Samedi 19 Janvier 2019

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

“Un Autre Blanc” de Salif Keita : Finir en beauté une brillante carrière afin de s’engager plus pour les albinos

Le 17 novembre 2018, le Rossignol du Mandé a présenté à Fana (une agglomération de près 20 000 âmes située à 120 km au nord de Bamako) son nouvel album lors d’un concert événement destiné également à dénoncer les meurtres rituels d’albinos en Afrique.

A bientôt 70 ans, Salif Kéita a déclaré que “L’Autre Blanc” est son dernier opus.

 Le 13 mai 2018, la petite Ramata Diarra (5 ans) avait été enlevée en pleine nuit par des hommes armés alors qu’elle dormait dans la cour de la concession familiale. Son corps décapité avait été retrouvé quelques heures plus tard à côté d’une mosquée.

Des associations avaient alors dénoncé un “crime rituel” à l’approche de l’élection présidentielle. Un crime rituel de plus avec toujours un albinos comme victime. Un crime que la légende de la musique mandingue, Salif Kéita, a voulu dénoncer en organisant le concert dédicace de “L’Autre Blanc” (nouvel et dernier album) le 17 novembre à Fana.

“Pourquoi ôter la vie d’une innocente, d’une fillette de 5 ans ? Pourquoi s’attaquer aux albinos ? Nous sommes comme tous les autres humains. Nous ne voulons plus voir ça au Mali. Il faut que nos autorités prennent des dispositions, parce que désormais nous n’allons plus nous taire”, a martelé  le Rossignol du Mandé dans un stade local de football archicomble. Un événement inédit dans cette petite localité plus connue pour la performance de ses cotonculteurs.

Et pour la circonstance, le Domingo de la musique mandingue (69 ans) s’était entouré du Sénégalais Ismaël Lô, de l’artiste géorgien albinos Bera, de l’humoriste Yaro, Safi Diabaté, la nouvelle coqueluche des “Grobinew” (Gros bonnets) de Bamako ainsi que de la Sénégalaise Maah Koudia Kéita qui milite elle aussi pour la cause des personnes albinos.

En Afrique, particulièrement au Mali, des dizaines d’albinos sont victimes d’attaques pour être tués et amputés de leurs membres ensuite utilisés pour des rituels censés apporter le pouvoir politique ou la richesse.

“Aujourd’hui, tout le monde sait qu’une fillette de 5 ans a été assassinée à Fana parce qu’elle était albinos. Le monde s’est mobilisé pour la cause de ma fille. Que ce monde ne baisse plus les bras afin que les albinos puissent vivre en paix partout dans le monde”, a confié à la presse Awa Touré Diarra, la mère de la fillette en marge de ce concert historique.

 “L’Autre Blanc”, le dernier opus ?

Accentuer la sensibilisation pour le changement des mentalités envers les albinos ! C’est le combat que Salif Kéita veut désormais mener en mettant en berne sa carrière internationale. Selon lui son dernier opus, “L’Autre Blanc”, marquerait sans doute la fin de celle-ci ou, à la rigueur, une pause humanitaire pour pousser la société malienne et les décideurs du pays à faire de la protection et la promotion des albinos une priorité nationale.

“C’est un combat qu’entend mener désormais la Fondation pour que cet acte ignoble ne se reproduise plus jamais”, a déclaré Coumba Makalou Kéita, présidente de Salif Kéita Global Foundation. C’était au cours de la conférence de presse organisée le 18 septembre 2018 pour lancer une campagne de sensibilisation en faveur du changement des mentalités et des comportements envers les albinos. Un projet mûri par l’auteur/compositeur/interprète Salif Kéita suite à l’assassinat de la petite Ramata Diarra (5 ans) à Fana (région de Koulikoro) la nuit du samedi 12 au dimanche 13 mai 2018.

“Nous intervenons auprès du gouvernement malien pour dire : plus jamais ça”, avait martelé Salif en faisant allusion au meurtre de Ramata Diarra. Et de préciser : “Nous n’allons pas baisser les bras. Nous avons pris des gens qui voulaient amener des albinos pour les sacrifier. Nous les avons amenés à la police. Mais, après, nous avons appris qu’ils ont été libérés. Nous allons donc continuer à nous battre pour que ces crimes cessent”.

Pour Salif Kéita et ses alliés dans ce noble combat, il est plus que temps que les décideurs du pays et d’Afrique prennent conscience de la nécessité d’élaborer un Plan national pour sauvegarder et améliorer la vie des personnes atteintes d’albinisme au Mali. Une tâche à laquelle le Rossignol et sa fondation œuvrent depuis des années.

“Etre albinos au Mali est un parcours de combattant”, a déploré Mamadou Sissoko, membre de la Fédération maliennes des associations de personnes atteintes d’albinisme en Afrique de l’Ouest. Selon lui, au Mali, les albinos ont encore des problèmes pour se marier, pour avoir un travail ou se maintenir à leur poste.

