Vendredi 23 Juin 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Pénurie d’eau à Nara : Le bidon d’eau de 20 litres vendu à 500 F CFA

Nara, ville située à environ 500 km de Bamako, dont environ 200 km de route bitumée, est l’un des chefs-lieux de cercle au Mali les plus enclavés. Le prix d’un bidon de 20 litres d’eau est de 500 FCFA et plus à certains endroits. Aujourd’hui, c’est une pénurie d’eau qui rend la vie difficile aux populations.

Tant pis pour les pauvres. En cette période de chaleur, la situation est chaotique dans cette agglomération de la région de Koulikoro. L’eau se fait rare comme l’argent. Qui l’aurait cru. C’est la ville d’où est originaire le Pr Dioncounda Traoré, ancien président de la République par intérim. C’est aussi le fief de l’honorable député Niamé Keïta, ancien directeur général de la police nationale. A Nara, on dénonce une gestion de l’eau à deux vitesses. Au banc des accusés, figure au  premier niveau, la SOGERHE (Société de Gestion  des Ressources Hydraulique et Energétique) qui est gérée par la Mairie. Selon des témoignages, la SOGERHE  privilégie des éleveurs sur la base d’un arrangement qui ne dit pas son nom. Certains de ces éleveurs possèdent des centaines, voire des milliers de têtes de bovins et d’ovins. Dans cette affaire, la population est la seule victime. L’eau est servie aux environs de minuit. Elle est coupée à moins de trois heures de distribution. Pour recevoir l’eau encore, il faudra  attendre 20 heures de plus.

Cette situation ne date pas d’aujourd’hui. Les fonctionnaires et les élèves maîtres  en savent quelque chose.

Bamey Diallo

Source : La Lettre du Peuple  16 Mar 20

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Coup de gueule

Kiè Jean Marie Sanou à propos du projet de révision constitutionnelle : « Votons non contre le suicide! »

Cette révision est antidémocratique et elle ne servira qu’à renforcer le pouvoir du président en place. Comme on le sait, elle prévoit la création d'un Sénat, dont le 1/3 des membres sera nommé par le président de la République. Avoir la majorité au Sénat et avoir la majorité à l'Assemblée Nationale c'est avoir tout le pouvoir de faire ce qu'on veut quand on veut, sans avoir à rendre compte à qui que ce soit.

Un piège dangereux car désormais c'est le président de la République qui nommera le président de la cour constitutionnelle devant qui il prêtera serment (avant c'était devant la cour suprême). En Afrique surtout au Mali lorsque tu nommes quelqu'un il devient ton obligé du coup il ne peut plus rien te refuser.

Votez oui c'est trahir nos enfants !!!

Kiè Jean Marie Sanou

Blog

Hawa Dème, à propos du projet de révision constitutionnelle au Mali : « Réviser la Constitution est dangereux, nauséabond et suspect »

Le moins que l'on puisse dire, c'est que le projet de révision de la constitution du Mali fait débat. Le texte a suscité l'indignation générale. A l'intérieur comme dans la diaspora, la résistance s'organise sur le terrain, mais aussi dans la plume

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Président-Fondateur ne prendra pas de vacances

22 Juin


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Thomas Sankara : le mystère demeure

22 Juin

© Dépêches du Mali 2012 - 2017