Lundi 22 Octobre 2018
Bannière FISST

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Mois de la solidarité : LE PRÉSIDENT DE L’ASSEMBLÉE NATIONALE CHEZ LA DOYENNE D’ÂGE DE LA COMMUNE V

Dans l’esprit de ceux qui ont dédié le mois d’octobre à la solidarité et à la lute contre l’exclusion, il s’agissait aussi de penser aux aînés, notamment les personnes du troisième âge.

Cet attachement aux fondamentaux de notre société a su franchir les âges. Le président de l’Assemblée nationale, Issiaka Sidibé,  en a administré à nouveau la preuve dans le cadre de la 24ème  édition du mois de la solidarité et de la lutte contre l’exclusion, dont le thème est : «La solidarité, une responsabilité citoyenne en République». Il s’est rendu, hier à Daoudabougou en Commune V, chez la doyenne d’âge, Mme Sokona Koné, âgée de 110 ans. La grand-mère était entourée de siens, notamment,  ses frères et sœurs, enfants, petits enfants, voire arrières petits enfants.

C’est dans une atmosphère bon enfant, empreinte d’émotion et d’une bonne dose de cousinage à plaisanterie que la délégation du président de la représentation nationale a été reçue par les membres de la famille de la doyenne d’âge de la Commune V. Mme Sokona Koné  était entourée de proches parents qui ont exprimé leur reconnaissance à l’endroit des autorités pour ce traditionnel geste qui honore davantage notre pays. Assise sur un  fauteuil entre le président de l’Assemblée nationale et la 5ème  adjointe au maire de la Commune V, la «star du jour» porte visiblement bien son âge et garde la lucidité.  Elle était très contente de recevoir la délégation conduite par le président de l’Assemblée nationale et qui comprenait les représentants du ministère en charge de la Solidarité et les responsables municipaux et autorités coutumières de la commune. Après les civilités d’usage, la délégation a été introduite par un maître de la parole (un griot). En plus de la symbolique cola, le président de l’Assemblée nationale a remis un lot de cadeaux à la doyenne,  un geste qu’il a fait au nom du chef de l’Etat, Ibrahim Boubacar Keïta. Ces présents comportent une couverture, un chapelet, un tapis de prière, des pagnes et foulards  mais aussi une enveloppe de 250.000 Fcfa.

Pour l’honorable Issiaka Sidibé,  la tradition a été respectée. «C’est une fierté de venir saluer la doyenne. Nous sommes venus pour perpétuer quelque chose  qui  existe déjà chez nous depuis très longtemps et c’est une fierté de respecter cette tradition»,  a rappelé le député élu à Koulikoro. Il a insisté pour que notre pays puisse pérenniser une telle tradition. Au-delà, le patron de l’Assemblée nationale a prodigué   des conseils à la nouvelle génération afin qu’elle intègre le respect dû aux vieilles personnes. Pour lui, il est clair que c’est un devoir de génération de s’inscrire dans cette vision.  Il a appelé les jeunes à éviter les injures des parents. Ce qui ne correspond pas à la grandeur de notre beau pays.  En retour, la doyenne  Sokona Koné a  formulé des bénédictions pour la stabilité et la prospérité de notre pays. Celle qui a soufflé ses 110 bougies, ne semble souffrir visiblement d’aucun handicap physique. Elle a bien échangé avec la délégation, avant de faire des bénédictions pour son pays. La mamie a aussi témoigné de sa gratitude aux donateurs pour leur geste de solidarité. «Je salue le président de la République et qu’Allah  nous protège», a conclu la doyenne d’âge de la Commune V.

L‘imam du quartier a fait des bénédictions pour la stabilité dans notre pays. Et c’est sur des notes de satisfaction que la délégation  a donné au revoir à la doyenne Sokona Koné, en présence d’une foule qui a visiblement apprécié cette humanité des autorités.

Amadou SOW

Source : l’Essor

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Sory  Ibrahim Guindo, journaliste : « En réponse à la lettre circulaire du ministre des Finance, Boubou Cissé, ordonnant une rétention du salaire des magistrats grévistes, le syndicat des magistrats affirment une sombre affaire de 3,5 milliards CFA disparu à l'hôtel des Finances.

C'est maintenant que nos braves magistrats se sont souvenus de cette scabreuse affaire. Au Mali, chacun défend sa sauce. L'Etat vous paye pour lutter contre la corruption et la délinquance financière, vous vous taisez. Maintenant que l'on menace de vous couper les vivres, vous nous balancer ça ».

 

Blog

« Quand le pays sombre dans la politique politicienne, la démocratie se résume aux luttes électoralistes »

Une petite rétrospective sur la lutte des pères de l’Independence, et du vent de démocratie qui souffla sur l’Afrique dans les années 1990, fait constater aisément l’échec cuisant de toute la classe politique actuelle.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Ministres sans portefeuille

22 0ctobre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

Vos questions d'actualité

22 Octobre

© Dépêches du Mali 2012 - 2018