Série TV: Afro star 22 à partir de ce soir en salle

Publié le 08 novembre
Source : l'Essor

Aboubacar Gakou est un jeune réalisateur qui est entrain d’éclore au sein du Centre national de la cinématographie du Mali (CNCM). La première de sa série « Afro star 22 » sera projeté à partir de ce soir dans la salle Magic-cinéma ou ex-Babemba de Bamako

Rama vit avec ses deux parents et son jeune frère à Molodo. Après le bac, elle souhaite étudier la musique au conservatoire. Quant à son père Fily, les métiers des arts ne sont pas faits pour une fille qui vienne d’une famille noble. Cette contrainte familiale lui oblige à faire autre choix qui est d’étudier le droit à l’Université. Elle arrive à Bamako et s’installe chez son oncle Souleymane vivant avec sa femme Moulidy et Rama sa fille. Elle commence paisiblement ses cours à l’université en compagnie de sa copine Maimouna qui est en avance sur elle d’une année du cycle universitaire. Pendant deux ans d’études de droit, elle nourrit discrètement sa passion pour la musique en fréquentant les lieux des répétitions musicales et s’inspirant sur les parcours de ses artistes préférés.

Puis elle arrive à s’inscrire au conservatoire des arts, section musique et  grâce à Maimouna. Elle fait la connaissance de Soumi qui est une célébrité nationale, étudiant aussi dans la même section. Tout se déroule rapidement entre les deux.

Au départ, ce projet visait la réalisation d’une série TV de vingt-six épisodes de treize minutes, intitulé « AFRO STAR 22 ». Le tournage a eu lieu à Niono, Molodo Bamana et Bamako. Une série sur la musique qui vise à donner un autre regard sur l’art principalement la musique et aussi sur les artistes à travers l’histoire de Rama, une jeune fille passionnée de musique, mais obligée par les parents à étudier le droit. Elle finit par être un espoir pour toute sa région à travers ses grandes réalisations qu’elle effectue grâce à sa renommée internationale dans la musique.

La série a deux objectifs à savoir, contribuer l’occupation des espaces de cinéma et audiovisuel face au fléau d’invasion de nos petits écrans par les séries et feuilletons étrangers qui ne véhiculent pas forcément notre culture. Ce qui amène, le réalisateur et la production à tenter de développer trois saisons, c’est-à-dire trois fois 26 épisodes. Aussi, ils veulent une présence massive des histoires maliennes parmi celles d’ailleurs sur les chaînes internationales suivies par des Maliens.

En second lieu, ils envisagent de créer une industrie de production audiovisuelle indépendante à base des recettes générées par la présente série.

Sur le plan cinéma et audiovisuel, la production d’une série TV de telle envergure est un grand événement, indique Boubacar Gakou. À cet effet, elle fera à l’immédiat des résultats sûrs et vérifiables par plusieurs moyens. Des pages spéciales sur différents réseaux sociaux seront créées dès le démarrage des travaux de réalisation pour maintenir l’engouement.

L’université des arts et médias, Conservatoire des Arts et Métiers multimédias Balla Fasséké Kouyaté sera le principal lieu de tournage. 80% de technicien et interprète de la série sont des étudiants de cette école.

Source : l’Essor

Commentez avec facebook