Vendredi 23 Juin 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Au nord du Mali : Une zone à Kidal très riche en or, pétrole, uranium etc… occupée que par l’armée Française !

La France est liée avec l’Afrique par intérêt. Sauf les intellectuels aliénés et les gens endormis croient toujours que la France et ses amis sont au Mali pour lutter contre les terroristes et aider l’État malien, alors qu’en réalité, ils sont là pour détruire l’État malien avec la complicité de tous les hommes politiques du Mali et les dirigeants de la CEDEAO. La France et ses amis ont commencé à exploiter les ressources du Mali depuis 2013.

Le conflit qui secoue le Mali depuis de nombreux mois est fortement lié à des odeurs de gaz, de pétrole et plus globalement à ses ressources énergétiques et minières telles l’or et l’uranium

L’exploitation de l’uranium de Kidal serait en cours depuis 2013 par la France et ces amis avec la complicité de la Coordination des mouvements terroristes de l’Azawad (CMA), laquelle regroupe les groupes armés terroristes touaregs et arabes. La défaite de l’armée malienne face aux rebelles terroristes de Kidal soutenue par la France et ses amis, n’était pas un fait du hasard. Les rebelles terroristes, auraient certainement bénéficié du soutien d’une main invisible, l’appui d’une puissance étrangère particulièrement la France et ses amis. L’on comprend aisément pourquoi l’armée et l’administration maliennes ne sont pas, toujours, les bienvenues à Kidal. Il faut les maintenir loin (et très loin) pour écarter tous les soupçons qui peuvent peser sur les complices des rebelles terroristes de Kidal, notamment des pays étrangers qui se disent amis du Mali alors qu’en réalité, ce sont des complices terroristes qui pillent le Nord du Mali depuis 2013 avec la complicité des hommes politiques du Mali. Les groupes terroristes qui sont au Mali, la France étant un État terroriste garderait ces groupes terroristes-là dans le nord du Mali afin de les utiliser pour leur fin politique. Il faut que les Maliens et Maliennes comprennent que, la guerre du Mali n’en finira plus entant que, les Maliens sont dans le sommeil, seuls les Maliens pourront mettre fin à cette guerre montée de toutes pièces contre le Mali, en se levant comme un seul contre la France et ses amis qui sont les principaux terroristes dans le nord du Mali. Ce sont eux qui bloquent tout. En tant que la France et ses amis sont au Mali, la guerre du Mali n’en finira jamais, c’est clair et net.

Correspondance particulière

Source : Le Démocrate

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Coup de gueule

Kiè Jean Marie Sanou à propos du projet de révision constitutionnelle : « Votons non contre le suicide! »

Cette révision est antidémocratique et elle ne servira qu’à renforcer le pouvoir du président en place. Comme on le sait, elle prévoit la création d'un Sénat, dont le 1/3 des membres sera nommé par le président de la République. Avoir la majorité au Sénat et avoir la majorité à l'Assemblée Nationale c'est avoir tout le pouvoir de faire ce qu'on veut quand on veut, sans avoir à rendre compte à qui que ce soit.

Un piège dangereux car désormais c'est le président de la République qui nommera le président de la cour constitutionnelle devant qui il prêtera serment (avant c'était devant la cour suprême). En Afrique surtout au Mali lorsque tu nommes quelqu'un il devient ton obligé du coup il ne peut plus rien te refuser.

Votez oui c'est trahir nos enfants !!!

Kiè Jean Marie Sanou

Blog

Hawa Dème, à propos du projet de révision constitutionnelle au Mali : « Réviser la Constitution est dangereux, nauséabond et suspect »

Le moins que l'on puisse dire, c'est que le projet de révision de la constitution du Mali fait débat. Le texte a suscité l'indignation générale. A l'intérieur comme dans la diaspora, la résistance s'organise sur le terrain, mais aussi dans la plume

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Président-Fondateur ne prendra pas de vacances

22 Juin


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Thomas Sankara : le mystère demeure

22 Juin

© Dépêches du Mali 2012 - 2017