Dimanche 22 Avril 2018

Nous suivre

C'est Qui Ça ?

GAG

Image marquante

Processus de paix : Pourquoi une nouvelle feuille de route

Certains appellent à une énième et ultime tentative de sauvetage de l’accord pour la paix et la réconciliation. La signature d’une nouvelle une feuille de route. Des éléments de la plateforme, la CMA et ceux des FAMa pourraient même sécuriser le scrutin de juillet. Qu’est-ce justifie la nouvelle donne sur le terrain de la paix et de la réconciliation nationale ?

La nouvelle entente entre les signataires de l’accord. C’est une information de RFI qui annonce que le gouvernement du Mali, la Plateforme et la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) ont signé une nouvelle feuille de route pour, dit-on, accélérer la mise en œuvre de l’accord pour la paix de 2015 issu du Processus d’Alger. Ce document vise aussi à créer un climat propice à l’organisation d’élections libres inclusives sur tout le territoire en juillet prochain.

La nouvelle feuille de route en question, signée entre le gouvernement, la Plateforme et l’ex-rébellion de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA), comporte 21 points qui précisent à chaque fois l’intitulé des actions et leur échéance.

Pour baliser le terrain, un atelier de haut niveau est organisé depuis mardi et cours duquel sera traité la question de “l’armée malienne reconstituée” et “la police territoriale”. Une nouvelle avancée indéniable ! La nouveauté dans cette feuille de route est que l’on fait cas de la poursuite de l’installation du Mécanisme opérationnel de coordination (Moc) à Tombouctou et Kidal en mars-avril à l’image de celui de Gao.

Des élections locales reportées 

La feuille de route convenue aborde également l’organisation des élections. Par ailleurs, le texte conseille le report des élections des collectivités territoriales prévues au mois d’avril prochain afin de permettre de se consacrer uniquement au scrutin présidentiel du 29  juillet 2018.

Dans le même document, il est question avec précision du recensement des combattants éligibles à l’intégration au sein de l’armée.

Si le niveau des processus DDR (démobilisation, désarmement, réinsertion) a avancé, des combattants impliqués dans celui-ci pourraient participer à la sécurisation des futures opérations de vote, notamment lors de la présidentielle de juillet prochain.

Certains voient dans le déplacement du chef du gouvernement dans le Nord en particulier le début d’une décrispation de la situation pour amorcer une véritable mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation.

A. M. C. avec RFI

Source: L'Indicateur du Renouveau

Commentez avec facebook

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Binthily Signs

Binthily Signs propose trois grands modèles d’enseignes. Chacune offre une excellente performance en fonction de votre commerce et des prix défiant toute concurrence : 

Lire la suite

Présidentielle 2018 : l’Interview de la Semaine

Coup d'gueule

« Choguel Kokala Maïga est complice dans le massacre de 200 enfants du Mali le 26 mars 1991 », Dixit Aguibou Koné, ancien de l’AEEM et candidat à la présidentielle 2018

« Choguel Maïga ? Un complice passif des massacres qui doit sa liberté au choix de la réconciliation nationale décidée après le 26 mars; car trop de gens étaient mouillés dans le massacre des enfants du Mali : plus de 200 morts en 4 jours, des milliers de blessés.

Lire la suite

Blog

« Si nous disons la vérité en faisant preuve d'humilité et de bon sens, le Mali va se redresser »

La classe politique dirigeante depuis 1960 y compris Moussa Traoré lui même est celle formée par l'USRDA. Que l'ADEMA et ses partis fils aient imposé une culture de parti unique de fait, ne doit étonner personne, pas plus que leur corruption.

Lire la suite

Ecoutez

 

Mamane
Chronique de Mamane
RFI

V comme faire le vide

20 Avril


Juan Gomez
Appels sur l'actualité

 

RFI

[Vos réactions] La Libre Antenne

20 Avril

© Dépêches du Mali 2012 - 2018