Jeudi 18 Octobre 2018
Bannière FISST

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Mendicité à Bamako : plus aucun respect pour nos morts

La mendicité à Bamako commence à prendre des proportions inquiétantes à tel point que les vendredis, femmes et enfants occupent la devanture des cimetières.

Bien que les gens soient libres de mendier devant les lieux de cultes et sur les trottoirs des voies publiques, il n’est pas de coutume dans nos sociétés de voir un mendiant devant un cimetière.

Il y a plus d’un mois de cela que la situation perdure devant le cimetière de Niamakoro. Chaque vendredi, dans la matinée, des personnes en situation de handicap et des femmes, mères de jumeaux, viennent occuper la devanture du cimetière de Niamakoro. Ces personnes viennent s’asseoir devant le cimetière pour chercher de l’aumône. On peut aisément comprendre que certaines personnes font des sacrifices en faveur de leurs parents défunts, mais s’asseoir expressément devant un cimetière ouvert avec des nourrissons est d’une certaine immoralité.

Les temps ont peut-être changé mais les lieux où reposent les morts ne devraient en aucun cas être à la portée des mendiants surtout aux femmes traînant avec elles des enfants au prétexte que c’est une tradition de demander l’aumône avec les jumeaux ou jumelles.

Dans un passé encore récent, les enfants étaient éloignés des lieux de décès. Mais aujourd’hui, tout semble permis pour se servir des enfants et avoir quelque chose. Les parents se soucient peu aujourd’hui de l’état d’esprit de l’enfant trop proche de ce genre de lieu autrefois interdit aux enfants.

La brigade des mœurs doit sévir afin de protéger les enfants exposés aux services de parents inconscients. Interdire par la même occasion à toute personne sans motif valable de traîner devant les cimetières encore moins pour mendier.

Gabriel TIENOU

Source : Le Reporter  11 Juin 2018

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Coup d'gueule

Sory  Ibrahim Guindo, journaliste : « En réponse à la lettre circulaire du ministre des Finance, Boubou Cissé, ordonnant une rétention du salaire des magistrats grévistes, le syndicat des magistrats affirment une sombre affaire de 3,5 milliards CFA disparu à l'hôtel des Finances.

C'est maintenant que nos braves magistrats se sont souvenus de cette scabreuse affaire. Au Mali, chacun défend sa sauce. L'Etat vous paye pour lutter contre la corruption et la délinquance financière, vous vous taisez. Maintenant que l'on menace de vous couper les vivres, vous nous balancer ça ».

 

Blog

« Quand le pays sombre dans la politique politicienne, la démocratie se résume aux luttes électoralistes »

Une petite rétrospective sur la lutte des pères de l’Independence, et du vent de démocratie qui souffla sur l’Afrique dans les années 1990, fait constater aisément l’échec cuisant de toute la classe politique actuelle.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

Les routes au Gondwana

18 0ctobre


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] Mali: un nouvel espoir de paix?

18 Octobre

© Dépêches du Mali 2012 - 2018