Vendredi 14 Décembre 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Pèlerinage de Kita : DANS L’UNION DES CŒURS ET DES ESPRITS

Dans un esprit de communion et de paix, la communauté catholique a célébré, les 17 et 18 novembre derniers, le 47ème  pèlerinage national de Kita sur le thème : «Avec Marie, quels jeunes pour l’église et le Mali d’aujourd’hui».

  L’événement était  couplé à l’anniversaire des 130 ans de l’église au Mali. Les cérémonies officielles ont enregistré  la présence d’éminentes personnalités de la communauté chrétienne, notamment son Eminence Pietro Cardinal Parolin, secrétaire d’Etat au Vatican, le cardinal Jean Zerbo, archevêque de Bamako, le ministre des Affaires religieuses et du Culte,  Thierno Amadou Omar Hass Diallo et son collègue des sports, Me Jean Claude Sidibé (lui effectuait le pèlerinage).

Ce pèlerinage était l’occasion pour des milliers de  pèlerins  de venir se recueillir devant la statuette de la Vierge Marie et de se donner la main. Il s’agissait aussi d’implorer le pardon du Seigneur et de faire des vœux.  La particularité du pèlerinage de cette année est qu’il coïncide avec le 130è anniversaire de l’arrivée des missionnaires à Kita. Ce qui justifie la présence d’une forte délégation venue du Vatican, de Montpelier (en France) et d’ailleurs. Le pèlerinage de Kita offre traditionnellement l’opportunité à la population de Kita de partager des moments d’intense communion avec des parents, amis et collègues. Ce grand rendez-vous religieux annuel est devenu la plus grande célébration liturgique de la communauté chrétienne.

Ainsi, toute la communauté catholique (membres apostoliques, évêques,  sœurs) et les amis des autres confessions religieuses ont-ils convergé vers la colline mariale pour témoigner leur dévotion à la Vierge Marie (Notre Dame) et attester du travail  des pères blancs à Kita depuis 1880, soit 130 ans d’évangélisation. Le pèlerinage a été marqué par deux grandes étapes, à savoir la veillée sur la colline mariale et la messe du dimanche à l’église.  La veillée a commencé par une procession partie de la grande église de Kita  vers la colline mariale. Des milliers de fidèles, avec des bougies en main, ont prié et convergé vers la Vierge Marie au pied de la colline mariale, située à environ 3 kilomètres du centre-ville de Kita. «C’est un plaisir de me retrouver au Mali pour représenter le pape François sur invitation de l’église», a souligné Pietro Cardinal Parolin, avant de livrer le message du pontife qui selon lui,  garde les églises maliennes dans son cœur. Le saint père a aussi évoqué la nomination de Jean Zerbo comme cardinal. Ce qui montre l’intérêt de Vatican pour notre pays.

Le diocèse de Kayes a décortiqué le thème, à travers sa chorale. Les jeunes qui chantaient à l’unisson ont dénoncé les dangers qui les menacent. Ils ont posé un regard critique sur l’éducation des mômes  et le mauvais comportement des jeunes. C’est un appel aux parents et aux jeunes à préserver notre société contre la drogue, l’alcool mais aussi contre le refus du travail, entre autres.  Les choristes ont aussi appelé  les jeunes à la responsabilité, à la bonté et à avoir le sens du partage et l’amour du prochain, un vœu cher à la Vierge Marie.

La 2ème journée du pèlerinage a été marquée par la célébration de la messe à l’église de Kita sous la co-présidence de l’Eminence Pietro Cardinal Parolin, secrétaire  d’Etat du Saint-Siège et le cardinal Jean Zerbo, en présence des différents diocèses, de l’ensemble des évêques et des milliers de fidèles venus du pays mais aussi de l’étranger. L’émotion était intense et le décor magnifique. Les fidèles écoutaient les messages à l’intérieur de l’église et dans la cour où on pouvait les apercevoir. Le représentant du Vatican a adressé un message fort à l’attention de la communauté chrétienne. «Je voudrai joindre ma voix à celle de l’église pour vous exhorter au partage mais aussi à apporter la lumière au monde. Ce pèlerinage coïncide avec la journée des pauvres », a dit l’éminence Pietro Cardinal Parolin. Il en a appelé au  partage avec ceux-ci (les pauvres).

Par ailleurs, il a invité  les fidèles à  ne pas culpabiliser le Tout-puissant sur leur malheur. La paix est possible. Nous devons prier pour cela car l’ignorance continue de régner sur le monde. En référence au Pape Jean Paul II, «nous devons construire la civilisation de l’amour pour faire régner une véritable paix au Mali, en Afrique et dans le monde», a souligné le secrétaire  d’Etat du SaintSiège. «Jeunes  chrétiens du Mali, vous ne serez jamais seuls et ne faites  pas de Dieu, le responsable de votre malheur, a-t-il dit avant de prodiguer des conseils. Vous devez  apporter de la lumière pour la réalisation de votre rêve. «La gloire et  la célébration  ne sont  que vanité », a-t-il ajouté, en invitant les jeunes au travail et à emprunter la voix de l’église pour changer leur environnement.

Quant au cardinal Jean Zerbo, il a exprimé sa gratitude au pape François qui a honoré son invitation, en envoyant une personnalité de haut rang pour célébrer le pèlerinage. « Je salue la population de Kita pour avoir respecté les recommandations de l’année passée mais je lance aussi un appel pour que ce cimetière ne soit pas les nids des animaux», a souligné le cardinal Zerbo. Il a aussi remercié  les autorités  pour leur soutien constant à l’organisation du pèlerinage. «Nous venons de finir avec les élections et notre pays est encore fragile », a expliqué l’archevêque de Bamako. Il a également requis l’union des cœurs et des esprits et des bénédictions pour que notre pays se réveille. «En ce jour de pèlerinage la communauté catholique prie pour  la sœur Gloria Cecilia,  enlevée par des bandits», a-t-il souligné.

De son côté, le ministre des Affaires religieuses et du Culte  a fait une mention spéciale aux premiers missionnaires pour avoir apporté l’évangélisation et la lumière au peuple. «Merci au  souverain pontife pour avoir créé le cardinal et fait confiance à notre pays», a indiqué Thierno Amadou Omar Hass Diallo qui s’est aussi réjoui de l’accueil de la population de Kita.

En outre, le ministre a fait savoir que la création d’un cardinal prouve l’engagement de notre pays à sauvegarder et promouvoir la religion. C’est dans un Mali pluriel que les communautés ont accueilli la création du cardinal Jean Zebo par le pape. Toutes les confessions religieuses y ont exprimé leur satisfaction, a-t-il rappelé, ajoutant que le thème s’accorde avec la vision du président de la République qui entend faire de son second mandat celui de la jeunesse.

Envoyé spécial

Amadou SOW

Source: l'Essor

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Vents de Chine

Blog

Lettre ouverte de Doumbi Fakoly à IBK : « La malédiction des Morts et des Vivants s’ébranle »

Ibrahima Boubacar Keïta le sais-tu ? La Spiritualité est la gestion du rapport du Monde Invisible au Monde Visible ; car les deux dimensions du temps et de l’espace sont imbriquées l’une dans l’autre ; tout événement dans l’une a des répercussions dans l’autre.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Comment gagner une élection

13 Décembre 


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Burkina Faso: Sankara et Zongo

13 Décembre

 

 

© Dépêches du Mali 2012 - 2018