-elles faillis ?

Le programme d’entretien routier pour la période 2017 déjà peu rationnel  s’achemine vers une mise en œuvre très aléatoire. Il devrait commencer depuis le mois d’avril, au plus tard au mois de mai, supposé être le mois des premières pluies dans les zones soudaniennes et pré-guinéennes.

La réforme du secteur des transports en 1998, devait permettre  l’amélioration de l’entretien des infrastructures existantes notamment les voies urbaines, interurbaines surtout en période hivernale. Cette réforme a permis non seulement de mettre fin aux  pratiques du défunt ‘’Fonds Routier’’ en 1990, mais aussi à la création de l’Autorité Routière en 2002 en lui confiant  les missions relatives aux travaux d’entretiens courants, aux travaux d’entretiens périodiques, l’amélioration de la sécurité routière, par des  travaux de  réparations ponctuelles pour rétablir la circulation consécutive aux dégâts causés par la pluie etc…Pour lui octroyer  des ressources à même de mener à bien les dites missions une redevance d’usage routier sur les véhicules admis à la circulation, sur les produits pétroliers et surtout le péage a été instaurée. L’Autorité Routière collecte et gère les fonds pour ce faire. L’Ageroute créée  dans  ce cadre, assure la mise en œuvre des programmes annuels de l’entretien routier à travers une convention de Maitrise d’Ouvrage déléguée signée avec l’autorité Routière (AR). L’Ageroute assure la finalisation des études après un inventaire de l’état de dégradation des routes par les directions régionales des routes, l’appel d’offre pour les entreprises et la signature des marchés. Le contrôle est assuré par des bureaux d’études. Malheureusement, cette année, l’entretien a commencé pendant la saison des pluies. L’impact attendu sur la qualité des routes ne sera pas atteint. Cette situation est désormais  visible  sur les différents tronçons de la ville de Bamako, avec de gros nids-de-poule dangereux pour la circulation alors que certains tronçons sont accidentongènes. Cette mise en œuvre tardive s’achemine vers une opération qui consiste à jeter les fonds publics par la fenêtre. Cette situation dénote d’un manque d’anticipation, alors que l’Autorité Routière s’est endettée pour une soixantaine de milliards pour parer au plus pressé. Est-ce-à dire que ces soixante milliards ne serviront à rien, sinon rendre les voies encore plus  impraticables ?

Le Ministre de l’équipement, doit veiller au quotidien à l’utilisation de cette somme pour éviter qu’il ne soit le responsable désigné du fiasco de l’entretien routier 2019.  en 2010, nous avions alerté le Ministère  sur la qualité des travaux de la route Bafing-Kenieba-Falémè. En effet dans le cahier de charge il était écrit que le compactage du remblai devrait se faire par couches successives de 20 cm.

Mais, dans la pratique, le compactage du remblai se faisait par couches successives de 60 cm. Malheureusement, tel été le cas, depuis le démarrage des travaux. La couche de remblai est compactée  une seule fois sur une épaisseur de 60 cm. Toute chose qui a eu comme conséquence de produire une couche de base moins compactée, donc présentant des poches par lesquelles l’eau s’infiltre à partir de la couche de base, provoquant ainsi un gonflement de la couche de fondation, tout en anéantissant sa capacité de portance. Ensuite des points faibles ont été créés et  ont été élargis pour permettre  le passage des véhicules lourds. Ce phénomène a eu pour conséquence la dégradation rapide  de l’état des  routes en une année. Autre phénomène observé sur  ces routes, c’est la stagnation de l’eau au bas des remblais produisant à la longue les mêmes résultats que ceux précédemment décrits. Cette mauvaise façon de travailler a rapporté à l’Entreprise en plus de sa marge bénéficiaire les 2/3 du montant prévu pour le poste de terrassement. Car au lieu de faire 3 séries de compactage sur une longueur de 200 km, l’entreprise n’a effectué qu’un seul passage. Elle a fait une économie en gasoil, en temps d’utilisation des engins, en nombre d’essai à réaliser sur la plateforme, en salaire des ouvriers, etc…

Au bas mot, sur le marché de 30 milliards, l’entreprise a réalisé une économie de 10 milliards environ en plus de sa marge normale. Dans le milieu des responsables de l’entreprise, on murmure que les représentants des bureaux de contrôle ont protesté en vain, la Direction Nationale des Routes est restée imperturbable sur la question. Dans le même milieu, on rapporte que cette manne financière a été partagée entre les responsables nationaux du Ministère de l’équipement et de la Direction Nationale des Routes. Chacun de ces responsables savait ce qui se passait, sans réagir. Ce qui a confirmé à notre avis qu’il y a eu  l’OMERTA dans cette affaire.

C’est le manque de suivi véritable sur les travaux de ladite route qui a été à la base de sa dégradation accélérée au bout d’une année après sa réception. C’est en devenant tatillon par rapport au suivi des travaux qu’un Ministre arrive à sauver sa tête. Déjà le fait d’être chaque semaine sur un chantier marque l’intérêt qu’un Ministre accorde à la qualité des travaux et à leur programme d’exécution. Ce rythme ne doit pas changer. Au Mali il n’y a pas de destin forclos, il n’y a que des responsabilités désertées.

Seydou DIARRA

Source : Le Carréfour  11 Août 2017

 

Commentez avec facebook

Comments are now closed for this entry

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Salif Sanogo, journaliste à BBC Afrique : « …Quoi qu’il en soit »

"Les gens ne sont ni raisonnables, ni logiques, ni généreux. Aime-les, quoiqu'il en soit.

Si tu agis bien, on va t'accuser de le faire avec arrière-pensée. Agis bien quoiqu'il en soit.

Lire la suite

Blog

Doing Business: « un scandale au cœur de la Banque Mondiale »

La démission fracassante de Paul Romer, chef économiste de la Banque Mondiale, suite à ses critiques portant sur le classement Doing Business, fragilise ce rapport qui fait autorité depuis quinze ans.

Lire la suite

« Prix Oumar Diallo » 2e édition

Prix Oumar Diallo, 2ème édition : Tous à La Gare ce jeudi 1er mars

La remise du Prix Oumar Diallo se déroulera ce jeudi 1er mars 2018 à 18h 30 à l’Espace culturel La Gare, sis au Centre commercial - en face de la gare ferroviaire de Bamako. 

Lire la suite

Interview : Ministre des Sports

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

La Volonté du Peuple (Rediffusion)

23 Février


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

Emission spéciale : développement du Sahel pour lutter contre le terrorisme

23 Février

© Dépêches du Mali 2012 - 2018