“Ce qu’il faut pour protéger les albinos, c’est un plan spécifique, car il s’agit d’un problème spécifique”, a proposé le conférencier, préconisant l’adoption d’un “Plan national pour sauvegarder et améliorer la vie des personnes atteintes d’albinisme au Mali”.

Pour améliorer la vie des albinos, Global Foundation propose un plan en dix points. Il s’agit, entre autres, d’établir un Plan d’action national sur l’albinisme ; de désigner un Haut représentant au sein du gouvernement ; d’améliorer la sûreté et la sécurité des personnes atteintes d’albinisme ; d’enquêter de manière approfondie afin d’intenter des poursuites judiciaires sur les attaques ; d’assurer l’accès à la santé pour les albinos…

Et pour mener la réflexion sur des solutions pérennes, la Fondation a organisé un Forum international sur l’albinisme le 15 novembre 2018 à Bamako.

“L’Autre Blanc ! Ça veut dire que je suis albinos, je suis Blanc de peau, Africain de sang et de pensée”, a expliqué Salif Kéita à la presse. Et d’ajouter, à l’attention des albinos, “j’ai un autre regard de Blanc sur l’Afrique, qui n’est pas le regard des vrais Blancs. Donc, je suis votre Blanc, j’œuvre pour votre cause”.

 Un bonheur atténué par l’annonce de fin de carrière

Si les mélomanes sont heureux d’accueillir le nouveau “bébé” du “Cheval blanc”, ils sont aussi tristes à l’idée que cet opus risque d’être le dernier album de sa carrière musicale.  “J’aurai 70 ans en 2019. Je n’ai plus de force pour faire un album, et vraiment, je suis fatigué. Les bus, les avions, les trains… Je n’ai plus la force pour ça ! Vraiment, je vais prendre mes distances par rapport à tout ça”, avait affirmé la star à la sortie du single, “Tonton”, dont le clip flirte déjà avec le sommet des hits des chaînes de musique et sur les réseaux sociaux.

L’un des plus célèbres albinos du monde a soufflé sur ses 69 bougies le 25 août 2018. En effet, Salif Kéita a vu le jour à Djoliba (Kangaba, région de Koulikoro) le 25 août 1949. A noter que “L’Autre Blanc” est un album de dix titres avec (Wèrè Wèré, Syrie, Tonton, Itarafo en Feat. avec Angélique Kidjo et MHD, Diawara Fa en Feat. avec Yemi Alade, Bah Poulo, Tiranke, Lerou Lerou, Gnamale en Feat. avec Ladysmith Black Mambazo et Mansa Fo La en Feat. avec Alpha Blondy).

Si cela peut rassurer les mélomanes, notamment les fans du Rossignol de Badougou Djoliba, ce n’est pas la première fois qu’il annonce sa volonté de mettre fin à sa carrière musicale. En  en effet, “Talé” était supposé être son dernier album comme il l’avait annoncé en novembre 2012 à Paris.

“Après Talé, mon dernier album, je voudrais mettre un terme à ma carrière musicale”, avait annoncé Salif Kéita face à une presse internationale médusée. Mais, pour l’heure, les mélomanes se consolent avec cette production de belle facture qui a enregistré la participation des sommités de la world music (Alpha Blondy, Angélique Kidjo, MHD, Yemi Alade, Ladysmith Black Mambazo…). Et on espère qu’il reviendra sur sa décision au grand bonheur de ces millions de fans à travers le monde.

Rappelons que le 19 juillet 2010, Salif Kéita a été nommé “Ambassadeur” de la paix par Jean Ping, alors président de la Commission de l’Union africaine (UA). Et, depuis, il œuvre à soutenir “les efforts de la Commission pour résoudre les conflits et promouvoir la paix sur le continent” !

 Moussa Bolly

Source : La Lettre du Mali 28 Déc 2018

 

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

« Prix Oumar Diallo » 3e édition

Presse (écrite/numérique) et radio

Termes de référence du concours – Modalités générales

Lire la suite

Coup d'gueule

Adame Ba Konaré, à propos de l’hécatombe perpétrée sur les Peuls : « La formidable cohésion a pris un grand coup et un tournant tragique »

Dans une publication, Pr Adame Ba Konaré, ancienne première dame et marraine de l’association Tabital Pulaaku internationale, dénonce les crimes perpétrés contre les communautés peules.

Pour moi, il s’agissait d’ancrer les communautés peules encore mieux dans des cadres étatiques soucieux d’harmonie sociale entre l’ensemble de leurs citoyens regroupés dans une communauté de destin.

Lire la suite

Blog

Lettre ouverte de Doumbi Fakoly à IBK : « La malédiction des Morts et des Vivants s’ébranle »

Ibrahima Boubacar Keïta le sais-tu ? La Spiritualité est la gestion du rapport du Monde Invisible au Monde Visible ; car les deux dimensions du temps et de l’espace sont imbriquées l’une dans l’autre ; tout événement dans l’une a des répercussions dans l’autre.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Cette chronique a 10 ans

18 Janvier 


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

18 Janvier

© Dépêches du Mali 2012 - 2019