Vendredi 22 Septembre 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Développement industriel : LE PAS DE GEANT DE LA SOCIETE BRAMALI

Après le ministre de la Promotion de l’Investissement et du Secteur privé, Konimba Sidibé, c’était au tour de celui du Développement industriel, Mohamed Ali Ag Ibrahim, de visiter la société BRAMALI.

En un laps de temps, la société a accueilli deux personnalités du pays, et non des moindres. Tout comme son collègue Sidibé, le ministre du Développement industriel a constaté les efforts déployés par BRAMALI dans la quête constante de la qualité de ses produits destinés à plusieurs dizaines de milliers de consommateurs maliens. Ce constat, Mohamed Ali Ag Ibrahim l’a fait en compagnie de plusieurs membres de son cabinet. La délégation ministérielle a été reçue par le directeur général de BRAMALI, Damien Baron. Celui-ci avait à ses côtés, le directeur commercial et marketing de la société, Hyacinthe Anégnaglo, le président de l’Organisation patronale des industriels (OPI), Cyril Achcar, et plusieurs autres responsables de l’entreprise. Cette visite du ministre de tutelle et des membres de son cabinet est la suite logique d’un événement heureux : la récompense reçue par l’entreprise pour la qualité des produits qu’elle écoule sur le marché malien.

Jusque-là, la société BRAMALI était détentrice du certificat ISO 9001 obtenu en 2012 et renouvelé en 2015. De cette date à nos jours, BRAMALI est lancée dans une dynamique de quête constante afin d’améliorer davantage la qualité de ses produits. Dans la même veine, BRAMALI vient de franchir un autre pallier dans l’amélioration de la qualité des produits. Ce qui lui a été reconnu par les organismes internationaux très rigoureux sur le respect strict de la qualité des produits. Ainsi, la société BRAMALI est passée de la certification ISO 9001 à celle FSSC 22000. Celle-ci est une reconnaissance internationale qui traduit la mise en place au sein d’une entreprise de l’ensemble des pratiques nécessaires à la préservation des produits fabriqués et vendus, donnant ainsi la garantie aux consommateurs que tout est mise en place pour s’assurer que lorsque les produits sont consommés conformément à l’usage prévu, ils ne causeront pas de dommage à leur santé. Dans le cas de la société BRAMALI, l’organisme de certification est la DQS GmbH (Allemagne) dont la réputation et la rigueur dans le travail lui valent aujourd’hui d’être classé comme premier certificateur mondial des systèmes de management. Il faut préciser que les différentes certifications sont valables pour un cycle de trois ans avec des audits de suivi annuel. Ainsi, BRAMALI devient la deuxième entreprise certifiée FSSC 22000 au Mali.

Le DG de la société ne pouvait être que satisfait de cette performance. Une performance à mettre au compte de l’ensemble des travailleurs de l’entreprise. Damien Baron a assuré au ministre de tout mettre en œuvre pour maintenir le cap, dans l’intérêt exclusif des consommateurs maliens. D’ailleurs, pour en arriver là, la société a investi plusieurs dizaines de milliards de Fcfa. Ses responsables ne veulent pas lésiner sur les moyens pour maintenir le rythme et rester en tête dans le domaine. Cependant, pour maintenir le cap et produire la qualité pour les consommateurs, une assistance des pouvoirs publics paraît nécessaire. A ce propos, le directeur général compte sur le ministre de tutelle afin de soulager l’entreprise d’un certain nombre de difficultés. Notamment, le poids du fisc et la fourniture de l’électricité, entre autres. Damien Baron a dit toute sa fierté aux agents sans le dévouement desquels le résultat ainsi obtenu aurait pu l’être difficilement.

Le président de l’OPI, Cyril Achcar a fait part de toute sa satisfaction pour les efforts abattus par Damien Baron et son équipe dans le but unique d’offrir des produits de qualité aux consommateurs maliens. Il a remercié et encouragé la société BRAMALI pour son engagement dans un secteur où la concurrence est rude et se passe souvent sans état d’âmes.

