Mardi 12 Décembre 2017

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Commerce extérieur dans les pays de l’UEMOA : Le Mali a enregistré un déficit global de 86,6 milliards de Fcfa en 2015

Détérioration des comptes en 2016 : un solde déficitaire de 180,2 milliards. L’hôtel Radisson Blu de Bamako a servi de cadre le jeudi 23 février 2017, à la tenue de la 9ème  édition de la journée de diffusion des comptes extérieurs.

Cette journée organisée par la BCEAO était placée sous le thème: « Commerce extérieur dans les pays de l’UEMOA : évolution et perspective ». Pour le Mali, le commerce extérieur a enregistré un déficit global de 86,6 milliards de Fcfa en 2015, après le déficit de 133,0 milliards de Fcfa en 2014. Selon la BCEAO, les estimations de 2016 font état d’une détérioration des comptes extérieurs, avec un solde global déficitaire de 180,2 milliards. Cependant, les perspectives de 2017 sont bonnes, sous l’hypothèse de la mise en œuvre des accords visant la stabilité socio-politique et sécuritaire, l’accompagnement des partenaires techniques et financiers.

La cérémonie d’ouverture des travaux était présidée par la secrétaire générale du ministère de l’économie et des finances, Mme Sidibé Zamilatou Cissé, en présence du Directeur National de la BECEAO (Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’ouest) pour le Mali, Konzo Traoré, des directeurs des services centraux, des directeurs généraux de sociétés, banques et établissements et de nombreuses autres personnalités.

La BCEAO a saisi l’opportunité de cette journée pour exhorter les opérateurs économiques, encore réticents, à fournir des informations fiables et dans les délais souhaités. Dans son allocution,  le directeur national de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), Konzo Traoré, a fait savoir que des difficultés persistent au niveau de la collecte de certaines données dont  les transactions des entreprises commerciales et industrielles. « Globalement, le taux de réponse aux questionnaires n’est pas très satisfaisant », a-t-il regretté.

Cette situation demeure une préoccupation pour les membres du Comité de la balance des paiements. Elle affecte la qualité des comptes extérieurs produits et la pertinence des analyses y afférentes. La BCEAO a saisi l’opportunité de cette journée pour exhorter les opérateurs économiques, encore réticents, à fournir des informations fiables et dans les délais souhaités. Par ailleurs, Konzo Traoré a remercié ceux qui ne ménagent pas leurs efforts pour répondre à l’enquête.

L’évolution du commerce extérieur dans l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) est marquée, en 2015, par l’amélioration du solde de la balance des biens et services, -8,7% du Produit intérieur brut (PIB) contre -9,9% du PIB en 2014. Le déficit commercial de l’Union s’est établi à 1.605,3 milliards en 2015 contre 1.874,7 en 2014, soit une diminution de 0,8 point de pourcentage. Cette évolution est imputable essentiellement à la réduction de la facture pétrolière, suite à la baisse des cours mondiaux.

Détérioration des comptes extérieurs

Pour le Mali, le commerce extérieur a enregistré un déficit global de 86,6 milliards de Fcfa en 2015, après le déficit de 133,0 milliards de Fcfa en 2014. Cela s’est traduit par des exportations estimées à 1.606,8 milliards, soit une hausse de 16,9% en 2015. Quant aux importations, elles se chiffrent à 1.888,1 milliards de FCFA en 2015, dégageant une hausse de 16,2% par rapport à l’année précédente. Au titre de l’aide budgétaire, 46,4 milliards ont été mobilisés dans le cadre du Plan pour la relance durable du Mali (PRED), après 70,2 milliards en 2014.

A en croire la BCEAO, les estimations de 2016 font état d’une détérioration des comptes extérieurs, avec un solde global déficitaire de 180,2 milliards, après celui de 86,6 milliards enregistré en 2015. Toujours selon la BCEAO, les perspectives de 2017 sont bonnes, sous l’hypothèse de la mise en œuvre des accords visant la stabilité socio-politique et sécuritaire, l’accompagnement des partenaires techniques et financiers.

Le thème retenu pour cette journée est : « Commerce extérieur dans les pays de l’UEMOA : évolution et perspectives ». Les échanges sur ce thème devraient permettre de déboucher sur des propositions concrètes pour accroissement économique durable. Pour sa part, Mme Sidibé Zamilatou Cissé, Secrétaire général du ministère de l’Economie et des Finances a fait savoir que ces chiffres traduisent une détérioration des comptes extérieurs du Mali, avec un solde déficitaire de la balance des paiements de 86,6 milliards de FCFA. « Cette situation requiert l’attention de tous, Etat et secteur privé compris », a-t-elle indiqué.

Source: Les Secrets bancaires

Commentez avec facebook

Comments are now closed for this entry

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

 IBK à propos de l’argent : "je ne suis pas un homme d'argent et les Maliens le savent »

«  J'ai été le plus pauvre des principaux candidats à l'élection de 2013 et je ne suis pas devenu le plus riche des présidents...Le montant de souveraineté dont je dispose est ridicule...Je pioche dans mes réserves personnelles pour financer des activités sociales. Je déclare mes biens chaque année et je viens de contracter un prêt pour construire une maison...Mon modeste compte (à l'étranger) à l'agence parisienne de la BMCE est débiteur de 137 euros… ». 

Blog

 Paradis fiscaux : quatre pays de l'Union européenne méritent d'être sur liste noire, selon Oxfam

http://depechesdumali.com/blog/paradis-fiscaux-quatre-pays-de-lunion-europeenne-meritent-detre-sur-liste-noire-selon-oxfam/

Alors que la Commission européenne doit dévoiler sa liste noire des paradis fiscaux le 5 décembre, l'ONG prend Bruxelles de court et énumère ce mardi les 35 pays, hors-Union européenne, qui mériteraient d'y figurer.

Après les "SwissLeaks", les "LuxLeaks" et les "Panama Papers"... les révélations récentes des "Paradise Papers" - sur les pratiques d'optimisation (parfois de fraude) fiscale des grandes entreprises et fortunes de ce monde - exercent une pression supplémentaire sur les décideurs politiques. A ce titre, la Commission européenne, désireuse de frapper "au portefeuilles" les fraudeurs, doit dévoiler le 5 décembre sa liste noire des paradis fiscaux.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

La santé de Président-Fondateur

11 Décembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

Vos questions d'actualité

11 Décembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2017