Samedi 16 Février 2019

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Cherif Ousmane Madani Haïdara, leader d’Ansardine : “Les 150 hectares, je les mérite”

Le leader religieux Cherif Ousmane Madani Haïdara s’est longuement exprimé sur les sujets brûlants de l’actualité malienne le mercredi 29 novembre 2018.

Faisant le point sur la célébration du Maouloud, le leader d’Ansardine a expliqué lors d’une conférence de presse à Bamako que plus de 100 000 personnes ont pris part aux festivités en provenance de 27 pays et de l’intérieur du Mali.

Répondant aux questions de la presse sur la capacité de Bamako à accueillir un tel monde, le leader religieux a affirmé que le Stade du 26 Mars ne peut plus accueillir les fidèles. « Nous avons eu l’expérience d’un malheur au stade Modibo Keïta il y a quelque années. Pour éviter un drame pareil, nous avons demandé le soutien des  responsables du pays», a-t-il affirmé en précisant que le président actuel a ainsi promis 150 hectares non loin de Bamako dont ils n’ont pas vu la couleur jusqu’ici.

Même si ces terres promises n’ont pas été données à Ansardine, Cherif Ousmane Madani Haïdara a de l’espoir. Pour lui, c’est une nécessité que l’Etat donne de l’espace pour un tel rassemblement. «Les 150 hectares, je les mérite. C’est une obligation pour l’Etat de protéger la vie des citoyens. C’est moi qui suis victime, mais je garde le silence sur cela », a commenté le chef religieux.

Par ailleurs, Haïdara a déclaré qu’en dehors des terres promises par l’Etat, Ansardine peut compter sur ses propres terrains. «Dans le village de Fian, non loin de Bamako, le chef de village et le maire, en plus d’autres habitants, sont venus me proposer un espace. Il a été défriché par mes disciples et ça fait 140 hectares disponibles », a révélé Haïdara.

S’agissant de la paix sociale, le leader des Ansars a été plus ou moins réservé sur ce qu’il est en train d’entreprendre pour amener les hommes politiques à s’entendre. Mais il a évoqué la situation difficile des localités du centre du pays où sévissent des groupes terroristes. « Il faut que ceux qui tuent au nom de la religion comprennent qu’ils commettent des péchés impardonnables », a déclaré Haïdara.

Soumaila T. Diarra

Source: Le republicain

 

 

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

« Prix Oumar Diallo » 3e édition

Presse (écrite/numérique) et radio

Termes de référence du concours – Modalités générales

Lire la suite

Blog

Le Pape François à Abou Dhabi : « Non à la guerre, aux extrémismes et à l’utilisation du Nom de Dieu pour tuer ».

Le pape venait de prononcer son discours d’Abou Dhabi pour le sommet interreligieux pour la paix qu’il a conclu par la signature d’une « Déclaration sur la Fraternité humaine pour la paix mondiale et la coexistence commune » dans laquelle il est aussi question de liberté et de la dignité de la femme et des enfants.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

La privilégite, la maladie des privilèges

15 Février 


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

15 Février

© Dépêches du Mali 2012 - 2019