Dimanche 26 Mai 2019

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Obsèques de Sali Sidibé : VIBRANT HOMMAGE À LA CANTATRICE DU WASSOULOU

Décédée vendredi dernier, à l’âge de 60 ans, la célèbre cantatrice et interprète Sali Sidibé, avant d’être conduite à sa dernière demeure, a eu droit à un vibrant hommage de la part des autorités du pays et des siens.

Ses obsèques, organisées lundi après-midi à Lafiabougou, ont eu lieu en présence de l’ancien Premier ministre, Modibo Sidibé, du ministre de la Jeunesse et de la Construction citoyenne, Amadou Koïta, du ministre des Sports, Jean-Claude Sidibé.

Beaucoup de représentants d’associations d’artistes étaient venus rendre un dernier hommage à la célèbre chanteuse du Wassoulou. On notait également la présence des parents, amis et collaborateurs de l’illustre disparue. Plusieurs personnes ont témoigné que la doyenne Sali Sidibé était une femme pétrie de valeurs sociétales, une artiste profondément engagée dans son travail qui savait tenir la foule en haleine par l’harmonie de sa musique.

Au cours de l’oraison funèbre, le secrétaire général de la Fédération des artistes du Mali (FEDEMA), Kary Bogoba Coulibaly, a tout d’abord exprimé ses condoléances à la famille de la disparue avant de rendre un vibrant hommage, au nom des siens, à l’artiste. « Elle était géniale et aimable, mais fermement intransigeante dans son travail artistique. Avec Sali Sidibé, les musiciens étaient en perpétuelle répétition, ce qui donnait à sa musique une harmonie dans la simplicité. Et que dire de ce sourire éternel en toutes circonstances, sourire qui lui était singulier. Elle a remué le répertoire musical de son terroir telle une fourmi au service des siennes », a dit le secrétaire général de la FEDEMA.

Le général de brigade, Amadou Sagafourou Gueye, a souligné en cette circonstance, la très grande douleur de la Nation, singulièrement celle du monde de la musique pour la perte de cette grande voix native de Sikorolé. « Cette mort, si funeste et cependant si inéluctable, a encore frappé dans la grande famille des Arts et de la Culture du Mali. Elle nous a enlevé une icône du ‘Wassouloufoli’, nous privant de la voix suave et envoûtante de Sali Sidibé », a ajouté le grand chancelier des Ordres nationaux. Il a, au nom du président de la République, Grand maître des Ordres nationaux et des membres du Conseil des Ordres nationaux, présenté à la famille, aux parents, amis de l’illustre disparue, à toute la famille des Arts et de la Culture, ses condoléances les plus émues.

Le mari de la défunte, Modibo Demba Diabaté, la gorge nouée de chagrin et d’émotion, s’est résigné devant la mort, estimant que c’est la volonté du Tout-Puissant. « Durant tout ce temps qu’on a eu à partager dans notre union, Sali ne m’a pas seulement considéré comme son mari, mais plutôt comme son frère et elle a tout supporté pour moi. Face à cette volonté divine, je ne pourrai que prier pour qu’elle repose en paix et je lui pardonne », a souligné l’époux de l’artiste.

La brillante et talentueuse artiste repose désormais au cimetière de Lafiabougou. Dors en paix Sali !

Tamba CAMARA

Source : l’Essor

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Coup d'gueule

Modibo Fofana, président de Appel Mali : « Appel Mali ne se reconnait pas dans les publications ne respectant pas l’éthique et la déontologie »

Communiqué APPEL Mali

L’Association des Professionnels de la Presse en Ligne au Mali (APPEL Mali) constate avec regret des dérives sur certains sites d’information.

Ces medias en ligne, pour la plus part  non encore enregistrés dans le  registre officiel de Appel Mali, travaillent dans l’amateurisme total, en faisant fi de toutes règles d’éthique et de déontologie édictées par la profession.

Lire la suite

Blog

 Dr Aboubacar Sidiki au ministre Malick Coulibaly : « bâtir une nouvelle justice à l’image d’un Etat sérieux. Il y va de votre crédibilité et de votre notoriété. 

« Cher Collègue, 

Je vous écris avec le visage d'un dieu Janus : l’un est admiratif et l’autre ne l’est pas. Il est admiratif puisque vous aviez par le passé pu faire tâche d’huile quand vous occupâtes le ministère de la justice sous la transition et initiâtes le projet de loi de lutte contre l’enrichissement illicite.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Un homme, une voix [rediffusion]

23 Mai


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

24 Mai

© Dépêches du Mali 2012 - 2019