Au terme de la visite qu’il venait d’effectuer dans les différentes unités de l’usine, le ministre Mohamed Ali Ag Ibrahim s’est réjoui de la bonne marche de la société, grâce à l’engagement de ses responsables. Il a insisté sur la nécessite de voir notre pays aller vers une industrialisation de son économie. Sur ce point, la société BRAMALI semble déjà bien partie avec ces différentes certifications sanctionnées par celle FSSC 20000. Preuve que l’entreprise déploie d’énormes efforts au quotidien pour satisfaire les besoins des citoyens en produits de qualité. « C’est avec la qualité des produits qu’elle fabrique qu’une société peut être compétitive », a-t-il expliqué en substance.

Le chef du département de tutelle a assuré les responsables de l’entreprise du soutien des plus hautes autorités. Un soutien qui passera par la « protection » dont la société a tant besoin pour aller toujours de l’avant dans la fabrication de produits aux qualités irréprochables, dans l’intérêt de l’ensemble des citoyens de ce pays. Partant du constat qui s’est imposé à lui durant sa visite, Mohamed Ali Ag Ibrahim s’est dit très favorable à « la transition de l’économie » vers laquelle tend la société BRAMALI. C’est pourquoi, le ministre a mis l’occasion à profit pour appeler toutes les unités industrielles du pays à s’inscrire dans cette démarche qui consiste à mettre sur le marché malien des produits de qualité. Cela, à l’image de l’entreprise BRAMALI.

Au-delà des efforts qu’elle déploie au quotidien pour fournir les consommateurs en produits de qualité, la société BRAMALI a investi plus de 30 milliards de Fcfa durant les cinq dernières années. En outre, elle a procédé au paiement de plusieurs dizaines de milliards de Fcfa de taxes (TVA, ISCP, droits de douanes, cotisations salariales, impôts etc.)

La société a été créée en 1985 et inaugurée en janvier 1986. Elle est une filiale du groupe Castel et a un capital de 8.080.000.000 de Fcfa. Elle est spécialisée dans la production et la commercialisation, sous licence, des marques Brasseries et glacières internationales (BGI) et des grandes sociétés comme Coca-Cola et Guinness. Annuellement, BRAMALI produit 90 millions de litres de boissons (boissons gazeuses, bières et eaux minérales) dont 80% de boissons gazeuses. Entreprise citoyenne, elle a crée plus de 300 emplois dont 150 temporaires. Bradibo, sa branche commerciale a vu le jour en 1996 et est présente dans toutes les régions du Mali. Son but est d’assurer la diffusion des produits de qualité dans tous les canaux de distribution, à travers un réseau rapide et performant. Comme pour rester fidèle à son slogan : « BRAMALI fera toujours mieux ce qu’elle fait de bien aujourd’hui ». Cela au profit des consommateurs maliens.

Mohamed TRAORE

Source : l’Essor

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Coup d'gueule

Rokia Traoré à propos de l’insalubrité à Bamako : « Que chacun nettoie devant sa maison ! »

« Je vis à Bamako, mes enfants vont à l'école à Bamako. La différence entre vous et moi c'est que j'ai de l'ambition pour Bamako, Je m'aime en tant qu'africaine et malienne. Je ne vois pas pourquoi la propreté devrait être exclusivement blanche ou européenne. Nous étions propres avant de rencontrer les blancs je crois.

Lire la suite

Blog

 Complicité Algero-Française !

Peut-on avoir une réunion de haut niveau à Alger réunissant autour du Ministre Algérien des Affaires Etrangères les plus hauts fonctionnaires et militaires français pour évoquer la situation au nord du Mali sans les gouvernants Maliens ? Il y a certes une complicité algero-française sur le dos du Mali, mais pas pour le même but. Les gouvernants maliens, comme toujours, semblent être incompétents et inadaptés à la situation qui prévaut actuellement. Le fait que l’ordre du jour ait été consacré au processus de paix sans la participation du Mali laisse la place à la suspicion.

Lire la suite

Youssouf Maïga, PDG de l’OPAM

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

La Cour de Récré à l'ONU

20 Septembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] «La RCA a besoin de la Communauté internationale»

21 Septembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2017