Jeudi 12 Décembre 2019

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Daoudabougou : Elle avorte pour profiter de ses noces, son mari demande le divorce

Mariée depuis quatre mois seulement, Mariam, suivant les conseils de son amie, avorte de son propre gré. Elle voulait profiter de ses noces. Informé, son mari porte plainte contre elle et demande le divorce.

Agé de 28 ans, Mariam s’est mariée avec Broulaye il y a 4 mois. Moins d’un mois après le mariage, elle est tombée enceinte. Contente, voyant sa grossesse comme une bénédiction, elle informe Awa, sa meilleure amie, avant d’annoncer la bonne nouvelle à son époux. “Pourquoi es-tu contente d’être enceinte de sitôt ? “, demande Awa, qui ne partage pas cette joie.  “Parce que c’est une bénédiction. Peu de femmes tombent enceintes juste après leur union, donc si Dieu m’a fait cet honneur, je ne peux qu’être heureuse et reconnaissante“, répond Mariam. “Tu es idiote. Avoir une grossesse pendant tes noces n’est point une chance ou une bénédiction, c’est la galère. Tu ne profiteras même pas de tes noces“, insiste Awa. “Si tu gardes ce bébé, tu ne profiteras pas de ton mari et pire, tu seras grosse comme une vache et ton mari ira voir ailleurs“, lance-t-elle. Mariam choquée, renvoie son amie dans un premier temps. Quelques jours après, Mariam a décidé d’opter pour la solution de son amie qu’elle rejoint pour entamer les démarches de l’avortement. Elles consultent un gynécologue. Comme son mari était déjà informé de la grossesse, elle décide de corrompre le médecin qui devrait inventer un “prétexte médical“ pour justifier l’avortement.

De retour à la maison, Mariam informe son mari du rendez-vous avec le médecin. Pris de panique, le lendemain, ils se rendent à l’hôpital. Le médecin annonce à Broulaye : “Ta femme porte une grossesse à haut risque, si on ne l’interrompe pas, elle risque d’y perdre la vie“. Sans attendre, il tombe dans le piège et donne son accord car, voulant protéger la vie de sa femme.

Le médecin amène Mariam juste après sa conversation avec son mari dans une salle. Quelques heures après, il annonce à Broulaye les complications. “Ta femme répond très mal au traitement“, dit le médecin. Pris de panique, il soulage sa conscience en avouant tout au mari dupé. Celui-ci se rend alors à la police pour porter plainte contre sa femme et le docteur pour manipulation et assassinat.

L’affaire a pris une autre tournure que la femme n’imaginait même pas. Suite à l’intervention de sa belle-mère, Broulaye a retiré sa plainte, mais il a demandé le divorce. Quant au médecin, il a été libéré sous caution. Comme quoi, il est toujours préférable d’avoir des amis mais des bons.

Sira Diarra

Source : Mali Tribune 27 Juil 2019

 

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Coup d'gueule

Dr Charles Dara à propos de la Dengue : « c’est une maladie contagieuse ! »

Infection virale transmise par la piqûre d’un moustique, la « Dengue » sévit depuis début octobre dans les ménages au point que le département de la santé semble en prendre la mesure et dégainer des astuces préventives et surtout des conduites à tenir.  

Lire la suite

 

Blog

Ibrahim Ikassa Maiga, Enseignant à la Faculté de Droit Privé (USJP/Bamako – Mali) : « Comment comprendre qu’avec cette superpuissante ou hyperpuissante force française militaire, aucun secours ne vient aux soldats maliens »

« Monsieur l’Ambassadeur de France à Bamako,

C’est avec force indignation que je vous ai lu, au fil d’un communiqué faisant état de votre prétendu « étonnement » à propos du secret de polichinelle dont le Très Respecté Salif KEITA s’est fait porteur à l’intention du Président IBK.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

L'âge légal de départ à la retraite

12 Décembre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Algérie: une élection pour rien?

12 Décembre

© Dépêches du Mali 2012 - 2019