Vendredi 28 Juillet 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Lutte anticorruption: les fonctionnaires maliens devront déclarer leurs biens

Jusque-là, seuls les ministres et hauts fonctionnaires sont tenus de faire une déclaration de leurs biens. Mais la mesure s'étend désormais à tous les fonctionnaires maliens. Et l'Office central de lutte contre l'enrichissement illicite donne encore un peu plus de deux mois aux assujettis pour se mettre en règle.

Les 3 V (voiture-villa-vergers) ou les signes extérieurs de richesse. Désormais les fonctionnaires maliens doivent faire une déclaration de biens avant fin août 2017, sinon certains se feront taper sur les doigts.

Moumouni Guindo, magistrat et président de l'Office central de lutte contre l'enrichissement illicite (Oclei) au Mali explique ainsi que « le fonctionnaire assujetti, qui manque à cette obligation, doit être révoqué de ses fonctions et d’être interdit d’exercer les fonctions d’assujetti pendant cinq ans ».

La mesure concerne d’un côté plus de 55 000 fonctionnaires civils et militaires, et de l’autre les travailleurs des collectivités territoriales, beaucoup plus nombreux.

Equipes d'investigation

Et même lorsque vous déclarez vos biens, les agents de l'Office central de lutte contre l'enrichissement illicite vont mener des investigations pour savoir si ces biens ont été légalement acquis. « Nous allons mettre en place des équipes d’investigations, poursuit Moumouni Guindo, que par un clic nous puissions savoir pour X fonctionnaire quel a été le salaire en totalité que l’Etat lui a versé depuis qu’il a été admis à la fonction publique. D’un autre côté, nous allons évaluer son patrimoine, une simple comparaison fera ressortir les cas. Et c’est à lui de démontrer que cet écart-là est légitime. »

La loi prévoit jusqu’à cinq ans de prison, plus saisie de biens pour les fonctionnaires reconnus corrompus.

Source : RFI

Commentez avec facebook

Comments are now closed for this entry

Coup de gueule

Aliou Boubacar Diallo, à propos de la révision constitutionnelle : « La priorité est la stabilisation du pays et non un référendum »

Il y a quelques jours, j'ai été très étonné d'entendre certains responsables du pays affirmer qu'il n'y avait plus aucune belligérance entre les parties signataires de l'accord de paix, que l'intégrité du territoire national n'était nullement violée et que nous devrions accepter d'aller vers un référendum Constitutionnel.

Lire la suite

Blog

 Réforme Constitutionnelle : « dégonflez tous les biceps, Monsieur le Président ! »

A travers sa lettre ouverte à Ibrahim Boubacar Keïta, l’ancienne première dame du Mali, Pr Adame Ba Konaré, fait une sortie sans concession contre l’entêtement du président de la République à faire passer une constitution qui suscite des dissensions sans précédent au sein de la société malienne.

Lisez le regard de l’historienne !

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Réfugiés économiques... ou de guerre

27 Juillet


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Guinée: vers un troisième mandat d'Alpha Condé?

27 Juillet

© Dépêches du Mali 2012 - 2017