Samedi 28 Mars 2020
Banniere SAma Money

Urgent :

Mali : 7 nouveaux cas de maladies à coronavirus déclarées ce samedi 28 mars 2020 par le Ministère de la Santé.

Ce qui porte à 18 les cas de Covid-19 en territoire malien.

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Douzième édition des Rencontres de Bamako de la Biennale Africaine de la Photographie : Phot’Art décide d’organiser le OFF des rencontres de la photographie de Bamako

Depuis onze ans, le OFF (évènement qui concerne les gens qui viennent avec leurs projets lors des rencontres sans être parmi les vrais postulants), se déroule, mais sans un encadrement digne de ce nom.

Pour organiser ces activités extra des rencontres de Bamako de la Biennale Africaine de la Photographie qui se déroulera du 30 novembre 2019 au 31 janvier 2020, Phot’Art (Réseau des photographes du Mali) décide de changer les choses lors de cette édition, afin de donner une image positive à l’évènement. Le 19 août 2019, dans la salle de conférence de la Maison Africaine de la Photographie (à la Bibliothèque Nationale du Mali), le coordinateur de Phot’ Art, Seydou Tangara, en compagnie du Directeur de la Maison Africaine de la photographie, Tidiane Sangaré et d’Ansoumane Diarra, secrétaire général du Syndicat national du professionnel d’image et du son (Synaprom-IMS), a lancé la conférence de presse de lancement des activités du OFF des rencontres de Bamako.

L’objectif général du OFF, explique Seydou Tangara, est d’encourager les photographes émergents et établis à exposer et promouvoir leur travail pendant la période de la biennale. Il s’agit singulièrement, dit-il, de fédérer toutes les initiatives des photographes indépendantes du programme officiel, dans un même parcours et d’inviter les publics à découvrir leurs créations, à partager leur regard. Organisé dans l’intérêt des photographes, par des photographes, insiste Seydou, l’idée est aussi de créer un réseau de connaissances entre galeries, collectionneurs, acheteurs, agents de photos et artistes.

Le OFF selon Seydou Tangara a comme premiers bénéficiaires les jeunes photographes émergents de la scène locale, car leur donne l’opportunité d’exposer leurs œuvres. Il bénéficie ensuite aux photographes professionnels établis qui ne figurent pas dans la programmation officielle de la Biennale. Le OFF, poursuit Tangara est aussi ouvert aux photographes et vidéastes étrangers. Les projets transversaux portés par des acteurs culturels ou artistes issus d’autres domaines artistiques, dit-il, seront également bénéficiaires de la visibilité accordée par le OFF, de même que les lieux d’accueil des différents évènements. En sommes, indique le coordinateur du OFF, Seydou Tangara, le OFF s’adresse à l’ensemble de la population Bamakoise avec une attention singulière pour les publics empêchés et marginalisés, n’ayant d’ordinaire que peu d’accès à la culture, notamment les jeunes et les femmes. C’est aussi en outre de permettre aux exposants d’accéder à des opportunités professionnelles.

Le Directeur de la Maison Africaine de la photographie, Tidiane Sangaré et d’Ansoumane Diarra, secrétaire général du Syndicat national du professionnel d’image et du son (Synaprom-IMS) ont salué et félicité l’idée de Phot ‘Art qui, non seulement permettra d’organiser plus les évènements extra des rencontres, mais soigner aussi l’image de l’évènement de même que développer la photographie, notamment malienne. Ils ont assuré leur soutient et accompagnement à l’initiative pour sa réussite.

Hadama B. Fofana

Source: Le républicain

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Blog

Haro sur les Sotrama : Vivement un autre concept, des minibus avec des arrêts précis pour prendre le relai

Le caractère « accidentogène » des Sotramas provoque de plus en plus l’ire de la population urbaine. 

Lire la suite

Liberté immédiate pour Ignace

RSF se joint à plus de 120 médias et journalistes d’Afrique de l’Ouest pour demander la libération d’Ignace Sossou

Deux mois et demi après son arrestation et sa condamnation à 18 mois de prison ferme et alors que les preuves de son innocence ont été rendues publiques depuis plusieurs semaines, le journaliste béninois Ignace Sossou est toujours en prison et son procès en appel n’a pas débuté. 

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Les profiteurs du coronavirus

25 Mars


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Mali: faut-il reporter les élections du dimanche 29 mars 2020?

25 Mars

 

 

© Dépêches du Mali 2012 - 2020