Jeudi 01 Octobre 2020
Banniere SAma Money

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Exposition photo : Fanta Diarra présente «garde-les»

Il y avait une double émotion mardi lors du vernissage de l’exposition de photographies intitulée :«Garde-les» de Fanta Diarra. En effet, cela faisait plusieurs mois que Bamako n’avait pas enregistré de vernissage d’exposition du fait de la pandémie de Covid-19 et de la crise sociopolitique. Les amateurs d’arts visuels se sont donc retrouvés avec une certaine joie à la Galerie Médina pour cette invite de Fanta Diarra.

Cette exposition est un hommage à un être cher que la photographe a perdu il y a quarante jours. C’est pourquoi, elle tente de partager les images des objets de cette personne à travers les photos. Il s’agit donc de 12 images qu’elle présente dans cette exposition. Un siège, des chaussures, une armoire, un lit, un verre à boire, des habits, des bouteilles de parfum, des bougies, entre autres, constituent les objets que l’artiste photographie expose.

Les zooms (angle de prise de vue), le cadrage sont réalisés de manière à mettre en exergue les valeurs symboliques de chacun de ces objets. L’utilisation du clair-obscur, c’est-à-dire mettre ces sujets dans le noir tout en prenant soin de mettre une pointe de lumière représente un espoir pour l’artiste. Car, dit-on, chez la lumière chasse les ténèbres et parfois montre le bout du tunnel.

Fanta Diarra est une jeune photographe qui n’est pas à son premier coup d’essai. Elle a déjà participé à plusieurs expositions collectives à Bamako, notamment au Centre Soleil d’Afrique et à la Galerie Médina. Ségou’Art lui a également permis de montrer son talent à travers des thématiques liées à la vie de tous les jours de ses concitoyens.

Née en 1994 à Ségou, Fanta Diarra y fait ses classes primaires. Après avoir obtenu le diplôme d’études fondamentales (DEF) en 2012, elle s’inscrit dans un centre de formation professionnelle pour y suivre des cours de comptabilité.

Deux années passées dans cette école lui ont suffi de comprendre que son destin est ailleurs. En effet, dès sa tendre enfance, elle est impressionnée par l’appareil photo qu’elle voyait avec les touristes venus faire leur séjour dans la Cité des Balanzans. Sans la moindre initiation, Fanta Diarra se lance dans la photographie avec un appareil amateur qui lui permettait déjà de faire des merveilles. Son talent naissant impressionne Harandanne Dicko, photographe malien de renommée internationale qui décide de l’encadrer.

La jeune Ségovienne se rend compte que pour progresser dans ce métier, il faut aller dans un centre de formation afin d’y apprendre certaines règles. Elle décide alors de se former pour mettre la technique au service de sa créativité et de son inventivité. Fanta Diarra va se présenter avec brio au concours du Centre de formation en photographique de Bamako. Elle y passe deux années de formation. En 2016, elle sort comme major de sa promotion.

Dès lors l’artiste laisse libre court à son imaginaire. Ses nombreuses œuvres sont exposées à travers des expositions individuelle et collective aussi bien au Mali, au Burkina, au Maroc, en Suisse, en France, au Liban.

Youssouf DOUMBIA

Source : l’Essor

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Dépêches du Mali

Blog

Édito : IBK, une ambition manquée pour le Mali ?

Quelle action imprimer désormais à la marche de l'État ?

Le Mali, en pièces détachées, les positions se cristallisent, la gouvernance orageuse et le peuple meurtri. L'urgence, c'est de sauver la patrie en danger. Tout le reste n'est que littérature. 

Lire la suite

Ecoutez

« DIS ! » Le Débat Interactif du Soir

Thème : finalement que devient le M5 RFP après ce long combat ?

29 Septembre


JÒ KÓNO

 

Réécoutez votre émission de débat politique en bambara.

Dans JÒ KÓNO, Moussa Timbiné reçoit Monsieur Sidiki Kouyaté, Président de l’association Yiriba Koro et membre du Mouvement démocratique et populaire (MDP).

29 Septembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2020