Samedi 11 Juillet 2020
Banniere SAma Money

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Églises : Les messes publiques reprennent

La réouverture des églises a coïncidé avec un évènement heureux dans la vie du chrétien catholique. Il s’agit de la solennité de la Pentecôte, une fête qui s’est déroulée cette année dans un contexte marqué par la Covid-19

Depuis le 21 mars 2020, les responsables de l’Église catholique du Mali avaient suspendu les messes publiques à cause de la Covid-19. Le jeudi dernier, Mgr Jonas Dembélé, président de la Conférence épiscopale du Mali et évêque de Kayes, à travers un communiqué, a déclaré officiellement la levée de cette suspension des messes publiques et des rassemblements à caractère religieux, à compter du samedi 30 mai 2020. Hier, notre équipe de reportage a fait le tour de certaines églises de Bamako et partout où nous sommes passés, l’engouement et la joie se lisaient sur les visages.

Les chrétiens qui ont été privés de la célébration liturgique pendant plus de deux mois à cause de la Covid-19 étaient tous heureux de se retrouver et de fêter la Pentecôte ensemble. Notre équipe de reportage est arrivée à la Cathédrale de Bamako à 10h. D’ordinaire, deux messes sont célébrées dans cette église : une à 8h en bamanan et une autre en français à 10h.

À l’entrée de cette église fréquentée par toutes les nationalités et sous une pluie fine, des agents accueillaient les fidèles et leur expliquaient que le respect des mesures sanitaires était obligatoire. Des kits de lavage de main au savon étaient installés devant la grande porte d’entrée et les agents distribuaient gratuitement les masques aux fidèles. Aucun accès à l’église n’était possible sans masque. Et à l’intérieur, les fidèles étaient invités à respecter les mesures de distanciation.

À L’église de Kati, les mêmes mesures étaient observées, sauf pour la distanciation sociale. Un problème qui sera corrigé dans les jours à venir, a promis un fidèle. Mme Tiènou Bertille Dembélé, une fidèle chrétienne de la Cathédrale a exprimé toute sa joie pour cette réouverture des Églises. Selon elle, le fait de ne pas venir à l’église était un manque pour beaucoup de chrétiens catholiques. Et d’ajouter que c’est une bonne chose de reprendre les célébrations mais, en respectant les mesures barrières pour se protéger et protéger les autres de la covid-19.

Quant à l’abbé Noël Samaké, curé de la paroisse Sacré-cœur, il a invité les chrétiens à prier ensemble le Dieu le Tout Puissant en cette solennité de la Pentecôte, afin que cette maladie soit éradiquée dans notre pays. Ainsi, le curé a invité tous les fidèles au respect des mesures barrières qui protègent contre la crise sanitaire. En cette solennité de la pentecôte, les fidèles catholiques de la cathédrale ont eu droit à un enseignement de qualité du Cardinal Jean Zerbo sur les dons de l’Esprit saint qui sont la sagesse, l’intelligence, la science, la force, le conseil, la piété et la crainte de Dieu. La fête de la Pentecôte, faut-il le rappeler, est célébrée 50 jours après la Pâques et signifie la décente de l’Esprit saint sur les apôtres.

Concernant la reprise des célébrations, Jean Cardinal Zerbo a exprimé sa joie de voir l’église reprendre les célébrations liturgiques. Selon lui, cette situation est difficile à vivre mais nous devons faire des efforts pour y parvenir. «En venant ce matin (hier, ndlr) j’avais très peur parce que après le sevrage, je m’attendais à ce que les gens viennent nombreux. J’étais très heureux de voir que les gens sont prudents et je pense que c’est progressivement que les choses vont venir», a-t-il déclaré à sa sortie d’église.

Jean Cardinal Zerbo s’est dit satisfait des dispositions prises dans le cadre du respect des mesures barrières à la Cathédrale, avant d’inviter les fidèles à redoubler d’efforts, en se protégeant et en protégeant les autres.

Le Cardinal a ensuite remercié les autorités pour avoir donné des masques à l’église, dès l’annonce de la réouverture des célébrations liturgiques. Au total, l’Église catholique a reçu 50.000 masques qui seront distribués entre les communautés catholiques du Mali.

«Conscients du danger que représente la pandémie de la Covid-19 et de la nécessité de reprendre les messes dominicales, la reprise de nos célébrations liturgiques devra se faire dans le respect des mesures administratives et des consignes sanitaires éditées par les autorités compétentes de notre pays» a écrit la Conférence épiscopale dans un communique publié le 28 Mai». Dans le même communiqué, la conférence invite les fidèles au respect des mesures suivantes : le port du masque, le lavage des mains à l’eau et au savon, leur désinfection avec du gel hydro alcoolique, l’interdiction des poignées de mains et des accolades, la distanciation physique, la désinfection des lieux de cultes et des réunions, là où cela est possible.

En ce qui concernent les assemblées liturgiques, la Conférence précise aux fidèles de s’abstenir du baiser de la paix ou la poignée de main à la messe et de communier au corps du Christ uniquement en recevant l’hostie à la main. Dans le même communiqué, la Conférence renvoie à une période favorable les activités qui demandent un grand rassemblement, tels que les pèlerinages diocésains et paroissiaux, les journées diocésaines et paroissiales des jeunes et toutes les rencontres de grande ampleur.

Aussi les petits et moyens séminaires, ainsi que les établissements d’enseignement fondamentale, secondaire, supérieur et spécialisé se conformeront à la décision du gouvernement pour la date de leur réouverture. Monseigneur Jonas a conclu, en saluant les efforts des autorités et des services de santé dans la lutte contre la Covid-19.

Anne-Marie Kéita

Source : l’Essor

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Blog

Covid-19 en Afrique : « La réponse à la pandémie Covid-19 exige des mesures budgétaires fortes »

« L’insécurité, les catastrophes naturelles, les épidémies et les chocs exogènes peuvent provoquer des déficits budgétaires importants et causer une hausse sensible de la dette publique.

Lire la suite

Ecoutez

« DIS ! » Le Débat Interactif du Soir

Thème : Comment mettre fin aux tueries dans le centre du pays ?

07 Juillet


JÒ KÓNO

 

Réécoutez votre émission de débat politique en bambara

07 Juillet

© Dépêches du Mali 2012 - 2020