Vendredi 23 Juin 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Centre National des Œuvres Universitaires : Les cinq vieux bus achetés au prix du neuf enfin rejetés par la commission

Lors de la réception des cinq bus au marché douteux, le vendredi 10 mars 2017, la messe semble avoir été dite, la commission composée des représentants du CNOU, de la DGMP, de la DGAB, du Contrôle financier, du Garage administratif, ayant conclu son procès-verbal de réception par une décision de rejet, après avoir constaté de graves irrégularités.

Comme indiqué dans nos précédentes publications, à la suite de l’article de notre confrère La Sirène, le vendredi 10 mars a eu lieu la réception de la fourniture de cinq véhicules bus, objet du marché au profit du Centre national des Œuvres universitaires (CNOU), par la Commission créée par décision n°2017-00115/DG-CENOU du 7 mars 2017 et suivant l’avis de réception n°2017-0014 DG-CENOU du 8 mars 2017.

A cette occasion, après contrôle et vérification, la Commission a constaté de graves subterfuges qui sentent la magouille et une insulte à la volonté politique d’un enseignement de qualité. Ainsi au niveau des observations particulières sur les cinq bus, il a été décelé qu’au lieu de 70 places demandées, les bus en comportent 56 à 58. D’un bus à l’autre, le constat a été fait que le gasoil suinte par le moteur, ainsi que la perte d’huile par le moteur, ou par ailleurs, le pare-brise fissuré.

Les observations générales ont montré que tous les bus sont repeints, les moteurs présentant un aspect vétuste (enrouillé), la climatisation est non fonctionnelle dans tous les bus, absence de triangle de signalisation et de manuel d’utilisation, les véhicules ont deux portières au lieu de trois demandées, le système de freinage des bus est à tambour au lieu de disque proposé. En conclusion, la commission a décidé de rejeter les cinq bus, objet du marché n°00964/DGMP/DSP/2016. Bamako, le 10 mars 2017. Une éducation performante a un prix, l’Etat en débloquant 601 800 000 FCFA pour l’achat des bus pour l’université, a fait un effort, mais que malheureusement des agents véreux s’amusent à détourner sans craindre les conséquences de tels actes. Le CNOU et le ministère de l’Enseignement supérieur sont ils complices de ce crime crapuleux ou alors engageront ils des poursuites contre cette indélicatesse ravageuse, avérée et documentée ? Affaire à suivre !

Source : Le Républicain 14 Mar 2017

 

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Coup de gueule

Kiè Jean Marie Sanou à propos du projet de révision constitutionnelle : « Votons non contre le suicide! »

Cette révision est antidémocratique et elle ne servira qu’à renforcer le pouvoir du président en place. Comme on le sait, elle prévoit la création d'un Sénat, dont le 1/3 des membres sera nommé par le président de la République. Avoir la majorité au Sénat et avoir la majorité à l'Assemblée Nationale c'est avoir tout le pouvoir de faire ce qu'on veut quand on veut, sans avoir à rendre compte à qui que ce soit.

Un piège dangereux car désormais c'est le président de la République qui nommera le président de la cour constitutionnelle devant qui il prêtera serment (avant c'était devant la cour suprême). En Afrique surtout au Mali lorsque tu nommes quelqu'un il devient ton obligé du coup il ne peut plus rien te refuser.

Votez oui c'est trahir nos enfants !!!

Kiè Jean Marie Sanou

Blog

Hawa Dème, à propos du projet de révision constitutionnelle au Mali : « Réviser la Constitution est dangereux, nauséabond et suspect »

Le moins que l'on puisse dire, c'est que le projet de révision de la constitution du Mali fait débat. Le texte a suscité l'indignation générale. A l'intérieur comme dans la diaspora, la résistance s'organise sur le terrain, mais aussi dans la plume

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Président-Fondateur ne prendra pas de vacances

22 Juin


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Thomas Sankara : le mystère demeure

22 Juin

© Dépêches du Mali 2012 - 2017