Mardi 29 Septembre 2020
Banniere SAma Money

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Tombouctou : voilà comment se passent les travaux d’entretien de la mosquée Djingarïber !

La cérémonie annuelle de crépissage de la mosquée Djingaréïber, à Tombouctou, a eu lieu le dimanche 9 août 2020. Comme à l’accoutumée, elle a enregistré une participation massive de toute la communauté.

Construite en 1325 par l’empereur Kankou Moussa de son retour du pèlerinage à la Mecque, la mosquée Djingaréïber reçoit chaque année un entretien qui donne lieu à des retrouvailles voire à une ambiance de fête dans la ville des 333 saints, Tombouctou. Cette grande mosquée, construite en banco, est l’œuvre de l’architecte Andalou es Saheli, selon Sane Chirfi Alpha, vieil écrivain originaire de Tombouctou. L’entretien de cette bâtisse « incombe à toute la communauté », fait-il comprendre

Toutefois, notre interlocuteur nous indique que tous ceux qui participent à ce travail le font par bénévolat. Car il n’y a aucun salaire. « C’est le bénévolat des esclaves de Dieu pour la maison de Dieu », déclare M. Sane Chirfi.

Néanmoins, notons que ce travail est ancré dans la culture tombouctienne. Pour la réalisation de ladite activité, il y a des rites : les femmes de maçons apportent des colas, du tabac et des cigarettes, de la crème de mil à la poudre de baobab ainsi que de somptueux repas qui sont offerts aux travailleurs. Pratiquement, chaque partie de la mosquée à un temps de la journée prévue pour son entretien. L’après- midi est consacré au crépissage du minaret principal qui est une activité confiée à des spécialistes issus des grandes familles de maçons, nous explique le défenseur de la culture Tombouctienne. Ce travail est accompli au rythme des tam-tam.

Notons que pour l’entretien de cette année, les Forces armées maliennes (FAMA) y ont pris part. « Les militaires et les paramilitaires du théâtre centre de l’opération Maliko ont pris part le 9 août 2020 à la traditionnelle opération de crépissage de la grande mosquée de la ville des 333 saints », rapportent les FAMA sur leur site internet. Le colonel Boubacar Yassanry Sanogoh, chef secteur-3, était présent à cette activité. Ses éléments ont pris part aux travaux en aidant les populations. Ils assuraient la sécurité et le ravitaillement des populations en eau avec des citernes. La protection civile a également déployé ses citernes d’eau, précisent les FAMA.

À en croire M. Chirfi Alpha, la cérémonie est clôturée par une grande prière réunissant la population, les imams, notables et l’administration.

Sane Chirfi Alpha a profité de notre micro pour remercier tous les participants, formuler des prières pour la ville, le pays, le retour de la paix, de l’apaisement social. « Il faut dire que l’entretien est continuel et des travaux spécialisés sont toujours entrepris », a-t-il fait savoir avant d’indiquer que le site étant classé parmi les patrimoines mondiaux, l’UNESCO intervient et veille à la préservation du bâtiment par des appuis, la formation et l’encadrement des maçons.

Fousseni Togola

Source: Le Pays

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Dépêches du Mali

Blog

Édito : IBK, une ambition manquée pour le Mali ?

Quelle action imprimer désormais à la marche de l'État ?

Le Mali, en pièces détachées, les positions se cristallisent, la gouvernance orageuse et le peuple meurtri. L'urgence, c'est de sauver la patrie en danger. Tout le reste n'est que littérature. 

Lire la suite

Ecoutez

« DIS ! » Le Débat Interactif du Soir

Appelle-nous et donne ton point de vue sur une question d’actualité (politique, économique, culturelle, religieuse, etc.). Pas de sujets tabous : arguments, contre arguments ! Dis-nous tout !

28 Septembre


JÒ KÓNO

 

Réécoutez votre émission de débat politique en bambara.

Dans JÒ KÓNO, Moussa Timbiné reçoit Monsieur Tahirou Bah, membre du mouvement Espoir Mali Koura.

15 Septembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2020