Lundi 23 Avril 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Importation frauduleuse de la viande de volaille au Mali : Une perte de plus de 12 milliards de FCFA par an pour l’Etat et les aviculteurs

Les responsables de la Coopérative des Aviculteurs du Mali (CAMA) étaient devant la presse, le mardi 14 mars 2017 à la maison de la presse, afin de dénoncer l’importation frauduleuse de la viande de volailles au Mali.

Selon eux, cette fraude a des multiples conséquences sur l’économie malienne et la santé des Maliens. « C’est une énorme perte pour l’Etat et les aviculteurs maliens. Les pertes s’élèvent, mensuellement, à 1 007 075 000 FCFA. Et, par an, elles s’élèveront à 12 084 900 000 FCFA. Elles constituent une concurrence déloyale aux producteurs locaux. Nous demandons au gouvernement de ne pas reculer face aux bandits qui veulent détruire l’industrie malienne», a expliqué Cheikna Labass Haïdara, le président de la Coopérative des Aviculteurs du Mali (CAMA).

Selon Cheickna Labass Haïdara, le président de la Coopérative des Aviculteurs du Mali (CAMA), au Mali, comme dans la plupart des pays en voie de développement en Afrique subsaharienne, les ressources en protéines animales de qualité restent encore insuffisantes et constituent de ce fait un obstacle à la lutte contre la malnutrition, malgré l’évolution des productions animales. Il a ensuite noté que l’élevage de volailles reste un véritable moyen pour corriger cette insuffisance en protéine de qualité.

Au Mali, avec un cheptel estimé à 38 587 450 sujets en 2015, la production de la viande de volaille a été estimée à 5 658 215 tonnes, selon lui.

Le président de la CAMA a signalé que l’aviculture moderne est en plein essor au Mali grâce aux efforts des professionnelles dans la maitrise de conduite de l’élevage, des pathologies et de l’alimentation. « Malgré ces efforts, cette progression de l’aviculture moderne fait face à une contrainte majeure qui est l’importation frauduleuse de la viande de volaille. Ces importations frauduleuses de la viande de volaille, en plus d’être un problème d’ordre économique, est surtout un problème de santé publique», a déploré le président Haïdara. Il est revenu sur les multiples conventions signées avec les différents ministères concernés afin de contrecarrer le phénomène qui persistent toujours au détriment des aviculteurs maliens, mais aussi de la population malienne. Cheickna Labass Haïdara a attiré l’attention des maliens sur la viande de volaille avariée que certains maliens importent de façon frauduleuse de l’extérieur pour venir servir leurs semblables avec des multiples risques sanitaire et autres. « C’est une activité génératrice d’emploi et cette importation frauduleuse compromet l’avenir des maliens qui évoluent dans le secteur. »

Il a cité les secteurs qui sont menacés par l’importation frauduleuse de la viande de volaille au Mali comme les fermes avicoles, les fabricants d’aliments, les accouveurs, les consommateurs chez qui ces viandes constituent un réel danger de santé publique etc. « C’est une énorme perte pour l’Etat et les aviculteurs maliens. Les pertes s’élèvent, mensuellement, à 1 007 075 000 FCFA. Et par an, elles s’élèveront à 12 084 900 000 FCFA. Elles constituent une concurrence déloyale aux producteurs locaux. Nous demandons au gouvernement de ne pas reculer face aux bandits qui veulent détruire l’industrie malienne », affirme-t-il. Le président de la CAMA a salué la bravoure des douaniers, gendarmes et policiers maliens tout en les demandant de ne jamais baisser la garde jusqu’à l’assainissement total du secteur.

Moussa Samba Diallo

Source : Le Republicain  16/03/17

Commentez avec facebook

Comments are now closed for this entry

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Présidentielle 2018 : l’Interview de la Semaine

Coup d'gueule

« Choguel Kokala Maïga est complice dans le massacre de 200 enfants du Mali le 26 mars 1991 », Dixit Aguibou Koné, ancien de l’AEEM et candidat à la présidentielle 2018

« Choguel Maïga ? Un complice passif des massacres qui doit sa liberté au choix de la réconciliation nationale décidée après le 26 mars; car trop de gens étaient mouillés dans le massacre des enfants du Mali : plus de 200 morts en 4 jours, des milliers de blessés.

Lire la suite

Blog

« Si nous disons la vérité en faisant preuve d'humilité et de bon sens, le Mali va se redresser »

La classe politique dirigeante depuis 1960 y compris Moussa Traoré lui même est celle formée par l'USRDA. Que l'ADEMA et ses partis fils aient imposé une culture de parti unique de fait, ne doit étonner personne, pas plus que leur corruption.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

La société civile

23 Avril


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

Sénégal: la révision du code électoral fait polémique

23 Avril

© Dépêches du Mali 2012 - 2018