Mercredi 26 Juillet 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Détournement de 260 millions F CFA au Consulat du Mali à Tamaransset : Près de 400 Maliens ont marché pour réclamer leur argent

L’atmosphère était délétère au Consulat général du Malin à Tamaransset le mardi 4 juillet dernier. Et pour cause : nos compatriotes établis en Algérie avaient pris d’assaut le Consulat pour leur argent d’un montant de plus de 260 millions F CFA.

Que s’est-il passé ? Depuis près de 20 ans, les Maliens résidents en Algérie, faute de banque malienne, déposent leur argent au Consulat contre reçu, marqué le cachet du consul.

Cette pratique a continué depuis des années sans le moindre problème, jusqu’à l’arrivée d’un certains Ibrahim Traoré dit Brin, agent comptable du Consulat. Ainsi, ils étaient des milliers de Maliens à garder leur argent dans le compte du consulat. Selon un Malien à Tamaransset, du nom de Souleymane que nous avons joint hier au téléphone, c’est l’an passé que des problèmes ont commencé. «Les gens n’arrivaient plus à entrer en possession de leur argent. Ils faisaient de sorte que si quelqu’un dépose son argent, c’est avec cela qu’ils payaient d’autres. C’est Ibrahim Traoré dit Brin qui était le caissier. Jusqu’à ce que les gens ont commencé à plaindre et ont réclamé leur argent. C’est là qu’il y a eu beaucoup de bruits. Car, l’argent n’était pas là. Face à la situation, le consul a envoyé Brin au Mali. On n’a pas pu nous dire quelque chose de rassurant par rapport à notre argent. Jusqu’à maintenant, on ne sait pas où est notre argent.

C’est pourquoi, on a marché pour manifester notre mécontentement et réclamer notre argent. Quand on a marché le mardi, les gens du Consulat nous dit que Brin est arrêté et qu’il est en prison à Bamako. Ils nous ont aussi fait savoir que l’Etat a saisi ses biens», a-t-il déclaré. Selon notre interlocuteur, ce détournement de fonds concerne, environs 400 personnes. Les victimes de ce scandale projettent de marcher encore le mardi prochain pour réclamer leur argent.

C’est dommage que ceux qui doivent s’occuper des problèmes des Maliens de l’extérieur soient la cause de leurs problèmes. Nous y reviendrons.

Youssouf Bamey

Source : La Lettre du Peuple

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Coup de gueule

Aliou Boubacar Diallo, à propos de la révision constitutionnelle : « La priorité est la stabilisation du pays et non un référendum »

Il y a quelques jours, j'ai été très étonné d'entendre certains responsables du pays affirmer qu'il n'y avait plus aucune belligérance entre les parties signataires de l'accord de paix, que l'intégrité du territoire national n'était nullement violée et que nous devrions accepter d'aller vers un référendum Constitutionnel.

Lire la suite

Blog

 Réforme Constitutionnelle : « dégonflez tous les biceps, Monsieur le Président ! »

A travers sa lettre ouverte à Ibrahim Boubacar Keïta, l’ancienne première dame du Mali, Pr Adame Ba Konaré, fait une sortie sans concession contre l’entêtement du président de la République à faire passer une constitution qui suscite des dissensions sans précédent au sein de la société malienne.

Lisez le regard de l’historienne !

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Réfugiés économiques... ou de guerre

26 Juillet


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Sénégal: comment s'annoncent les législatives?

26 Juillet

© Dépêches du Mali 2012 - 2017